Le prix du plagiat

Décidément, le plagiat ne concerne pas que les étudiants, les anciens présentateurs de journaux télévisés ou certains membres de la section 19 au CNU… Les chercheurs ne sont donc plus exempts de ce type de pratiques, comme l’illustre aujourd’hui la demande de Didier Eribon de voir son nom retiré de la liste des lauréats du « Brudner Prize » comme le relate le site du Nouvel Observateur. Celui-ci, décerné chaque année par l’Université étasunienne de Yale, récompense des travaux apportant un apport décisif à l’étude des questions gays et lesbiennes. Didier Eribon n’est cependant pas le plagiaire, mais s’estime au contraire plagié par le lauréat de cette année. D’où sa demande de voir son nom dissocié d’une telle récompense. Voilà de quoi contribuer à la réflexion sur le sens des prix et autres distinctions, dans le monde scientifique comme ailleurs. A ce titre, on pourra conseiller la (re)lecture du Mérite de la République d’Olivier Ihl (Gallimard, 2007), non sans rappeler à ceux qui s’en inspireraient de ne pas oublier de le citer…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *