Les sociologues démissionnent du jury de l’agrégation externe de SES

La bataille autour des SES est loin d’être terminée. Alors que des membres du Bureau national viennent de rencontrer Jean Etienne, le doyen de l’Inspection générale pour la discipline et convoquent une Assemblée générale de l’association à Paris le 16 octobre prochain, les sociologues membres du jury de l’agrégation externe viennent d’annoncer leur démission collective. Ce n’est cependant pas ici la refonte des programmes qu’ils mettent en cause, mais celle des épreuves dudit concours, et notamment l’introduction d’une épreuve portant sur la capacité des candidats à « agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable » qu’ils ne s’estiment pas en mesure d’évaluer. Une décision de fonctionnaires « éthiques et responsables » ?

En juillet dernier, à la suite des délibérations de l’agrégation externe de Sciences Economiques et Sociales 2010, les six sociologues membres du jury de cette agrégation avaient déjà signé le courrier suivant adressé au Ministère de l’Education Nationale :

« Ayant pris connaissance de l’arrêté du 28 décembre 2009 (et sa version consolidée du 7 janvier 2010), modifiant l’architecture du concours d’agrégation par l’introduction, dans l’épreuve orale de commentaire de dossier, d’une épreuve « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable » et des exemples donnés de sujets pour cette épreuve dans tous les concours d’agrégation (http://media.education.gouv.fr/file/agir_fonctionnaire/82/8/agir_143828.pdf), les membres du jury actuel du concours d’agrégation externe de sciences économiques et sociales, ci-dessous signataires, déclarent :

  • être incompétents pour évaluer les candidats dans le cadre de cette nouvelle épreuve ;
  • regretter l’introduction de l’épreuve « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable » au sein de l’épreuve de commentaire de dossier réduisant corrélativement les temps de préparation et d’évaluation de cette dernière ;
  • ne pas être en capacité de faire passer cette épreuve lors de la session 2011.

Dans ces conditions, les membres du jury de l’agrégation externe de sciences économiques et sociales qui sont susceptibles de faire passer cette épreuve envisagent une démission au mois de septembre si aucune réponse satisfaisante n’est apportée. »

Relancés en ce début septembre 2010 par le Ministère pour savoir « s’ils souhaitaient toujours être membres du jury pour la session 2011 » et sans réponse du Ministère quant aux conditions d’introduction de la nouvelle épreuve « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable », Gerald Bronner (Vice-président du jury, Professeur Université de Strasbourg), Maïa Fansten (Maître de Conférence Université Paris Descartes), Dominique Guillo (Directeur de recherche au CNRS), Nathalie Heinich (Directrice de recherche au CNRS), Laurent Kies (Enseignant en CPGE ECE, Lycée Couperin, Fontainebleau) et Bruno Milly (Maître de Conférence Université Lyon 2) ont annoncé au Ministère leur retrait du jury pour la session 2011.

Pour info complémentaire :

Arrêté du 28 décembre 2009 (dans sa version consolidée du 7 janvier 2010),

Source : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=171C1BFEF9F27D6826D5B80D5EC3A7CC.tpdjo17v_3?cidTexte=JORFTEXT000021625792&dateTexte=20100514

Section sciences économiques et sociales

A. ― Epreuves écrites d’admissibilité

1° Composition de sciences économiques (durée : sept heures ; coefficient 4).

2° Composition de sociologie (durée : sept heures ; coefficient 4).

3° Composition portant, au choix du candidat exprimé lors de l’inscription, soit sur l’histoire et la géographie du monde contemporain, soit sur le droit public et la science politique (durée : cinq heures ; coefficient 2).

Le programme sur lequel portent les épreuves écrites d’admissibilité est publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale.

B. ― Epreuves orales d’admission

1° Leçon portant sur le programme de l’option sciences économiques et sociales de la classe de seconde ou sur le programme de sciences économiques et sociales de première ou de terminale ES des lycées (y compris sur le programme de l’option sciences économiques et sociales en première ES et sur celui de l’enseignement de spécialité en classe de terminale ES), suivie d’un entretien avec le jury (durée de la préparation : six heures ; durée de l’épreuve : une heure maximum [leçon : quarante-cinq minutes ; entretien : quinze minutes maximum] ; coefficient 5).

2° L’épreuve se déroule en deux parties. La première partie est notée sur 15 points, la seconde sur 5 points (durée de la préparation : quatre heures ; durée de l’épreuve : une heure maximum ; coefficient 3).

Première partie : commentaire d’un dossier portant sur un problème économique ou social d’actualité, suivi d’un entretien avec le jury (commentaire : vingt-cinq minutes ; entretien : quinze minutes maximum).

Seconde partie : interrogation portant sur la compétence Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable (présentation : dix minutes ; entretien avec le jury : dix minutes).

Le candidat répond pendant dix minutes à une question, à partir d’un document qui lui a été remis au début de l’épreuve, question pour laquelle il a préparé les éléments de réponse durant le temps de préparation de l’épreuve. La question et le document portent sur les thématiques regroupées autour des connaissances, des capacités et des attitudes définies, pour la compétence désignée ci-dessus, dans le point 3 les compétences professionnelles des maîtres de l’annexe de l’arrêté du 19 décembre 2006.

L’exposé se poursuit par un entretien avec le jury pendant dix minutes.

3° Epreuve de mathématiques et statistique appliquées aux sciences sociales et économiques (durée de la préparation : une heure trente minutes ; durée de l’épreuve : trente minutes ; coefficient 2).

Cette dernière épreuve porte sur un programme publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale.


4 réflexions au sujet de « Les sociologues démissionnent du jury de l’agrégation externe de SES »

  1. Bonjour,

    A noter également, la démission de membres de l’agreg de philo, dont voici le communiqué.

    L’institution, dans tous les concours de recrutement des enseignants, d’une épreuve évaluant la compétence dite «Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable» a, dès l’origine, suscité une forte opposition dans de nombreux jurys et dans toute la communauté académique, parce qu’elle dénature l’esprit des concours de recrutement des fonctionnaires et porte atteinte à la conception républicaine du service public, en réduisant l’éthique à l’application mécanique et servile de règles apprises. Elle a notamment mobilisé contre elle un nombre très important des membres du jury de l’Agrégation externe de philosophie.

    Membres de ce jury en 2010, nous avions indiqué, par plusieurs prises de position publiques, que nous refuserions de siéger en 2011 si l’épreuve n’était pas supprimée.

    Le Ministère a certes accepté d’engager sur ce point des négociations, dont les résultats sont aujourd’hui connus. Nous estimons cependant que les concessions obtenues sont tout à fait insuffisantes. Tous les textes réglementaires publiés à ce jour entérinent le principe de l’évaluation de cette «compétence», y compris pour la philosophie (voir ci-dessous les textes de référence).
    Le seul texte qui aille dans le sens d’une exception concernant l’Agrégation de philosophie est une «note de commentaire» que l’on peut lire sur un site où le Ministère met en ligne un «guide» des concours de recrutement de l’éducation nationale («Siac2»). Le contenu de cette note est le suivant : «L’entretien qui suit la leçon 2 […] inclut une question touchant la connaissance réfléchie du contexte institutionnel et des conditions effectives d’un enseignement exercé en responsabilité, telle que définie par la première compétence de l’annexe I de l’arrêté du 12 mai 2010. NB. /Cette question figurera par écrit sur chaque sujet. Elle aura invariablement la forme suivante : / »Dans une situation d’enseignement effectif, quels problèmes l’approche du présent sujet vous paraîtrait-elle de nature à soulever? »»

    La situation instaurée par cette note n’est absolument pas de nature à nous rassurer.

    – Concernant /l’effectivité/ de l’exception prétendument acquise: la «première compétence» à laquelle renvoie cette note n’est autre que la compétence dite «Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable». C’est donc bien cette «compétence» que doit évaluer l’épreuve, comme le prévoient d’ailleurs les dispositions publiées dans le J.O. et dans le B.O. La compatibilité avec une pratique dérogatoire s’avère pour le moins problématique.

    – Concernant la /solidité/ de cette «exception»: qui ne voit que le Ministère aura ainsi obtenu que les choses rentrent dans l’ordre à moindre frais? Cette «note de commentaire» n’est pas signée par une autorité habilitée à lui donner le caractère d’un texte réglementaire. Elle n’engage donc en aucune façon le Ministère et peut être supprimée sans qu’il soit nécessaire de l’abroger par un acte juridique. Il suffira de supprimer, sur le site, le lien technique vers la «note de commentaire», ou de modifier celle-ci, pour que l’Agrégation externe de philosophie se retrouve définitivement soumise au régime commun.

    – Enfin, le /contenu/ de la question formulée dans la «note de commentaire» pose d’autres problèmes, qui ont trait à l’élaboration d’un discours pédagogique général produit /a priori/ par un candidat à propos de sa leçon: si une leçon de philosophie pose des «problèmes» autres que ceux relevant de ses qualités proprement disciplinaires (lesquels sont supposés être résolus par la leçon elle-même), ce sont des problèmes relatifs à sa compréhension par des élèves, problèmes qui ne peuvent être envisagés et résolus qu’en situation.

    Les difficultés que présentent l’interprétation, la préparation et la mise en œuvre de l’épreuve, elles-mêmes liées aux contradictions contenues dans sa définition, confirment ainsi le caractère éminemment fragile et difficilement tenable de la solution retenue.
    Pour ces raisons, et conformément à nos engagements publics, nous ne pouvons accepter de siéger au jury de l’Agrégation externe de philosophie en 2011 comme il nous l’a été proposé.

    Le 18 octobre 2010

    Blaise Bachofen, Maître de conférences en philosophie, université de Cergy-Pontoise
    Antoine Grandjean, Maître de conférences en philosophie, université de Nantes
    Eléonore Le Jallé, Maître de conférences en philosophie, université Lille III
    Vanessa Nurock, Maître de conférences en philosophie, université Montpellier III
    Marie-Frédérique Pellegrin, Maître de conférences en philosophie, université Lyon III
    Sylvie Robin, Professeur de philosophie en Première Supérieure, lycée Pothier, Orléans
    Gérald Sfez, Professeur de philosophie en Première Supérieure, lycée La Bruyère, Versailles
    Olivier Tinland, Maître de conférences en philosophie, université Montpellier III

    Collectif des enseignants en vigilance républicaine (http://www.controle-moral.fr )
    >
    > Les textes de référence sont les suivants :
    >
    > – Selon un arrêté publié dans le J.O. du 28 décembre 2009, une épreuve évaluant la compétence dite «Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable» est introduite dans tous les concours de recrutement des enseignants. Suite à des négociations, l’arrêté a été partiellement modifié, pour la philosophie, par un arrêté du 13 juillet 2010. La modification est la suivante: l’épreuve prendra la forme d’un entretien portant sur «la connaissance réfléchie du contexte institutionnel et des conditions effectives d’un enseignement exercé en responsabilité telle que définie par la première compétence de l’annexe I de l’arrêté du 19 décembre 2006»:
    > http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=52BBCAE6E4214B8B127DC5EFBE4755A0.tpdjo05v_2?cidTexte=JORFTEXT000022484869&categorieLien=id
    > Or «la première compétence de l’annexe I de l’arrêté du 19 décembre 2006» est la compétence dite «Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable»:
    > http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000615529&fastPos=105&fastReqId=1171519391&categorieLien=id&oldAction=rechTexte
    > La définition expresse de l’objet de l’épreuve a donc simplement été remplacée par une périphrase qui ne change rien sur le fond.
    >
    > – Le BO n° 29 du 22 juillet 2010 stipule que parmi les «compétences» à posséder par tous les enseignants figure la compétence «Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable». Cette «compétence» est présentée de façon très détaillée, déclinée en une trentaine de «connaissances», de «capacités» et d’«attitudes». Aucune dérogation n’est mentionnée concernant la philosophie:
    > http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20536/rubrique-bo.html?cid_bo=52614
    >
    > – La «note de commentaire» est consultable sur le site suivant:
    > http://www.guide-concours-enseignants-college-lycee.education.gouv.fr/cid51432/agregation-externe-section-philosophie.html
    >
    > – Cette «note de commentaire» précise que la «compétence» qui doit faire l’objet d’une évaluation au moyen de la question posée est «la première compétence de l’annexe I de l’arrêté du 12 mai 2010». Le texte auquel il est fait référence décrit là encore de façon précise et détaillée l’ensemble des «connaissances», «capacités» et «aptitudes» constitutives de la compétence «Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable»:
    > http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=41CC4376AEE5340E38D3BEC4FA05A0DE.tpdjo05v_2?cidTexte=JORFTEXT000022485632&dateTexte=20101017
    >
    >
    >
    >

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *