Charte déontologique de l’AFS : le débat n’est pas (complètement) clos…

A l’occasion du dernier congrès de l’Association française de sociologie (AFS) en 2009, un projet de charte déontologique avait été proposé par certain-e-s, provoquant de vives discussions et un vote qui avait conduit à son rejet, ainsi que nous l’avions relaté à l’époque.

Un groupe de travail s’était alors mis en place, élaborant un second projet présenté en avril 2010, suscitant alors malheureusement bien peu de réactions. Dans l’optique de la prochaine Assemblée générale, qui se tiendra lors du prochain congrès de l’association, à Grenoble le 7 juillet prochain, le Comité Exécutif de l’AFS a décidé de lancer une consultation indicative – mais seulement auprès de ses membres à jour de cotisation, hélas – afin d’évaluer le degré d’adhésion au texte actuel et repérer des modifications qui pourraient être apportées à ce dernier.

Vous pouvez donc prendre connaissance de ce projet… Et si vous êtes membre de l’AFS, vous pouvez vous exprimer à son sujet en cliquant sur les liens contenus dans le courrier que vous avez probablement reçu. La date limite pour répondre est fixée au lundi 23 mai.


Une réflexion au sujet de « Charte déontologique de l’AFS : le débat n’est pas (complètement) clos… »

  1. Je précise pourquoi ce vote indicatif n’est fait qu’auprès des membres de l’AFS à jour de leur cotisation. Ce sont eux en effet qui seront amenés à voter lors de l’AG de l’association qui aura lieu pendant le congrès de Grenoble le 7 juillet prochain. En effet la charte, quelle que soit sa qualité, et si elle est acceptée, ne s’appliquera qu’aux membres de l’association. Ce sera sa seule valeur juridique. Pour ce qui est de sa valeur morale, elle dépendra en partie de la manière dont elle aura fait l’unanimité, ce qui explique qu’il faille préparer ce vote avec soin.
    Il est donc normal de demander leur avis à ceux qui vont voter, puisque le propre d’un vote indicatif est de s’adresser aux futurs électeurs pour voir si, tel qu’il est, le texte à des chances ou non de passer, ou si des réformes profondes sont nécessaires.
    Pour ce qui est de faire des commentaires sur le texte et de proposer des modifications : tout sociologue pouvait en faire et peut encore en faire : ils seront pris en compte. Mais c’est autre chose qu’un vote.
    Philippe Cibois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *