L’Apses répond à Alain Beitone

Le directeur de l’Humanité, Patrick Le Hyaric, ne s’attendait sans doute pas à arbitrer le débat sur les nouveaux programmes de SES. Voici en tous cas qu’après la lettre qu’Alain Beitone, l’un des membres de la commission chargée de concevoir ces programmes, il vient de recevoir un nouveau courrier de la part de Marjorie Galy, présidente de l’Apses, que nous reproduisons à sa demande ci-dessous.

A Monsieur Le Hyaric
Directeur de L’Humanité
164, rue Ambroise Croizat
93528 Saint-Denis Cedex

Strasbourg le 21 janvier 2011

Monsieur,

Nous aurions aimé vous éviter cette situation désagréable d’être pris à témoin d’une mauvaise querelle de personnes, mais en tant que représentants de l’Association des Professeurs de SES (APSES), vous comprendrez bien que nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas répondre aux viles manœuvres de Monsieur Beitone.

Il est déplorable que Monsieur Beitone, dans le courrier de protestation qu’il vient de vous adresser, parlant de la disparition de la notion de classe sociale dans le nouveau programme de première ES, puisse s’en prendre au travail des journalistes de l’Humanité, affirmant que ses lecteurs « ne sauront donc pas que le programme en question est paru en mai 2010, qu’il a fait l’objet d’un vaste débat public ». Il lui aura probablement échappé que l’Humanité avait déjà fait état dans ses colonnes du 6 mars 2010 de la disparition des classes sociales, par l’intermédiaire d’une tribune de Stéphane Bonnery intitulé « Pourquoi l’enseignement des SES est attaqué ? », puis une nouvelle fois le 7 juin sous la plume du journaliste Alexandre Fache. Il lui aura probablement également échappé que dans le « vaste débat public » qu’il invoque, 1 enseignant de SES sur 2 demande un moratoire et une refonte du nouveau programme, et que la quasi-totalité des associations d’universitaires du supérieur en économie, sociologie et science politique a exprimé de fortes critiques. Il lui aura probablement échappé enfin, que de « vaste débat public » il n’y en eut pas sur un programme conçu en un mois et demi, soumis à la consultation du 27 mai au 16 juin, et publié dans sa version définitive censée intégrer les centaines de remontées de cette consultation cinq jours plus tard !

Par ailleurs, Monsieur Beitone prétend balayer d’un revers de main la disparition de la notion de classe sociale du programme de première par le fait qu’ « au moment même où ce programme était soumis à l’avis des professeurs, le groupe d’experts a annoncé que le thème des classes sociales serait traité en terminale ». Outre que cet argument est inexact [1], il vise surtout à détourner l’attention du fait que ce nouveau programme de première réussit le tour de force de proposer un thème sur les groupes sociaux, qui distingue ces groupes selon l’existence d’une « conscience d’une appartenance commune », sans citer, même à titre d’exemple, la notion de classe sociale ! Cette notion était-elle à ce point taboue pour ceux qui ont rédigé ce programme ? Alors qu’avec les programmes précédents les élèves découvraient dès la seconde la classification socioprofessionnelle de l’INSEE, avant d’aborder en première la pluralité des débats théoriques autour de la notion de classe sociale et d’approfondir en terminale la question des inégalités, de la moyennisation et du rôle de l’école dans la mobilité sociale, ils seront réduits l’année prochaine à aborder les groupes sociaux en première à travers les notions de « groupe primaire et secondaire », de « groupe d’intérêt », de « passager clandestin » et « d’incitations sélectives ».

Nous maintenons également que les nouveaux programmes de SES font reculer le pluralisme théorique et les débats [2]. En seconde, faute de temps face à un nouveau programme surchargé pour un horaire en baisse, on doit désormais aborder le fonctionnement d’un marché stylisé à grands traits mais le traitement des limites du marché est optionnel, l’entreprise sous le seul angle de la combinaison des facteurs de production et non plus sous l’angle des rapports sociaux. Dans ce programme, rappelons que le thème du chômage n’a été réintroduit qu’à la suite de la mobilisation des enseignants et des relais médiatiques signalant sa suppression. En première, on nous demande désormais de présenter les avantages de l’échange international sans parler de ses limites, l’intervention de l’État sans s’interroger sur ses difficultés, la lutte contre la pauvreté ou les discriminations sans évoquer les inégalités (mot lui aussi tabou dans le nouveau programme de première…).

Sur les 33 chapitres et quelques 120 notions que compte le nouveau programme, on pourra toujours trouver matière à susciter la curiosité des élèves, mais nombre de chapitres techniques et austères posent des questions qui n’ont d’interrogative que leur ponctuation finale :

• « Dans un monde aux ressources limitées, comment faire des choix ? (À partir d’exemples simples, on introduira les notions de rareté et d’utilité marginale, en insistant sur la subjectivité des goûts. Il s’agit d’illustrer la démarche de l’économiste qui modélise des situations dans lesquelles les individus sont confrontés à la nécessité de faire des choix de consommation ou d’usage de leur temps.) »
• « Pourquoi acheter à d’autres ce que l’on pourrait faire soi-même ? (On montrera que l’échange permet de mettre à profit les différences entre individus et entre nations. On introduira, à partir d’exemples simples d’échanges entre individus, les notions d’avantage absolu et d’avantage comparatif, afin de montrer que l’échange engendre des gains dont la répartition peut être inégale et qu’il favorise la division du travail. En s’interrogeant sur les raisons qui conduisent à se procurer sur le marché ce que l’on pourrait faire soi-même ou à acheter à l’étranger ce que l’on pourrait produire chez soi, on mettra en évidence les avantages du développement des échanges, notamment entre nations»).
• « Comment les individus s’associent-ils pour constituer des groupes sociaux ? (On montrera que les groupes sociaux se différencient en fonction de leur taille, de leur rôle, de leur mode de fonctionnement et de leur degré de cohésion.) »

La vérité, et il faut le redire, c’est que le cloisonnement entre économie et sociologie et le recul de l’étude des débats de société n’auront jamais été aussi poussés en SES au lycée. Or, la possibilité de mobiliser conjointement plusieurs sciences sociales sur une même question est une des marques de fabrique pédagogique et une des raisons du succès de cet enseignement auprès des élèves : interroger rationnellement le réel avec une pluralité de sciences sociales lorsque c’est pertinent ; refuser de calquer au lycée en SES les frontières historiquement construites du supérieur. Sur 33 questions, seules 4 invitent à croiser les regards. C’est, pour nous, un appauvrissement plus que regrettable.

Pour terminer, je vous ferai grâce de la liste de mes affinités politiques, de mes appartenances associatives ou de mes activités militantes. C’est sans objet ici. En revanche, il semble significatif de rappeler que ce programme de première n’a obtenu qu’une très faible majorité de 3 voix au Conseil Supérieur de l’Education en juillet dernier, avec notamment le concours de la PEEP, de la CGPME, du MEDEF et d’un seul syndicat enseignant. TOUS les autres représentants du monde éducatif (syndicats enseignants, parents et lycéens) ont voté contre ou se sont abstenus.

Au nom des adhérents de l’association que nous représentons, mais aussi de la majorité des enseignants de SES qui rejettent massivement ce nouveau programme et la manière dont il a été conçu, nous tenions à ce que ces précisions soient apportées et vous remercions encore d’avoir publié notre tribune.

Marjorie Galy, présidente de l’APSES


[1] Ce n’est en effet qu’après une phase de consultation expédiée en trois semaines que le groupe d’ « experts » a
intégré dans le projet publié le 21 juin et soumis au vote du Conseil Supérieur de l’Education le 1er juillet une liste
indicative des thèmes qui pourraient être traités dans les programmes obligatoire et optionnel de terminale, dont
le thème de la stratification sociale. Cette liste ne figurait pas dans le projet « soumis à l’avis des professeurs » et
publié le 27 mai. Elle est également absente du texte paru au journal officiel le 28 août 2010.

[2] Il est de ce point de vue très significatif de remarquer que désormais beaucoup de questions commencent par
« comment » plutôt que par « pourquoi » (3 questions seulement sur 33).


4 réflexions au sujet de « L’Apses répond à Alain Beitone »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *