Auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU : les faits

Au début de l’été, Agora s’était fait l’écho des curieuses pratiques d’auto-promotion dont ont bénéficié certains membres de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie) et des protestations qu’elles ont suscitées. Tandis qu’il y a quelques jours, nous apprenions la démission de 11 des membres de la section en protestation contre ces pratiques un débat s’engageait sur leur caractère exceptionnel, sinon inédit, ou au contraire ancien. Plutôt que d’en rester aux rumeurs, nous avons voulu procéder à une mesure aussi précise que possible des pratiques d’auto-promotion au sein de la section « Sociologie, démographie » du CNU pour la décennie écoulée : c’est le résultat de cette mesure que nous soumettons ci-dessous à vos commentaires…

Continuer la lecture de Auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU : les faits

CNRS : le temps de la « désUMRisation »

Après la création de l’ANR, une nouvelle étape  vient d’être franchie dans le désengagement du CNRS. Ses responsables mettent en effet en actes leur intention affichée de se retirer d’un laboratoire sur deux dans les sciences humaines et sociales. Et ce, indépendamment des résultats des évaluations suscitées par l’institution elle-même. Exemple avec le cas du laboratoire lillois du Clersé, qui regroupe de manière presque unique sociologues et économistes, dont nous reproduisons l’appel ci-dessous. Si votre laboratoire se trouve dans la même situation, n’hésitez pas à en faire part sur Agora : il est important de monter en généralité…

Continuer la lecture de CNRS : le temps de la « désUMRisation »

Promotion des enseignants-chercheurs en sociologie : on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

La rumeur courait depuis quelques jours : dans la liste des enseignants-chercheurs venant d’obtenir une promotion (au rang de professeur ou à la classe exceptionnelle de ce rang) à la suite des décisions de la 19ème section du Conseil national des universités (CNU) figureraient… plusieurs membres de cette section même ! Ce n’est plus une rumeur… Il suffit pour le prouver de comparer la liste des membres du Bureau de la 19ème section et la liste des promus par cette même section, toutes deux publiées sur le blog de l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), fort opportunément intitulé « Transparence CNU 19 ». Nous avons fait le travail pour vous : les trois professeurs promus à la classe exceptionnelle cette année – Gilles Ferréol, Michel Maffesoli et Patrick Tacussel -, sont tous les trois membres de rang A de la 19ème section du CNU.

Continuer la lecture de Promotion des enseignants-chercheurs en sociologie : on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

Sauvons Obstinément la Sociologie (SOS)

Réunis en Assemblée générale à l’occasion de son colloque le 16 avril dernier, l’Association Française de Sociologie a adopté une mention au titre explicite. Ses membres y affirment plus largement leur soutien au mouvement engagé dans les Universités françaises depuis le 2 février dernier et reprennent ce faisant un certain nombre de revendications, parmi lesquelles l’abrogation de la LRU, du Pacte pour la Recherche, de la réforme de la formation des enseignants des premier et seconds degrés, du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et du contrat doctoral, mais aussi le renforcement et la pérennisation des moyens humains et financiers alloués à la recherche en sciences humaines et sociales.

Le texte complet de la motion est consultable au lien suivant : http://www.afs-socio.fr/FI110/27SauvonsObstinementLaSociologie.pdf

« Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Société en évolution, science sociale en mouvement » organisait une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de « Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Dans quelles revues les sociologues publient-ils ?

Par Odile Piriou et Philippe Cibois

Le classement de l’AERES ayant entrainé de fortes réaction chez les sociologues (protestation du CNU, ou encore comparaison avec les listes précédentes pour en montrer les contradictions), nous avons cherché à savoir où publiaient les sociologues.

A cette fin, nous avons considéré que le répertoire des sociologues de l’AFS constituait une base d’observation intéressante dans la mesure où la présentation de chacun est faite par lui-même et donc que si une publication dans une revue est signalée, c’est qu’elle est jugée légitime par l’intéressé. Il ne s’agit donc pas d’un registre où sont enregistrées toutes les publications des sociologues considérés. Nous rappelons que, comme indiqué dans le dernier comptage, la population des sociologues répertoriés dans le répertoire est composée pour 52% de chercheurs ou enseignants-chercheurs, pour 25% de sociologues praticiens et pour 23% de doctorants ou post-doctorants.

Continuer la lecture de Dans quelles revues les sociologues publient-ils ?

Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?

Une vingtaine de revues de sciences humaines et sociales ont décidé de prendre l’initiative d’un appel à refuser l’établissement d’un « classement » des revues par l’AERES qui servirait de point d’appui à l’évaluation de la recherche. Agora publie ci-dessous le texte de cette prise de position.

Un débat très important agite, depuis 2008 au moins, la communauté internationale des chercheurs. Il concerne les revues et les modalités de leur classement, de leur notation et de leur évaluation. L’évaluation des revues n’est pas neuve (pensons par exemple au classement proposé par le CNRS en 2004), et les chercheurs sont familiers de la logique de hiérarchisation, plus ou moins formelle, qui sous-tend les pratiques scientifiques. Il nous semble même normal, sensé et essentiel que soient mises en valeur et distinguées les revues dont la qualité scientifique est reconnue par les professionnels de la recherche. Mais selon quels critères et selon quelles modalités ? Aujourd’hui, il nous paraît urgent de faire connaître notre position sur cette question, d’autant que la signification de la liste française de revues établie par l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) s’est vue confortée par la réforme du statut de l’enseignant-chercheur promue par l’actuel gouvernement.

Continuer la lecture de Les revues de sciences humaines et sociales doivent-elles être classées ?

Le Savoir en colère

Directeur de recherches au CNRS dans un « laboratoire en lutte », spécialiste de sociologie politique de l’Etat et de la « politique par le bas », Jean-François Bayart propose dans une courte mais percutante tribune une analyse des raisons du mouvement actuel des enseignants-chercheurs. Où le mépris affiché jusqu’au plus haut sommet de l’Etat associé à la propagation de nombreuses contre-vérités sur l’état de la recherche universitaire française ne joue pas un rôle négligeable.

Continuer la lecture de Le Savoir en colère