L’AFS et l’ASES interpellent les parlementaires sur l’état de l’Université

Le fait est suffisamment inhabituel pour être signalé. Par la voix de leurs présidents respectifs, l’Association Française de Sociologie (AFS) et l’Association des Sociologues Enseignant dans le Supérieur (ASES) ont adressé une lettre ouverte aux député-e-s et sénateurs/-trices au sujet de la situation dégradée de l’Université française.

Nous en reproduisons le texte, n’hésitez pas à poster vos commentaires et/ou à faire part de la situation dans votre propre établissement !

Le Mauss appelle au don

L’histoire pourrait presque prêter à sourire si ses conséquences n’en étaient pas si graves. Le Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales qui, depuis maintenant trois décennies, plaide en actes pour une approche alternative des phénomènes économiques et sociaux axée sur les relations de « dons » est mis en danger par une récente condamnation dont il a fait preuve devant les Prud’hommes. Le travail bénévole d’un certain nombre de ses collaborateurs a en effet été reclassé en salariat déguisé, et l’association condamnée à leur verser 30 000 euros. Faute de pouvoir en disposer, celle-ci a donc récemment lancé un appel à un soutien financier de la part de ses lecteurs et sympathisants, afin de poursuivre ses activités éditoriales. Le contre-don est assez évident : contribuer au maintien du pluralisme dans les approches en sciences sociales.

Pour en savoir plus : RDMP, « Le MAUSS est en danger, APPEL URGENT AUX DONATEURS ET BIENFAITEURS », Revue du MAUSS permanente, 14 novembre 2011 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php?article849

Mauvais « genre » au lycée ?

En réponse à une lettre ouverte de Christine Boutin et des associations familiales catholiques au Ministre de l’Éducation nationale qui « s’indigne » (le verbe est à la mode…) et « s’inquiète » de l’introduction des « théories du genre » dans les nouveaux programmes de Sciences et Vie de la Terre, l’Institut Emilie du Châtelet , abrité par le Muséum National d’Histoire Naturelle, a pris l’initiative d’une réponse également sous forme de lettre ouverte, intitulée « Enseigner le genre : contre une censure archaïque ». Celle-ci a été publiée il y a quelques jours sur le site du « Monde.fr » et s’accompagne d’une pétition accessible à ce lien.

Le prix du plagiat

Décidément, le plagiat ne concerne pas que les étudiants, les anciens présentateurs de journaux télévisés ou certains membres de la section 19 au CNU… Les chercheurs ne sont donc plus exempts de ce type de pratiques, comme l’illustre aujourd’hui la demande de Didier Eribon de voir son nom retiré de la liste des lauréats du « Brudner Prize » comme le relate le site du Nouvel Observateur. Celui-ci, décerné chaque année par l’Université étasunienne de Yale, récompense des travaux apportant un apport décisif à l’étude des questions gays et lesbiennes. Didier Eribon n’est cependant pas le plagiaire, mais s’estime au contraire plagié par le lauréat de cette année. D’où sa demande de voir son nom dissocié d’une telle récompense. Voilà de quoi contribuer à la réflexion sur le sens des prix et autres distinctions, dans le monde scientifique comme ailleurs. A ce titre, on pourra conseiller la (re)lecture du Mérite de la République d’Olivier Ihl (Gallimard, 2007), non sans rappeler à ceux qui s’en inspireraient de ne pas oublier de le citer…

Censure à « Hommes et Migrations » ?

Le « durcissement » politique actuel sur la question migratoire ne cesse décidément de distiller ses effets. Dernier épisode en date : l’annulation d’un débat intitulé « Postcolonialisme ou situation postcoloniale ? » qui devait se tenir à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) à Paris, institution qui malgré sa création récente, n’en est pas à sa première controverse. En cause : le refus de la contribution de Nicolas Bancel dans le dossier issu de ces journées et coordonné par Esther Benbassa, qui devait paraître dans le prochain numéro d’Hommes et Migration. Joseph Confavreux a ainsi enquêté sur cette « affaire » pour le site Médiapart et en conclut à un cas de censure pour le moins inquiétant. Les non-abonnés pourront le lire sur le site d’Esther Benbassa, qui propose également d’autres articles réalisés autour de cette histoire. Epilogue : le dossier sur la France postcoloniale en question paraîtra finalement en septembre, mais dans la revue… Mouvements !

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé « Quand les chercheurs n’osent plus chercher« . Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…