Vers un pilotage clientéliste de la recherche ?

L’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP)  par la voix de son bureau a récemment publié un communiqué pour alerter ses collègues sur les mutations en cours concernant le gouvernement – pardon le « pilotage »- de la recherche. Un nouveau cran a en effet été franchi cet été avec la mise en place d’une application informatique (ironiquement ?) baptisée DIALOG  qui contraint les directeurs de laboratoire à collaborer à la généralisation du fléchage pour les candidats. Nous reproduisons ci-dessous le texte en question pour le soumettre à votre sagacité.

 

L’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP) attire l’attention de tous les membres des laboratoires et de leurs directeurs, sur les récentes orientations prises par la direction du CNRS. A l’heure actuelle, une opération visant à modifier le mode recrutement des chercheurs a été lancée : il s’agit de remplacer les postes mis au concours sur un support général par des fléchages thématiques et géographiques, imposant un laboratoire et un thème de recherche aux futurs candidats recrutés. Cet été, dans la plus grande discrétion, la direction du CNRS a demandé aux directeurs d’unité de formuler des vœux de recrutement sur trois ans, pour les forcer à s’impliquer, par le biais de l’application DIALOG, dans ce nouveau mode de pilotage. Une telle évolution s’inscrit dans le projet plus général de refonte de la recherche publique qui se met en place avec les Idex.

 L’AECSP s’associe pleinement aux décisions prises lors de l’Assemblée générale réunie par « Sauvons la Recherche » et les organisations syndicale du CNRS le 8 septembre 2011 : les directeurs d’unité et les membres du Comité national présents ont décidé à la quasi unanimité de recommander aux laboratoires de remplir l’application DIALOG en mentionnant uniquement l’intitulé de la ou des sections du Comité National auxquelles ils sont rattachés, sans tenir compte de la limitation à 10% des effectifs de chercheurs mentionnée dans la lettre adressée par le CNRS aux directeurs d’unité. Concernant les objectifs, les participants à l’Assemblée générale recommandent d’indiquer uniquement les besoins en postes d’ITA statutaires.

Il est à craindre que des directeurs de laboratoire soient tentés de répondre favorablement aux demandes de la direction. L’AECSP appelle donc l’ensemble de la communauté des chercheurs et des enseignements chercheurs, chacun dans son laboratoire, à œuvrer pour la mise en œuvre de ce mot d’ordre et la réussite de cette action collective.

Le bureau de l’AECSP

Zadig et la destinée de l’économie

Comme l’a bien décrit Frédéric Lebaron, la crise économique actuelle est aussi celle de la pensée économique. Aussi, après la création de l’AFEP (Association française d’économie politique) et du collectif des « Économistes atterrés », voici une nouvelle initiative pour souligner la nécessité de réenchâsser l’économie dans les sciences humaines et sociales.

Initié par Ai-Thu Dang (MCF, Université Paris 1), Christine Erhel (MCF, Université Paris 1), Jérôme Gautié (Professeur, Université Paris 1), Sophie Harnay (MCF, Université Paris Ouest Nanterre), Hélène Raymond (Professeure, Université Paris Ouest Nanterre) qui l’ont baptisé d’après un conte voltairien cher à l’actuel secrétaire d’État au commerce et à l’artisanat, celui-ci vient ainsi de publier une lettre ouverte à sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, que nous reproduisons ci-dessous avec leur autorisation.

Continuer la lecture de Zadig et la destinée de l’économie

Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une fois n’est pas coutume (mais peut le devenir…), Agora est heureux de vous faire part de la naissance d’un proche cousin, le blog « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie », lui aussi hébergé par Hypotheses.org et accessible à l’adresse http://aggiornamento.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une nouvelle nomenclature des disciplines en SHS ?

La Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), instance de réflexion et de proposition qui dépend du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR), a remis en décembre dernier un rapport définissant une « nouvelle nomenclature des Sciences de l’Homme et de la Société ». L’opération consiste à remplacer les actuelles nomenclatures disciplinaires du CNRS, du CNU et de l’AERES, par une nouvelle nomenclature unique, « définie par thématiques de recherche plutôt que par disciplines », dans une logique de convergence européenne, structurée autour des « productions » de la recherche, et privilégiant donc les SHS « finalisées » plutôt que la « vieille organisation facultaire ». Il ne s’agit pas ici de « proposition » ou de « préconisation », comme le rapport l’indique clairement : « la nomenclature des productions de la recherche SHS est la suivante. Elle sert désormais de référence à l’AERES et au MESR »…

Cette fameuse nomenclature, la voici:

Or, cette nouvelle nomenclature commence à susciter des remous. Ainsi, la Commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) vient de voter une motion dénonçant l’élaboration de cette nomenclature « sans une aucune concertation avec les communautés scientifiques ». C’est le texte de cette motion que nous reproduisons ci-dessous :

MOTION RELATIVE AUX NOUVELLES NOMENCLATURES IMPOSÉES EN SHS SANS CONCERTATION AVEC LES COMMUNAUTÉS SCIENTIFIQUES

Disponible en ligne au format PDF à l’adresse suivante :
http://www.cpcnu.fr/downloadFichierActualite?name=Motion_Nomenclatures_SHS_17e_et_20e.pdf&path=/actualites/actualite20110324122231460&typeDocument=generique

La Stratégie Nationale de Recherche et Innovation (SNRI), insistant à juste titre sur l’importance des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS), a voulu en décembre 2010 proposer une « cartographie claire et lisible » du domaine SHS en cherchant à harmoniser les « panels » de l’European Research Council et la nomenclature par Groupes de la DGRI, DGESIP et de l’AERES.Cette nouvelle nomenclature a été établie sans aucune concertation avec les principaux acteurs intéressés, que ce soient les représentants des communautés scientifiques qui siègent dans les différentes sections du Conseil National des Universités, à la CPCNU ou au comité national des organismes de recherche.Sous couvert de simplification, et en prétendant rompre avec des nomenclatures « trop raffinées », cette nomenclature, si elle devait entrer dans les faits, aurait des conséquences absolument catastrophiques pour l’expertise et l’évaluation des disciplines. Elle rend en effet illisible la singularité et l’unité des champs disciplinaires. La subdivision de la 17e section du CNU (en 17 a et 17 b), l’éclatement et la liquidation de la 20e section CNU (suppression de l’Ethnologie et de l’anthropologie biologique), pour ne citer que ces exemples, assorties d’une estimation, arbitraire plus qu’approximative, des communautés concernées sont absurdes et dangereuses. Elle constituerait une régression déplorable, arc-boutée sur des clivages heureusement dépassés au plan national et international du type querelle des « modernes » contre les « anciens » que nous serions.

La richesse des disciplines est faite de leur diversité et de la complémentarité d’approches qui se fécondent mutuellement, comme elle s’enrichit des recherches frontalières. Sous couvert d’actualisation et de mise au goût du jour, cette « nouvelle » nomenclature, cette architecture des disciplines, enfermerait la recherche et l’université française dans des combats d’arrière-garde.Nous exigeons le retrait immédiat de ces nouvelles nomenclatures et l’ouverture de consultations avec les représentants des disciplines, sections du CNU, CP-CNU, sections du Comité national des organismes de recherche.

Le 5 Mars 2011

Jean-Yves BOURSIER, Président de la 20e section du CNU (Ethnologie, Préhistoire, Anthropologie biologique) et le bureau de la 20e section

Jean-François COURTINE, Président de la 17e section du CNU (Philosophie) et le bureau de la 17e section

Motion adoptée par l’assemblée de la CP-CNU réunie le 11 mars 2011

Menaces sur Persée : mises au point contradictoires

La présidence de l’Université Lyon 2  a réagi à la pétition alertant sur la situation du portail de numérisation et diffusion d’articles de revues scientifiques par un communiqué où elle nie l’éventuelle d’une fermeture, tout en reconnaissant que sa situation financière doit amener un changement de sa tutelle et de son fonctionnement. Un argumentaire que remettent à leur tour en cause les personnels concernés sur un blog dédié. Prochaine étape : la rencontre prévue entre les uns et les autres le 17 mars prochain. Affaire à suivre, dans tous les sens du terme…

Le portail « Persée » menacé de fermeture

Une pétition vient d’être lancée suite à la décision unilatérale de la direction de l’Université de Lyon 2 de mettre fin à la convention-cadre qui l’unissait au programme de numérisation et de diffusion libre d’articles de revues scientifiques « Persée« .  Outil de travail devenu indispensable pour la très grande majorité des chercheuses et chercheurs et des étudiant-e-s, mais aussi moyen de diffusion de la recherche auprès du plus grand nombre, cette bibliothèque en ligne pourrait ainsi s’arrêter de fonctionner dès le 10 mai prochain.

Voici l’URL de la pétition : http://www.lapetition.be/en-ligne/Persee-en-peril-9491.html

Continuer la lecture de Le portail « Persée » menacé de fermeture