Science politique : licences to kill ?

Contrairement à ce que certains croient, il n’y a pas que dans les instituts d’études politiques que la science politique s’épanouit : l’Université constitue également un lieu essentiel d’accès à cette discipline importante des sciences sociale. Outre les Master, plusieurs parcours de licence ont été mis en place dans de nombreuses facultés de droit et science politique pour offrir une orientation alternative aux étudiant-e-s qui se sentent davantage attirés par les sciences sociales que par les branches du droit. Or, l’AERES et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche semblent décidés à ne pas renouveler l’habilitation de plusieurs licences de science politique dans divers établissements du pays, au terme d’évaluations problématiques puisqu’effectuées par des commissions ne comprenant aucun-e politiste.

Face à cette menace, l’AECSP (Association des Enseignants Chercheurs de Science Politique) et l’AFSP (Association Française de Science Politique) ont initié une mobilisation comprenant plusieurs volets :

– l’envoi, le 2 novembre dernier, d’une lettre ouverte commune au Directeur de la section « Formation et diplômes » de l’AERES
– une enquête destinée à collecter  les informations localement éparpillées (rapport d’évaluation, composition des comités d’évaluation, etc) : vous pouvez envoyer ainsi tous renseignements utiles à cette adresse : omaspinfos(at)gmail.com
– une pétition en ligne pour mettre en évidence leurs soutiens

Pour en savoir plus : http://www.petitions24.net/aecsp-afsp_mobilisation_pour_les_licences_de_science_politique

Voir également la page spéciale consacrée à l’avenir des licences de science politique sur le site de l’AFSP : http://www.afsp.info/omasp/licences/avenirdeslicences.html

Vers un pilotage clientéliste de la recherche ?

L’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP)  par la voix de son bureau a récemment publié un communiqué pour alerter ses collègues sur les mutations en cours concernant le gouvernement – pardon le “pilotage”- de la recherche. Un nouveau cran a en effet été franchi cet été avec la mise en place d’une application informatique (ironiquement ?) baptisée DIALOG  qui contraint les directeurs de laboratoire à collaborer à la généralisation du fléchage pour les candidats. Nous reproduisons ci-dessous le texte en question pour le soumettre à votre sagacité.

 

L’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP) attire l’attention de tous les membres des laboratoires et de leurs directeurs, sur les récentes orientations prises par la direction du CNRS. A l’heure actuelle, une opération visant à modifier le mode recrutement des chercheurs a été lancée : il s’agit de remplacer les postes mis au concours sur un support général par des fléchages thématiques et géographiques, imposant un laboratoire et un thème de recherche aux futurs candidats recrutés. Cet été, dans la plus grande discrétion, la direction du CNRS a demandé aux directeurs d’unité de formuler des vœux de recrutement sur trois ans, pour les forcer à s’impliquer, par le biais de l’application DIALOG, dans ce nouveau mode de pilotage. Une telle évolution s’inscrit dans le projet plus général de refonte de la recherche publique qui se met en place avec les Idex.

 L’AECSP s’associe pleinement aux décisions prises lors de l’Assemblée générale réunie par « Sauvons la Recherche » et les organisations syndicale du CNRS le 8 septembre 2011 : les directeurs d’unité et les membres du Comité national présents ont décidé à la quasi unanimité de recommander aux laboratoires de remplir l’application DIALOG en mentionnant uniquement l’intitulé de la ou des sections du Comité National auxquelles ils sont rattachés, sans tenir compte de la limitation à 10% des effectifs de chercheurs mentionnée dans la lettre adressée par le CNRS aux directeurs d’unité. Concernant les objectifs, les participants à l’Assemblée générale recommandent d’indiquer uniquement les besoins en postes d’ITA statutaires.

Il est à craindre que des directeurs de laboratoire soient tentés de répondre favorablement aux demandes de la direction. L’AECSP appelle donc l’ensemble de la communauté des chercheurs et des enseignements chercheurs, chacun dans son laboratoire, à œuvrer pour la mise en œuvre de ce mot d’ordre et la réussite de cette action collective.

Le bureau de l’AECSP

Une victoire pour Alain Garrigou… et la liberté de la recherche

Mercredi 16 février dernier, la 17e chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son jugement dans l’affaire dans laquelle le sondeur et conseiller élyséen Patrick Buisson avait porté plainte pour diffamation contre le politiste Alain Garrigou. Le premier a donc été débouté de l’ensemble de ses demandes et condamné aux dépens. Une issue qui ne pourra que réjouir l’ensemble des chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le texte complet du jugement est disponible à ce lien : http://opiniongate.wordpress.com/

Et le récit du procès par Alain Garrigou : http://opiniongate.wordpress.com/2011/02/01/opiniongate-impressions-d%E2…

Et pour ceux qui auraient manqué le début : http://opiniongate.wordpress.com/un-proces-politique-en-2010-2/