La précarité à la vitesse « supérieur »

C’est une « offre » d’emploi qui risque de constituer un précédent : l’Institut d’études politiques de Lille vient de publier une annonce pour le recrutement à compter de septembre prochain de deux enseignants chercheurs à mi-temps sur un contrat d’établissement d’un an renouvelable, justifiant cette double précarité ainsi :

« Confronté à un sous encadrement chronique en enseignants chercheurs statutaires, l’établissement fait ce choix, contraint et raisonné, dans le but de proposer un statut et une reconnaissance minimales à des docteurs sans postes qui contribuent, par les responsabilités pédagogiques et administratives qu’ils endossent, à son développement. La rémunération équivaudra à celle d’un MCF en début de carrière sur la base d’un temps de travail de 50%. Il sera demandé aux personnes recrutées d’assurer une charge d’enseignement de 96h équivalent TD et de participer directement à la gestion et à l’animation de deux majeures du cycle Master« .
Une nouvelle étape semble ainsi franchie dans l’institutionnalisation de la précarité pour les docteurs sans poste en sus des post-doctorats. Cela tombe bien, leur nombre est appelé à gonfler davantage, de même que les besoins en enseignement… Profitons-en pour signaler dans le numéro de cette semaine de l’hebdomadaire Courrier International un dossier édifiant sur la question des stages, où l’on verra que cette forme spécifique d’exploitation ne constitue pas une spécificité hexagonale…

3 réflexions au sujet de « La précarité à la vitesse « supérieur » »

  1. Il me semble que beaucoup n’ont pas aperçu dans cette annonce l’élément qui me semble le plus important. Après tout, ce contrat n’est pas plus précaire qu’un contrat d’ATER mi-temps, et est préférable au recours extensif à la vacation. En revanche, ce qui rend à mon sens insupportable cette offre, c’est le niveau de salaire proposé, encore inférieur à celui d’un ATER mi-temps. Partout ailleurs dans le monde du travail, il est admis (et écrit dans le Code du travail) que la précarité d’un contrat a pour contrepartie une rémunération supérieure. Dans l’enseignement supérieur, la rémunération est proportionnelle au degré de protection de l’emploi. Curieuse logique…
    Mais le pire, c’est qu’il se trouvera des précaires pour participer à ce dumping social organisé. Comment pourrait-il en être autrement quand il s’agit, tout simplement, de pouvoir manger ?

  2. L’IEP de Lille n’est pas le seul: l’Université de Marne la Vallée cherche à recruter un enseignant contractuel en CDI à 50%, pour assurer un service de 192h en cinéma.
    Niveau demandé:
    « Doctorat en Etudes cinématographiques et audiovisuelles
    Expérience de l’enseignement universitaire
    Connaissances des réalités professionnelles de la pré-production, production, post-production et diffusion. »
    Et pas d’indications sur le salaire…
    Au moins ils sont clairs sur le fait qu’ils recrutent un enseignant, et pas un enseignant chercheur; et ils ne cherchent pas non plus à justifier leur démarche…

  3. certaines universités proposent même de faire signer des contrats de « collaborateurs bénévoles » pour des charges d’enseignements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *