Les palm(ar)es académiques

Les gazettes font leurs choux gras des palmarès en tous genres : les « meilleurs » restaurants, les « meilleurs » vins, les « meilleurs » 4×4, avant que ne soit venu le tour des services publics d’être soumis à l’arbitraire du « benchmarking », hôpitaux ou lycées. Et voici que la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche annonce avec fierté la naissance désormais d’un palmarès des meilleures universités dans les colonnes du Figaro. Et quel(s) indicateur(s) ses services ont-ils construits pour classer les établissements ? La qualité des enseignements, le dynamisme associatif, la vigueur de la recherche ? Non, l’insertion professionnelle, modulée par le statut en emploi et la qualité des employeurs  (sic). Bref, l' »employabilité » comme on dit dans la novlangue néolibérale, érigée progressivement comme l’alpha et l’oméga des missions de l’Université. « J’ai décidé de ne plus habiliter de nouvelle licence sans un stage obligatoire en entreprise », affirme ainsi clairement Mme Pécresse, qui explique également que son Ministère aide financièrement les Universités à constituer leurs réseaux d’anciens élèves, à l’instar des grandes écoles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *