L’appel des « refondateurs » aux collègues universitaires

Publié le 17 mai dernier par les membres du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (Mauss) et de sa revue (dont le numéro de mai portait justement sur « l’Université en crise »), le « Manifeste pour refonder l’Université française » regroupe déjà plus de 5 000 signataires.  Alors que la trève estivale se profile largement, ses initiateurs viennent de publier une piqûre de rappel à l’adresse de leurs collègues, et plus largement du reste de la société française, sous la forme d’une tribune publiée dans Le Monde daté du 9 juillet où ils réaffirment la nécessité d’une réflexion collective sur la place de cette institution pluriséculaire. Ils appellent ainsi à l’organisation de réunions « décentralisées » dès la rentrée en vue d’élaborer une charte, non de bonne conduite, mais de principes sur lesquels les universitaires refuseraient de transiger.

Quatre points sont selon eux à débattre en priorité : la place de l’Université au sein du système global de l’enseignement supérieur ; les missions de l’Université ; les cursus d’enseignement (sélection et/ou orientation) ; la gouvernance[1] des universités. Tenons-le nous pour dit !

A noter également que le site Internet du même quotidien du soir a organisé le 8 juillet un « tchat » avec le philosophe Marcel Gauchet, membre du collectif qui en détaille certaines positions, et dont le contenu peut être consulté à ce lien.

[1] Certains s’étonneront sans doute de trouver ce terme ici, étant donné l’imaginaire éminemment gestionnaire qu’il charrie

A l’Université, rien de nouveau ?

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde dans son édition datée du 8 juillet et intitulée « Université : rien de nouveau », Stéphane Tassel interpelle directement Valérie Pécresse. Le secrétaire général du SNESUP-FSU rappelle à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche l’ampleur et les revendications du mouvement qui a agité l’Université française depuis cinq mois et l’invite à dialoguer avec les organisations représentatives. En attendant la réplique de la ministre (et future tête de liste de la majorité présidentielle aux élections régionales en Ile-de-France faut-il le rappeler), cette intervention rappelle que la mobilisation n’est bel et bien pas terminée…

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/07/07/universite-rien-de-nouveau-par-stephane-tassel_1216254_3232.html

Sauvons Obstinément la Sociologie (SOS)

Réunis en Assemblée générale à l’occasion de son colloque le 16 avril dernier, l’Association Française de Sociologie a adopté une mention au titre explicite. Ses membres y affirment plus largement leur soutien au mouvement engagé dans les Universités françaises depuis le 2 février dernier et reprennent ce faisant un certain nombre de revendications, parmi lesquelles l’abrogation de la LRU, du Pacte pour la Recherche, de la réforme de la formation des enseignants des premier et seconds degrés, du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et du contrat doctoral, mais aussi le renforcement et la pérennisation des moyens humains et financiers alloués à la recherche en sciences humaines et sociales.

Le texte complet de la motion est consultable au lien suivant : http://www.afs-socio.fr/FI110/27SauvonsObstinementLaSociologie.pdf

« Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Société en évolution, science sociale en mouvement » organisait une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Continuer la lecture de « Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Bruno Latour ou la nouvelle bureaucratie de marché

Le 2 mars dernier, Philippe Corcuff, Maître de conférences en science politique à l’IEP de Lyon, publiait sur son blog un billet en réponse à l’article de Bruno Latour paru peu auparavant dans un « grand » quotidien du soir. Nous le reproduisons ici avec l’aimable autorisation de l’auteur. A lire également l’article de Jean-Louis Fabiani, « Et si Bruno Latour avait raison ? »

Quand un grand sociologue se fait l’idéologue de la contre-réforme néomanagériale de l’université…

Le sociologue Bruno Latour s’est transformé en héraut de la contre-réforme de l’université promue par Valérie Pécresse (« Autonomie, que de crimes on commet en ton nom ! », Le Monde, 26-02-2009)… Incarnera-t-il un des derniers intellectuels de gauche perdus rhétoriquement dans le bougisme sarkozyste?

Continuer la lecture de Bruno Latour ou la nouvelle bureaucratie de marché

Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Par Jean-François Bayart, directeur de recherches au CNRS

En annonçant la rupture, Nicolas Sarkozy n’avait pas trompé sur la marchandise. Malgré ses incohérences discursives de chauve-souris (voyez mes ailes, je suis libéral et atlantiste, voyez mon corps, je suis national et protecteur), ses objectifs sont clairs : d’une part, soumettre la société française à la dictature d’une rationalité strictement comptable, quantitative et financière, celle du New Public Management, en cassant l’autonomie des corps intermédiaires, des institutions, des métiers ; de l’autre, la corseter à grand renfort de lois liberticides, de fichiers, de vidéosurveillance, de descentes policières aux abords des écoles et dans les établissements eux-mêmes sous prétexte de lutte contre l’immigration clandestine et la drogue, d’ingérences dans les médias, la magistrature ou le monde des affaires, d’invocations étatiques de l’ « identité nationale » (incitations à la délation à l’appui), de traques contre une « ultragauche » censée être virulente mais dont les juges ont quelque peine à établir la culpabilité. D’un côté, le néo-libéralisme ; de l’autre, le dirigisme, et de plus en plus l’autoritarisme. En bref, le national-libéralisme.

Continuer la lecture de Le mouvement des chercheurs et universitaires doit maintenant « monter en généralité »

Le Savoir en colère

Directeur de recherches au CNRS dans un « laboratoire en lutte », spécialiste de sociologie politique de l’Etat et de la « politique par le bas », Jean-François Bayart propose dans une courte mais percutante tribune une analyse des raisons du mouvement actuel des enseignants-chercheurs. Où le mépris affiché jusqu’au plus haut sommet de l’Etat associé à la propagation de nombreuses contre-vérités sur l’état de la recherche universitaire française ne joue pas un rôle négligeable.

Continuer la lecture de Le Savoir en colère

Statut des enseignants-chercheurs : les Présidents qui s’opposent

L’unanimité n’est pas de mise dans les rangs des présidents d’université. Alors que certains semblent plutôt en accord avec la réforme du décret régissant le statut des enseignants-chercheurs, d’autres s’opposent avec véhémence à « tous les projets de réforme controversés de l’enseignement et de la recherche ». Ces derniers étaient ainsi réunis dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne lundi 9 février entourés de 400 étudiants et personnels de l’enseignement supérieur, et outre une critique en règle du projet de « mastérisation » des concours de recrutement des enseignants du secondaire, ont lancé un appel commun.

Voir le compte-rendu qu’en fait « Le mensuel de l’Université » :

http://www.lemensuel.net/2009/02/10/statut-des-enseignants-chercheurs-les-presidents-qui-sopposent/

Université : les raisons de la colère

Le site La vie des idées publie aujourd’hui un dossier très fourni sur le mouvement en cours dans les universités françaises. Y sont indiquées un certain nombre de ressources bibliographiques, mais aussi Internet, proposant notamment un regard vers les systèmes étrangers d’enseignement supérieur et de recherche.

Sont également rassemblés plusieurs articles publiés antérieurement par La vie des idées : le débat sur le « localisme » dans le recrutement universitaire,  une analyse roborative du « malentendu » entre universités et entreprises aux Etats-Unis signée Pierre Gervais, une critique par Marie Duru-Bellat du paradigme de « l’économie de la connaissance » aujourd’hui au coeur des réformes, et enfin une proposition d’Eric Maurin, inspirée des exemples néo-zélandais et australien, pour financer l’université différemment.

A noter enfin un article inédit de Vincent Duclert proposant une analyse du mouvement, et ses implications sociales plus larges, ainsi qu’en fin d’article un appel aux enseignants-chercheurs à « se saisir [du débat soulevé par les réformes engagées] en savants » qui ne devrait pas manquer de soulever quelques polémiques.

Le dossier est accessible à ce lien :
http://www.laviedesidees.fr/+-Universite-les-raisons-de-la-+.html