Le prix du plagiat

Décidément, le plagiat ne concerne pas que les étudiants, les anciens présentateurs de journaux télévisés ou certains membres de la section 19 au CNU… Les chercheurs ne sont donc plus exempts de ce type de pratiques, comme l’illustre aujourd’hui la demande de Didier Eribon de voir son nom retiré de la liste des lauréats du « Brudner Prize » comme le relate le site du Nouvel Observateur. Celui-ci, décerné chaque année par l’Université étasunienne de Yale, récompense des travaux apportant un apport décisif à l’étude des questions gays et lesbiennes. Didier Eribon n’est cependant pas le plagiaire, mais s’estime au contraire plagié par le lauréat de cette année. D’où sa demande de voir son nom dissocié d’une telle récompense. Voilà de quoi contribuer à la réflexion sur le sens des prix et autres distinctions, dans le monde scientifique comme ailleurs. A ce titre, on pourra conseiller la (re)lecture du Mérite de la République d’Olivier Ihl (Gallimard, 2007), non sans rappeler à ceux qui s’en inspireraient de ne pas oublier de le citer…

C’était inscrit…

Un an après la révocation du président de l’Université de Toulon, une nouvelle affaire de trafic d’inscription vient d’être mise à jour à l’Université de Paris 13-Villetaneuse, impliquant une fois de plus des étudiants venus de Chine, comme le relate le blog de la rédaction du « Monde éducation », le bien nommé « Peut mieux faire« . Suspendu pour 3 ans par le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, le responsable de ce trafic a d’une certaine manière mis en application le contenu de ses enseignements puisqu’il est maître de conférences en…gestion ! Mais au-delà de cet aspect ironique, on peut se demander jusqu’à quel point cette nouvelle sorte de déviance n’est pas la conséquence logique de l' »autonomisation » des universités, à commencer par la montée en leur sein d’une injonction à l’internationalisation.

Sur le même blog, on lira également un autre billet récent concernant l’abandon par le Ministère de l’Emploi de sa tutelle sur le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) qui pourrait intervenir dès 2013, avec pour conséquence première une baisse drastique des budgets de l’établissement. Une décision qui peut apparaître peu cohérente à une période où l’insertion professionnelle des jeunes est érigée en préoccupation centrale.

Quand les chercheurs n’osent plus chercher

A lire (entre autres…) dans le numéro de mars du Monde diplomatique, un article signé Howard S. Becker  et intitulé « Quand les chercheurs n’osent plus chercher« . Où l’auteur d’Outsiders et des Mondes de l’art (entre autres…) revient sur les formes insidieuses d'(auto-)censure qui s’installent progressivement dans le monde académique des sciences sociales. A lire et à méditer…

Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

Ce vendredi 25 février de 16h à 19h, l’association « Chercheurs sans frontière – Free Science » récemment créée en vue de défendre la liberté de la recherche et les chercheurs menacés en raison de leurs activités de recherche organise sa première rencontre dans les locaux de l’Assemblée nationale à Paris (75).

Avec la présence notamment de  Pinar Selek, György Geréby, Karoline Postel-Vinay, Alain Garrigou, Lionel Larqué, Bertrand Monthubert, Daniel Gaxie, Bernard Lacroix, André Brahic, Gérard Noiriel

Continuer la lecture de Première rencontre de « Chercheurs sans frontière »

Démocratie, « experts » et intérêts personnels

Dans une tribune publiée il y a quelques jours sur « Mediapart » et intitulée « La démocratie n’est pas une affaire de compétences ni d’intérêts économiques« , un collectif de jeunes « intellectuels » soulevait un écart problématique de la part d’un « grand » quotidien vespéral qui encensait Hakim El Karui, un jeune « expert » franco-tunisien, censé incarner la pointe du renouvellement démocratique de la Tunisie, indépendamment de ses intérêts économiques et de ses relations douteuses. Une affaire qui, au-delà du cas considéré, soulève la question de nos représentations et attentes vis-à-vis du profil de nos représentants.

Affaires bien étrangères

L’ancien ambassadeur de France à Tunis, Pierre Ménat, s’est fait remarquer – et débarquer- pour sa clairvoyance sur la situation de ce pays. Sauf que bien plus qu’une erreur personnelle, cette anecdote tragi-comique semble refléter une évolution plus générale de la diplomatie hexagonale qui se coupe de la recherche après un bref ralentissement. Tel est du moins le constat que dresse Jean-François Bayart dans un billet publié hier sur son blog du site Mediapart et explicitement intitulé « Suicide intellectuel« . Un témoignage édifiant qui illustre une fois de plus les rapports cordiaux qu’entretient le gouvernement actuel avec les sciences humaines et sociales…Mais pour quelles conséquences ?

Pinar Selek de nouveau acquittée

La sociologue turque Pinar Selek qui subit un véritable harcèlement judiciaire de la part du Ministère public pour sa défense acharnée des minorités, vient d’être acquittée pour la troisième fois par la douzième chambre de la Haute cour criminelle d’Istanbul. Une décision dont on peut se réjouir, même si la procédure n’est pas pour autant terminée car cette décision doit encore être examinée par le Haut conseil général pénal de la Cour de cassation. On peut entendre la réaction de cette dernière sur le site de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme, ainsi que le commentaire de l’avocat Martin Pradel, observateur mandaté au procès.