Précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche publics

Demain, mardi 1er juin, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse, présentera les « investissements d’avenir » dans ce domaine. A cette occasion, l’intersyndicale du secteur et Sauvons la Recherche appellent à un rassemblement à 14h sur la place de la Sorbonne à Paris (75) pour protester contre la forte précarité de l’emploi qui y est entretenue. Pour information, nous reproduisons ci-dessous le texte du tract appelant à cette manifestation. Les commentaires, témoignages et réactions sont bien entendu les bienvenus.

Faisons front contre la précarisation !

Alternance de CDD et de périodes de chômage, faibles rémunérations, temps partiel, travail non déclaré, précarisation économique et sociale : un tableau digne des secteurs du bâtiment ou de la grande distribution ?
Et pourtant… il ne s’agit pas ici du secteur privé mais bien de la condition d’une grande partie des travailleur-se-s de l’enseignement supérieur et de la recherche publique (ESRP) !
Dans ce secteur censé être stratégique pour l’avènement d’une « société de la connaissance », toutes les formes de la précarité sont en passe de s’installer. Loin d’être un simple « passage obligé » avant d’intégrer durablement l’ESRP, la précarité tend à constituer une nouvelle norme d’emploi !

Témoignage: une docteure sans poste accumule les contrats
[38 ans, géographe]

« Depuis l’obtention de ma thèse en 2004, je suis dans une situation précaire. J’ai effectué un post-doc à l’Institut de recherche pour le développement en ayant trouvé par moi-même le financement pendant deux ans et qui n’était pas très élevé (1200€/mois). J’ai ensuite eu quelques mois de vacations et un CDD de 6 mois en tant qu’ingénieure de recherche cette année. J’ai accepté de travailler bénévolement à un moment pour
terminer un article de mon travail de post-doc et la même chose m’était demandée suite à mon CDD cette année mais là, j’ai refusé… ce qui n’a pas été compris et a été jugé comme un manque de motivation et de passion pour le travail de chercheur… […] Je suis au chômage depuis 6 mois et si ma situation ne change pas, je serai au RSA dans un mois.»

Être précaire : des difficultés au quotidien

L’enquête nationale sur la précarité dans l’ESRP, lancée en 2009 par l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche publique, montre que l’ensemble des travailleur-se-s est touché : enseignant-e-s, chercheur-e-s, doctorant-e-s, docteur-e-s, mais aussi les personnels techniques et administratifs (BIATOSS/ITA). Les femmes sont particulièrement concernées par ces situations précaires, qui sont aussi plus fréquentes à l’université et en sciences humaines et sociales (SHS).
Outre l’instabilité professionnelle et économique, les précaires de l’ESRP dénoncent le fait de ne pas être reconnus comme personnels de l’ESRP à part entière, de ne disposer d’aucun espace de travail attitré, de n’avoir aucune prise dans les décisions collectives ou encore d’être à la merci de leurs supérieurs hiérarchiques, ouvrant la porte au harcèlement moral et sexuel. L’impossibilité de se projeter dans l’avenir fait partie de leur lot, avec toutes les
conséquences que cela suppose sur la vie conjugale et familiale, ou l’accès au logement.

Deux exemples marquants de la précarité à l’université

Les administratif-ve-s contractuel-le-s sont souvent payé-e-s 10 mois par an, les CDD étant rompus pour les mois d’été afin d’éviter le versement des indemnités chômage.
Les chargé-e-s de cours de plus de 28 ans ne sont payé-e-s que s’ils disposent d’un contrat principal d’au moins 900h annuelles hors de l’université, afin que cette dernière n’ait pas à prendre en charge leur couverture sociale. Pour conserver un CV « compétitif », de nombreux précaires en sont réduits à donner des cours clandestinement sous le couvert de « prête-noms », à recourir à des « fausses » factures ou à travailler gratuitement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *