Les palm(ar)es académiques

Les gazettes font leurs choux gras des palmarès en tous genres : les « meilleurs » restaurants, les « meilleurs » vins, les « meilleurs » 4×4, avant que ne soit venu le tour des services publics d’être soumis à l’arbitraire du « benchmarking », hôpitaux ou lycées. Et voici que la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche annonce avec fierté la naissance désormais d’un palmarès des meilleures universités dans les colonnes du Figaro. Et quel(s) indicateur(s) ses services ont-ils construits pour classer les établissements ? La qualité des enseignements, le dynamisme associatif, la vigueur de la recherche ? Non, l’insertion professionnelle, modulée par le statut en emploi et la qualité des employeurs  (sic). Bref, l' »employabilité » comme on dit dans la novlangue néolibérale, érigée progressivement comme l’alpha et l’oméga des missions de l’Université. « J’ai décidé de ne plus habiliter de nouvelle licence sans un stage obligatoire en entreprise », affirme ainsi clairement Mme Pécresse, qui explique également que son Ministère aide financièrement les Universités à constituer leurs réseaux d’anciens élèves, à l’instar des grandes écoles.

Quand le Conseil constitutionnel examine la LRU

Hier, mardi 27 juillet, l’audience publique du Conseil constitutionnel a entre autres porté sur deux questions prioritaires de constitutionnalité  tenant aux effets de la LRU sur le statut des enseignants-chercheurs. Le débat porte plus précisément sur la remise en cause de l’indépendance des professeurs d’Université que cette révision du code de l’Education pourrait constituer. On peut écouter les deux plaidoiries opposées sur le site du Conseil constitutionnel. On rappellera en passant que la publicité des audiences est une innovation toute récente, puisque la première a eu lieu le 25 mai dernier. Pour plus de détails quant au renvoi de la LRU devant le Conseil constitutionnel décidé par le Conseil d’Etat, voir ici. Les neuf « sages » doivent rendre leur décision le 6 août prochain à 10h. Affaire à suivre…

« Réformes » de l’Université : un enjeu européen

Si les médias ont abondamment relayé les mouvements qui ont animé l’Université française ces dernières années, ils sont restés en revanche beaucoup plus discrets sur les logiques structurelles qui les sous-tendent, et en particulier sur la dimension européenne des réformes (1), mais aussi de leurs oppositions, tant intra-(2) qu’internationales.  Nouvelle illustration avec le récent contre-sommet qui s’est tenu à Vienne du 11 au 14 mars derniers. Un collègue, chercheur au CNRS, y était et nous en propose le compte-rendu qui suit, non sans oublier de replacer cet événement dans la perspective nécessaire.

Continuer la lecture de « Réformes » de l’Université : un enjeu européen

L’Université brûle-t-elle ?

Loin de se cantonner à l’Hexagone, la « réforme » de l’enseignement supérieur et de la recherche concerne l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne, en vertu des processus de Lisbonne et de Bologne. L’association « Theoria Praxis » organise un grand débat européen à la Sorbonne (Paris), ce jeudi, 11 février, avec de nombreux intervenants venus de l’ensemble de la communauté, et peut-être Valérie Pécresse, si son agenda le veut bien…

Plus de détails sur le site de la manifestation.

Continuer la lecture de L’Université brûle-t-elle ?

« L’autre » CNU et l’avenir de l’enseignement

Après plusieurs semaines de « veille », la Coordination Nationale des Universités s’est de nouveau réunie ce lundi 25 janvier 2010 à Paris. 28 établissements étaient représentés aux côtés de différentes organisations syndicales ou associatives. Au terme de ce rassemblement, plusieurs motions – que nous reproduisons ci-dessous- ont été adoptées, qui invitent à penser ensemble les différentes « réformes » actuellement à l’œuvre aux différents âge du système éducatif. Un certain nombre de positions fermes ont ainsi été adoptées, allant de l’organisation des concours d’enseignement à l’évaluation des enseignants-chercheurs en passant par l’emploi institutionnalisé des vacataires.  Le débat est (r)ouvert, reste la question de la temporalité et des modes d’action…

Continuer la lecture de « L’autre » CNU et l’avenir de l’enseignement

19e section du CNU : la crise divise

La trêve des confiseurs n’y a rien fait : l’affaire des auto-promotions au sein de la section 19 du Conseil National des Universités n’est toujours pas réglée. Elle est même entrée dans une nouvelle phase avec la division qui s’est opérée dans les rangs des « contestataires ». Bref rappel des faits : pour protester contre l’auto-promotion de certains de leurs « confrères », 11 membres de la 19e section ont démissionné, tandis qu’un appel initié notamment par les deux principales associations professionnelles, l’Association française de sociologie (AFS) et l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) réunissait plus de 600 signataires. Les mis en cause n’ont cependant pas réagi, soutenus en cela par la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse (UMP), arguant que « toutes les procédures ont été respectées ».

Continuer la lecture de 19e section du CNU : la crise divise

La « masterisation » ou l’art d’habiller les coupes budgétaires

Ce mardi, 15 décembre,  différentes organisations syndicales de l’enseignement, associations de parents d’élèves, étudiantes et lycéennes appellent à une journée d’action contre le projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants, dit de « masterisation ». Alors que la quasi-totalité des 32  Instituts Universitairs de Formation des Maîtres (IUFM) est mobilisée depuis plus d’une semaine, chacun ou presque s’étant doté d’un site Internet dédié (voir par exemple celui de l’IUFM du Nord-Pas-de-Calais), de multiples conseils d’administration ou d’Université se sont prononcés contre cette réforme, ainsi que le relate Sylvestre Huet sur son (excellent) blog.

Continuer la lecture de La « masterisation » ou l’art d’habiller les coupes budgétaires

L’enseignement supérieur entre Nouvelle gestion publique et dépression économique

Vendredi 11 et samedi 12 décembre prochains,le réseau FOREDUC qui travaille sur l’application de la Nouvelle gestion publique (mieux connue sous son appellation anglaise de New Public Management) dans l’éducation accueille un atelier consacré à l’enseignement supérieur à l ‘Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense. L’occasion de  récapituler la manière dont ce paradigme a progressivement pénétré cette sphère particulière de la production et de la transmission de connaissances dans différents pays, mais aussi de se livrer à quelques essais de prospective. En attendant que la LRU entre prochainement en action, à moins que…

Continuer la lecture de L’enseignement supérieur entre Nouvelle gestion publique et dépression économique

Doctorants en science politique, comment vous financez-vous ?

Dans le contexte de mise en place du « contrat doctoral » l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) diffuse un appel auprès des doctorants de sa discipline afin de connaître leurs conditions de rémunération. Nous le reproduisons ci-dessous en espérant qu’il pourra inspirer diverses initiatives…

Le mois d’octobre 2009 est le moment pour certains de découvrir le nouveau contrat doctoral élaboré par leur université. L’éclatement des pratiques universitaires, les nouvelles lois sur l’autonomie et la suppression du cadre national de l’allocation et du monitorat, rendent difficile la bonne évaluation de la situation des doctorants en science politique, et plus généralement en sciences sociales.

Continuer la lecture de Doctorants en science politique, comment vous financez-vous ?

Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

Deux fois par mois, l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris va accueillir cette année un séminaire un peu particulier. Celui-ci s’inscrit dans la suite des mouvements nés dans le monde universitaire français du refus du nouveau dispositif d’enseignement et de recherche mis en œuvre par le gouvernement de M. Sarkozy : « autonomie » des universités, nouveau statut des personnels, mastérisation des concours, transformation du CNRS et des autres EPST en « agences de moyens », nouvelles formes d’« évaluation » inspirées de la gestion des entreprises, etc. Cet ensemble de « réformes » a suscité parmi les universitaires et chercheurs de très vifs débats. Certains le soutiennent activement, d’autres le refusent farouchement et aspirent à d’autres réformes. Le rapport des forces est incertain et l’avenir reste ouvert.

Continuer la lecture de Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif