Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Une fois n’est pas coutume (mais peut le devenir…), Agora est heureux de vous faire part de la naissance d’un proche cousin, le blog « Pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire et de la géographie », lui aussi hébergé par Hypotheses.org et accessible à l’adresse http://aggiornamento.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Refonder l’enseignement de l’histoire et de la géographie ?

Terminale : les projets de programme en consultation

Comme promis, la consultation sur les projets de nouveaux  programmes pour les classes de terminale vient d’être lancée par le Ministère de l’Éducation nationale et doit se dérouler jusqu’au 22 avril. Les SES sont bien évidemment concernées – et ce malgré la demande d’un moratoire sur le projet de programme de 1ère-, avec un projet pour le tronc commun ainsi que pour l’enseignement de spécialité, qui serait désormais découpé en deux options : économie approfondie et sciences sociales et politiques.

Bonne lecture, et surtout n’hésitez pas à exprimer votre opinion !

« Nous refusons la liquidation des Sciences économiques et sociales »

La procédure en cours de modification des programmes de sciences économiques et sociales (SES) au lycée fait l’objet de vifs débats depuis des mois, dont il est régulièrement fait écho ici. Plusieurs associations d’enseignants-chercheurs en sciences sociales dans le supérieur viennent de rendre public un appel contre ce qu’elles considèrent comme une « liquidation » du projet des SES et que nous accueillons ici à leur demande, en invitant chacune et chacun à signer le texte si elle ou il se sent en accord avec son contenu.

Malgré leur succès avéré auprès des élèves, les Sciences économiques et sociales (SES), matière enseignée au lycée depuis 40 ans, font à nouveau l’objet de projets visant à leur liquidation. La réforme des programmes engagée, dont le but explicite est de « refonder » les SES, tourne le dos à ce qui constitue la valeur et l’attrait de cette matière : la possibilité d’apporter aux lycéens des connaissances et des méthodes leur permettant de mieux comprendre la réalité économique et sociale, en privilégiant des outils qui leur seront, en outre, durablement utiles, en tant que citoyens, étudiants, ou actifs.

Continuer la lecture de « Nous refusons la liquidation des Sciences économiques et sociales »

Les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales : une remise en cause historique, mais de quoi au juste ?

L’actuelle refonte des programmes de sciences économiques et sociales du lycée suscite de nombreuses réactions, dont AGORA / Sciences sociales a jusqu’ici régulièrement rendu compte. Pour continuer de contribuer à ce débat, nous reproduisons aujourd’hui la transcription d’une intervention d’Emmanuel Buisson-Fenet lors d’une journée d’études organisée par la revue Tracés à l’ENS de Lyon, le 11 février 2011, consacrée aux « sciences humaines dans les politiques éducatives ».

La discussion n’est pas close : n’hésitez pas la prolonger en faisant part à l’auteur de vos réactions dans les commentaires de cet article !
Continuer la lecture de Les nouveaux programmes de sciences économiques et sociales : une remise en cause historique, mais de quoi au juste ?

« Une société sans classes …. ?… Dans les programmes scolaires ! »

Alors que les classes sociales sont progressivement évacuées des discours politiques, médiatiques mais aussi statistiques [1], voici qu’elles pourraient subir le même sort dans les programmes de SES. C’est ce que suggère en tous les cas le projet de programme de 1ère ES censé entrer en vigueur dès septembre prochain. Alors que celui pour la classe de terminale doit être dévoilé dans les jours à venir, plusieurs associations d’enseignants-chercheurs du supérieur -l’Association des enseignants-chercheurs en science politique (AFEP), l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES), l’Association française d’économie politique (AFEP)- organisent un « colloque d’urgence » ce mardi 15 février de 14 à 17 h « pour défendre les sciences économiques et sociales au lycée » à Paris (75), dans le grand amphithéâtre de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (105, boulevard Raspail, métro : Rennes ou Notre-Dame-des-champs).

Continuer la lecture de « Une société sans classes …. ?… Dans les programmes scolaires ! »

L’Apses lance « l’appel de Vitruve »

Alors que le projet de nouveau programme pour la Terminale ES devrait être rendu public par le « groupe d’experts » présidé par Jacques Le Cacheux dans les prochains jours, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) réunissait ce samedi 5 février les « États généraux des SES » à Paris et continue d’appeler à un moratoire sur la mise en œuvre du nouveau programme de 1ère à la rentrée prochaine.

A l’occasion de cette journée de débats, elle a également lancé un « appel de Vitruve » – en référence à la rue où se tenait la manifestation, mais aussi symboliquement à l’homme de Vitruve de Léonard De Vinci – pour la sauvegarde des SES et de leur esprit.

Continuer la lecture de L’Apses lance « l’appel de Vitruve »

L’Apses répond à Alain Beitone

Le directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, ne s’attendait sans doute pas à arbitrer le débat sur les nouveaux programmes de SES. Voici en tous cas qu’après la lettre qu’Alain Beitone, l’un des membres de la commission chargée de concevoir ces programmes, il vient de recevoir un nouveau courrier de la part de Marjorie Galy, présidente de l’Apses, que nous reproduisons à sa demande ci-dessous.

Continuer la lecture de L’Apses répond à Alain Beitone

Les SES dans la presse

Sous la plume de sa présidente, Marjorie Galy, l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) a récemment publié deux tribunes dans deux quotidiens nationaux L’Humanité et Le Monde, dans leurs éditions datées respectivement du 14 et du 18 janvier 2011. Elle y déplore notamment l’occultation des débats de société dans les nouveaux programmes de la discipline, notamment celui de la classe de première, qui doit entrer en vigueur à la rentrée prochaine. Et ce alors que le groupe d’experts qui les a rédigés planche actuellement sur celui de terminale. Alain Beitone, enseignant de SES et membre dudit groupe, réfute toutefois cette accusation dans une lettre qu’il a adressée au directeur de L’Humanité et rendue publique sur son blog. Une nouvelle phase dans la publicisation du débat autour de l’avenir de la discipline, dont il est toutefois encore trop tôt pour évaluer les effets.

Une « formation » bien martiale

Non contents d’être soumis à une charge d’enseignement à plein temps, pour des motifs budgétaires, les nouveaux enseignants stagiaires du second degré (les « PLC2 » comme on di(sai)t dans le jargon) bénéficient également de journées banalisées de formation particulièrement roboratives. Plutôt que de s’essayer à colmater les failles d’une formation pédagogique absente, les autorités rectorales préfèrent organiser une opération promotion pour… l’armée. C’est du moins ce qui s’est passé à Bordeaux comme le raconte une jeune stagiaire aujourd’hui sur le site Rue 89. Si vous souhaitez également partager votre expérience en la matière, n’hésitez pas !

Les rencontres de l’IDIES en ligne

Organisées dans le cadre des Journées de l’Economie, les 3e rencontres de l’Institut pour le Développement de l’Information Economique et Sociales (IDIES) ont accueilli le 9 novembre dernier un débat autour de « l’enseignement de l’économie après la crise » (au lycée) réunissant Jacques Le Cacheux, président du groupe d’experts chargés d’élaborer le projet de nouveau programme de SES de 1ère, Marjorie Galy, présidente de l’APSES, Sylvie Cordesse-Marot, son homologue de l’Association des enseignants d’économie-gestion  (APCEG) et Jean-Renaud Lambert, enseignant de SES à Marseille et favorable au nouveau programme. Leurs interventions peuvent être visionnées en ligne sur le site de l’IDIES, ainsi que celles d’un autre débat sur l’information économique. A lire également sur le site un article de Philippe Frémeaux sur la dissolution du controversé CODICE pour des raisons…budgétaires ! L’histoire est parfois bien ironique…