Le prix du plagiat

Décidément, le plagiat ne concerne pas que les étudiants, les anciens présentateurs de journaux télévisés ou certains membres de la section 19 au CNU… Les chercheurs ne sont donc plus exempts de ce type de pratiques, comme l’illustre aujourd’hui la demande de Didier Eribon de voir son nom retiré de la liste des lauréats du « Brudner Prize » comme le relate le site du Nouvel Observateur. Celui-ci, décerné chaque année par l’Université étasunienne de Yale, récompense des travaux apportant un apport décisif à l’étude des questions gays et lesbiennes. Didier Eribon n’est cependant pas le plagiaire, mais s’estime au contraire plagié par le lauréat de cette année. D’où sa demande de voir son nom dissocié d’une telle récompense. Voilà de quoi contribuer à la réflexion sur le sens des prix et autres distinctions, dans le monde scientifique comme ailleurs. A ce titre, on pourra conseiller la (re)lecture du Mérite de la République d’Olivier Ihl (Gallimard, 2007), non sans rappeler à ceux qui s’en inspireraient de ne pas oublier de le citer…

Censure à « Hommes et Migrations » ?

Le « durcissement » politique actuel sur la question migratoire ne cesse décidément de distiller ses effets. Dernier épisode en date : l’annulation d’un débat intitulé « Postcolonialisme ou situation postcoloniale ? » qui devait se tenir à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration (CNHI) à Paris, institution qui malgré sa création récente, n’en est pas à sa première controverse. En cause : le refus de la contribution de Nicolas Bancel dans le dossier issu de ces journées et coordonné par Esther Benbassa, qui devait paraître dans le prochain numéro d’Hommes et Migration. Joseph Confavreux a ainsi enquêté sur cette « affaire » pour le site Médiapart et en conclut à un cas de censure pour le moins inquiétant. Les non-abonnés pourront le lire sur le site d’Esther Benbassa, qui propose également d’autres articles réalisés autour de cette histoire. Epilogue : le dossier sur la France postcoloniale en question paraîtra finalement en septembre, mais dans la revue… Mouvements !

Licenciement abusif d’une chercheuse belge ?

Alors que vient de paraître un ouvrage collectif passionnant sur l’articulation entre engagement et recherche issu d’un séminaire (Des sociologues sans qualité, dirigé par Delphine Naudier et Maud Simonet, La Découverte, 2011), rappelant notamment après Isabelle Kalinowski, que la fameuse « neutralité axiologique » prêtée à Max Weber a alors été mise en avant par Raymond Aron pour discréditer ses collègues marxistes alors dominants lorsqu’il a traduit – et réunit- les deux fameuses conférences composant Le Savant et le Politique, voici que l’Université catholique de Leuwen fournit un cas d’école si l’on ose dire. Il s’agit de la chercheuse Barbara Van Dyck, limogée pour avoir soutenu publiquement des faucheurs d’OGM le 29 mai dernier. Nous reproduisons ci-dessous le texte d’une pétition appelant à son tour à soutenir cette dernière, que vous avez naturellement le droit de signer et faire suivre, sans craindre pour votre emploi. Pour l’instant ?

Continuer la lecture de Licenciement abusif d’une chercheuse belge ?

Charte déontologique de l’AFS : le débat n’est pas (complètement) clos…

A l’occasion du dernier congrès de l’Association française de sociologie (AFS) en 2009, un projet de charte déontologique avait été proposé par certain-e-s, provoquant de vives discussions et un vote qui avait conduit à son rejet, ainsi que nous l’avions relaté à l’époque.

Un groupe de travail s’était alors mis en place, élaborant un second projet présenté en avril 2010, suscitant alors malheureusement bien peu de réactions. Dans l’optique de la prochaine Assemblée générale, qui se tiendra lors du prochain congrès de l’association, à Grenoble le 7 juillet prochain, le Comité Exécutif de l’AFS a décidé de lancer une consultation indicative – mais seulement auprès de ses membres à jour de cotisation, hélas – afin d’évaluer le degré d’adhésion au texte actuel et repérer des modifications qui pourraient être apportées à ce dernier.

Vous pouvez donc prendre connaissance de ce projet… Et si vous êtes membre de l’AFS, vous pouvez vous exprimer à son sujet en cliquant sur les liens contenus dans le courrier que vous avez probablement reçu. La date limite pour répondre est fixée au lundi 23 mai.

La recherche française gelée au Sahel ?

Suite au classement par le Quai d’Orsay du Niger, du Mali et de la Mauritanie comme des pays « à risque », plusieurs organismes de recherche français ont choisi d’interrompre toute mission scientifique dans ces derniers. Une décision que dénoncent divers chercheurs concernés, qui ont initié une pétition en ligne et dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

Nous, enseignants-chercheurs et chercheurs, réagissons à la décision de nos universités et de certaines de nos institutions de recherche (CNRS, IRD, …) de geler toute mission scientifique dans trois pays du Sahel (Niger, Mali, Mauritanie), décision se fondant simplement sur le « classement » du Ministère français des Affaires Etrangères qui considère ces pays comme « à éviter ».

Si des précautions diplomatiques et « sécuritaires » se justifient au vu des attentats et prises d’otages perpétrés contre des Européens dans les zones sahariennes de ces pays, est-il pour autant acceptable de rompre toutes relations entre nos universités et celles de ces trois pays ? S’il est appréciable que nos institutions fassent le maximum pour « protéger » leurs chercheurs, faut-il du jour au lendemain annuler les programmes de recherche en cours avec nos collègues nigériens, maliens et mauritaniens ?

Cette décision ne peut qu’appeler un certain nombre de remarques de notre part.

Une première concerne les critères de classement du MAE, qui semblent faire l’amalgame entre des risques de natures et d’échelles fort diverses, entre des pays en guerre (Irak, Afghanistan, Libye, …) et des pays où la vie se déroule normalement. Par ailleurs, ce classement présente l’inconvénient de ne prendre en considération que les risques dits « terroristes ». Or, un chercheur a beaucoup moins à craindre pour sa vie à Nouakchott, Niamey ou Bamako, que dans d’autres villes africaines à forte criminalité comme Johannesburg, Nairobi ou Lagos, pourtant autorisées aux chercheurs français.

Notre seconde remarque est relative à la non prise en compte, par nos institutions de recherche, de la nuance importante faite par le MAE entre les régions sahariennes de ces trois pays, à juste titre « fortement déconseillées » (zones indiquées en rouge), et les zones sahéliennes qui présentent des risques extrêmement faibles (signalées en orange). Pourquoi nous interdire ces zones « oranges » au Niger, au Mali et en Mauritanie, alors qu’elles restent accessibles dans d’autres pays africains ?

La troisième de nos remarques porte sur un alignement par trop mécanique et hâtif de nos institutions sur les précautions du MAE, et ce alors que les personnels des ambassades, des lycées français, des entreprises privées et des institutions de développement peuvent – fort heureusement – continuer à travailler dans ces pays. Nous pensons qu’une évaluation au cas par cas des demandes de mission serait bien plus adaptée à ce type de situation, qu’une interdiction pure et simple.

Non seulement cette décision nous semble donc disproportionnée, mais elle a surtout pour effet déplorable de mettre brutalement un terme aux collaborations engagées et aux relations patiemment construites avec les chercheurs et enseignants-chercheurs de ces pays, dans le cadre de différents programmes scientifiques innovants sur des questions de santé, de lutte contre la pauvreté, de développement durable, de migrations, etc. Elle pénalise avant tout les institutions et les enseignants-chercheurs des pays du Sud, dont l’implication dans ces programmes peut constituer une ouverture importante vers le reste de la communauté scientifique internationale. Elle fait enfin le jeu des groupuscules extrémistes, contre lesquels les gouvernements de ces trois Etats ne cessent d’œuvrer depuis quelques années.

Si notre responsabilité de chercheurs est de prendre toute la mesure des risques potentiels sur nos terrains de recherche respectifs – terrains avec lesquels nous avons la chance d’entretenir une grande familiarité – et toutes les précautions qu’ils nécessitent, elle réside aussi et surtout dans le fait d’assurer un minimum de continuité dans les collaborations avec nos partenaires ouest-africains et de maintenir vivant le fil fragile qui nous relie.

Par conséquent, nous souhaitons que nos institutions de rattachement et le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, reconsidèrent au plus vite leur position sur cette question et acceptent d’assurer la continuité de nos programmes et partenariats en autorisant de nouveau les missions de recherche à destination de ces trois pays, y compris à certaines conditions dont nous sommes bien évidemment prêts à discuter avec nos autorités de tutelle.

Les signataires

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé « Quand les chercheurs n’osent plus chercher« . Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…

Une victoire pour Alain Garrigou… et la liberté de la recherche

Mercredi 16 février dernier, la 17e chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son jugement dans l’affaire dans laquelle le sondeur et conseiller élyséen Patrick Buisson avait porté plainte pour diffamation contre le politiste Alain Garrigou. Le premier a donc été débouté de l’ensemble de ses demandes et condamné aux dépens. Une issue qui ne pourra que réjouir l’ensemble des chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales.

Le texte complet du jugement est disponible à ce lien : http://opiniongate.wordpress.com/

Et le récit du procès par Alain Garrigou : http://opiniongate.wordpress.com/2011/02/01/opiniongate-impressions-d%E2…

Et pour ceux qui auraient manqué le début : http://opiniongate.wordpress.com/un-proces-politique-en-2010-2/

Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

Ce vendredi 25 février de 16h à 19h, l’association « Chercheurs sans frontière – Free Science » récemment créée en vue de défendre la liberté de la recherche et les chercheurs menacés en raison de leurs activités de recherche organise sa première rencontre dans les locaux de l’Assemblée nationale à Paris (75).

Avec la présence notamment de  Pinar Selek, György Geréby, Karoline Postel-Vinay, Alain Garrigou, Lionel Larqué, Bertrand Monthubert, Daniel Gaxie, Bernard Lacroix, André Brahic, Gérard Noiriel

Continuer la lecture de Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

« Réduire la voilure » de la recherche publique

Pour ceux qui auraient encore des doutes quant aux visées de l’Elysée concernant la recherche publique, les récentes déclarations d’Arnaud Munnich, conseiller en « sciences de la santé » du président de la République permettent de dissiper toute ambiguïté. Si celui-ci expose sans fard la finalité du chef de l’État, celle-ci passe par une réorganisation en profondeur de l’organisation, toute discipline confondue, comme l’expose le journaliste de Libération, Sylvestre Huet sur son blog. Rien de surprenant malheureusement, si ce n’est la relative apathie qui semble  aujourd’hui traverser nos professions face à ces évolutions bien inquiétantes…

Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »

La conversion de la recherche publique à marche forcée vers une « gouvernance par projet » s’amplifie, avec l’injonction à intégrer un des laboratoires d’excellence (« Labex »). C’est ainsi non seulement le financement de la recherche mais la notion même de laboratoire qui sont mises en cause, comme le nouveau Conseil Scientifique du CNRS a tenu à s’en alarmer dès sa première réunion. Nous reproduisons ci-dessous la motion adoptée à cette occasion.

Dès sa première réunion, le 15 novembre 2010, le nouveau Conseil Scientifique du CNRS souhaite s’exprimer sur le volet recherche du Grand Emprunt. Une partie importante de la somme versée au titre des « investissements d’avenir » sera en réalité prélevée sur le budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, comme l’indique un document de la Présidence de la République [1] . De fait, les informations fournies par la direction du CNRS permettent de prévoir une diminution de plus de 10 % des crédits de fonctionnement en 2011. Le financement par le Grand Emprunt va ainsi contribuer à réduire le soutien de base aux laboratoires, qui est pourtant largement considéré comme le seul susceptible de soutenir des recherches originales, indépendantes des modes.

Continuer la lecture de Le CS du CNRS s’inquiète des « Labex »