Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout)

Nous vous relayions il y a quelques jours la déclaration de professeurs siégeant au sein de la 19e section du CNU et dénonçant les  nouvelles auto-promotions dont elle a été le théâtre. Pour compléter cette dernière, nous reproduisons, avec sa permission, la lettre ouverte qu’Alain Quemin a adressé à ses collègues. Voilà qui devrait alimenter les discussions au prochain Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), début juillet à Grenoble, où les principaux intéressés ne seront malheureusement sans doute pas présents…

Cher-e-s Collègues,

Je viens de prendre connaissance des raisons qui ont conduit le CNU à ne pas retenir ma candidature à la classe exceptionnelle des professeurs … et à  me préférer des dossiers aussi brillants que ceux de Francis Farrugia et de Jean-Bruno Renard.

On aurait tort de ne pas prendre au sérieux les écrits de Michel Mafessoli et de son ancienne étudiante astrologue adoubée sociologue par sa volonté,  madame Hanselmann – Teyssier : je prédisais depuis l’an dernier déjà que, ne reculant devant rien, le CNU de 19ème section allait promouvoir, en fin de  mandature, Francis Farrugia qui restait un de ses derniers membres à servir ! La conjoncture des arrangements au CNU (et de la tribu qui y fait régner la loi), si ce n’est celle des planètes, était infiniment favorable à Francis Farrugia. Ce qu’il y a de réconfortant avec les membres de ce CNU en fin de  mandature, c’est qu’ils osent tout. C’est même précisément à ça qu’on les reconnait…

J’ai moi-même pris connaissance de ce qui est « reproché » à mon dossier. Et bien rien ! Il faut juste que je continue ! Comme on dit au foot, « Allez, les petits  gars, encore un effort ! », pendant ce temps, ce sont les Farrugia et Renard qui sont promus (comme l’ont été les Deniot, Ferréol, Tacussel, Mafessoli,  Mouchtouris et consorts ! Quand même, regardez leurs dossiers, il fallait oser).

Au moment de saisir mes observations sur l’application du Ministère, j’ai donc saisi le texte suivant, que je tiens à rendre public, pour encourager les  collègues qui se sont fait éconduire pour laisser la place à des Farrugia et Renard, à en faire autant :

« Les « motivations » de la 19ème section du CNU sont quand même très minces !
Pourquoi ne pas avoir écrit que, depuis le début de cette mandature, la section pratique sans vergogne une autopromotion honteuse de ses propres  membres qui a entraîné des démissions massives de ceux qui n’entendaient pas être tenus pour complices de ces pratiques honteuses ? Et que cette  année encore, la section s’est une fois de plus goinfrée en attribuant, des promotions, dont à la CE, à des membres dont le dossier « scientifique » est  indéfendable. Dès lors, il fallait bien éliminer tous les bons dossiers…
Ces quatre années de CNU resteront comme une parenthèse honteuse pour la 19ème section du CNU qui a enchaîné décision et pratiques scandaleuses  sur décision et pratiques scandaleuses ».

Personnellement, je n’irai pas au congrès de l’AFS à Grenoble, Philippe Cibois ayant joué un rôle que je désapprouve entièrement – et je le lui ai fait savoir  dès son intervention – dans le maintien de ce CNU en allant chercher de nouveaux candidats pour y siéger. Mais si vous le croisez ou si vous y rencontrez  les heureux bénéficiaires des largesses du CNU, faites moi savoir s’ils s’y présentent la tête haute.

Cordialement à tou(te)s.

Alain Quemin

PS : Je dois corriger un point dans l’information transmise sur la nomination de Michel Maffessoli à l’Institut Universitaire de France :  Non, le Ministère n’a pas usé de procédure dérogatoire pour le faire entrer à l’IUF. Les procédures dérogatoires sont républicaines. Le Ministère a ajouté  par la force le nom de Michel Maffessoli à la liste des lauréats qui avait été arrêtée par le jury international (jury qui, depuis des années, rejetait  constamment le dossier de Michel Maffessoli en constatant que son dossier n’avait pas la consistance scientifique suffisante). Le Ministère a juste décidé de violer les lois et règlements qu’il est en charge de garantir. C’est autrement plus grave et c’est bien ce qui est à la source de l’illégitimité la plus absolue  de Maffessoli membre de l’IUF. Si mes souvenirs sont bons, nous avons été deux tiers des membres de l’IUF à nous mobiliser pour protester contre ce  coup de force détestable.


3 réflexions au sujet de « Section 19 du CNU, suite et pas fin (du tout) »

  1. J’ai la joie de vous annoncer que Farrugia sera bien à l’AFS, dans son RT préféré – sociologie de la connaissance. Je vous laisse découvrir la qualité du résumé qu’il a proposé et qui a été accepté par le dit RT :

    FARRUGIA Francis
    Professeur / Université de Franche-Comté
    RT 10 Sociologie de la connaissance Session 1 (mardi 5 juillet 2011 – 14h30/16h30 en salle non précisée)
    Un syndrome narratif méthodologique : la dissociation sujet/objet
    Je me propose d’examiner les limites d’un paradigme objectiviste très actif en sociologie qui intercale la Méthodode entre un Objet choisi sur un Terrain et un Enquêteur désubjectivé de passage sur ce Terrain, mettant son objet en garde à vue, afin d’en obtenir des aveux. Ce Chercheur qui mobilise un esprit et des dispositions héritées de pratiques inquisitoriales médiévales, mène son Enquête empirique en technicien avisé, armé de Méthodes destinées à monter les pièges de l’interrogatoire. Il est un spécialiste se mouvant dans un Programme de recherche le plus souvent utilitaire et technoscientifique, car comme tout enquêteur en service commandé, il est souvent assujetti à une demande qui le lie. Ce paradigme naturaliste, objectiviste et empiriste, activé dans ces enquêtes rituellement dites « de terrain », je le qualifie de dissociationniste et d’idéaliste, puisqu’il sépare systématiquement, par la Sainte Méthode, et par sa pratique d’enquête de mise à distance, ce qui est uni et confondu dans l’Expérience vécue, à savoir : la conscience, le sujet et l’objet. Nous devons, si nous souhaitons éviter cet artificialisme, remplacer l’Enquête par l’Expérience et afin de sortir des limites d’une pratique essentiellement technicienne réductrice et dissociationniste, prendre acte que la connaissance se construit autrement : dans une co-construction de l’Expérient par l’Expérience et de l’Expérience par l’Expérient.

  2. C’est pas comme à l’école hein les gars… y’a pas de justice dans le mondre du travail.. putan de société hein… enfin c’est vous les socilogues…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *