« Réformes » de l’Université : un enjeu européen

Si les médias ont abondamment relayé les mouvements qui ont animé l’Université française ces dernières années, ils sont restés en revanche beaucoup plus discrets sur les logiques structurelles qui les sous-tendent, et en particulier sur la dimension européenne des réformes (1), mais aussi de leurs oppositions, tant intra-(2) qu’internationales.  Nouvelle illustration avec le récent contre-sommet qui s’est tenu à Vienne du 11 au 14 mars derniers. Un collègue, chercheur au CNRS, y était et nous en propose le compte-rendu qui suit, non sans oublier de replacer cet événement dans la perspective nécessaire.

C’est en vain qu’on cherche un compte rendu de l’événement dans la presse française. Une invisibilité qui en dit long sur les filtres à travers lesquels est produite l’information politique internationale… À Vienne, en Autriche, s’est déroulé du 11 au 14 mars 2010 un important contre-sommet, avec pour cible le processus de Bologne. Le 11 mars, en effet, une conférence interministérielle réunissant des représentants des 46 pays (désormais 47 avec la signature du Kazakhstan) engagés dans le processus été prévue dans la capitale autrichienne en vue de célébrer, un peu tardivement (le processus fut officiellement lancé en juin 1999) les dix ans du processus. Un contre-sommet entendait donc manifester publiquement résistances et alternatives au même endroit. Une initiative lancée par une poignée d’étudiants de l’université autour d’un mot d’ordre : « Bologna burns ! ». Sur le site Internet du collectif [http://bolognaburns.org/], vous trouverez de nombreuses photos, vidéos, informations, liens divers, etc., ainsi qu’un agenda des manifestations à venir. Voir aussi le site « Notre université » [http://unsereuni.at/] et en français le site du collectif Printemps 2010 [http://www.printemps2010.eu/].

Un mot sur le contexte local : ça bouillonne [http://www.univ-paris8.fr/sociologie/?p=2258] depuis déjà plusieurs mois [http://www.liberation.fr/monde/0101601449-tohu-bohu-dans-les-universites-autrichiennes-sur-la-reforme-lmd] dans l’université viennoise [http://jerome-segal.de/Publis/huma09.jpg]. Plus généralement, un regain de vigueur de la pensée critique irrigue l’université depuis quelques années. Plusieurs publications en témoignent, du quatre pages grand format andiamo ! [http://bildungsstreik.at/author/andiamo/] à la revue intellectuelle et militante Perspektiven [http://www.perspektiven-online.at/] dont le dernier numéro est consacré aux luttes dans le domaine de l’éducation et de la formation.

Le jeudi 11 mars a eu lieu une manifestation dans les rues de Vienne, de la gare Westbahnhof jusqu’aux environs de l’université. À l’issue du traditionnel défilé, festif malgré une météo très défavorable mêlant pluie et neige, il s’agissait de bloquer les principaux points d’arrivée des ministres dans la ville, afin de les retarder et d’avoir au moins le plaisir qu’ils mangent leur dîner froid… Le retard n’a été que d’une heure. Mais la manifestation, bien organisée, fut un succès : 3200 manifestants selon la sous-estimation du chiffre policier officiel, environ 5000 selon la presse quotidienne conservatrice (la situation de la presse autrichienne est au passage dans un état lamentable ; il n’y a guère que le quotidien Der Standard qui relève la barre, voir par exemple cet article [http://derstandard.at/1268402668123/Alternativer-Bildungsgipfel-Zwischen-Regeneration-und-Diskussion] paru le 12 mars, entre la manifestation et le contre-sommet), 10000/12000 selon les organisateurs. A en juger par de nombreuses réactions intriguées des badauds, on devinait que de telles manifestations de rues ne sont pas le lot quotidien d’une ville peu frondeuse.

Les trois jours suivants ont été consacrés au sommet alternatif proprement dit. Environ 2000 personnes y ont participé. Les journées s’organisaient autour d’ateliers sur différents thèmes relatifs au processus de Bologne et, plus généralement, sur les implications des transformations de l’enseignement (supérieur). L’organisation, financée par un syndicat étudiant local, fut très « pro ». Il faut noter en particulier un remarquable travail politique d’information et de mobilisation : exemple avec cette brochure [https://www.slideshare.net/bolognaburns/bologna-must-fin-web], en allemand, efficace dans le fond comme dans la forme. Pour approfondir la question, un livre collectif intitulé L’Université brûle [http://www.turia.at/titel/unibrennt.html] sortait en même temps. Le débat sur les perspectives d’action qui a conclu la journée du 13 s’est déroulé dans un ampli plein à craquer. La tribune réunissait entre autres Marie-Pierre Gaviano (SLR et Printemps 2010), le sociologue allemand Michael Hartmann [http://de.wikipedia.org/wiki/Michael_Hartmann_%28Soziologe%29] et des représentants de divers groupes militants européens.

Outre les étudiants et militants locaux, on pouvait en effet croiser des participants de nombreux pays, y compris d’Europe centrale, pays dont on sait très peu de choses alors qu’il s’y passe des choses importantes (un point de conflit central concerne les frais d’inscription à l’université). C’était ainsi l’occasion de croiser diverses associations ou réseaux européens, comme Uniriot en Italie [http://www.uniriot.org/]. Un motif d’espoir est que les débats sur Bologne s’efforçaient toujours d’inscrire et de comprendre le processus dans une perspective politique plus large concernant les transformations du capitalisme, du statut accordé aux « travailleurs de la connaissance » jusqu’aux significations équivoques de l’ « innovation ».

Les prochaines dates jalonnant la suite du mouvement sont :

25 mars : sommet alternatif à Bruxelles, au sein du Parlement européen, pour une autre Europe du savoir [http://spring2010.eu/]

8-14 avril : Stop Bologna Summit in Madrid [http://bolognaburnsmadrid.wordpress.com/]

16 avril – Preparation meeting for a Bochum – Barcelona [http://www.educationcongress.eu/]

25-30 maiBochum – European Education Congress 2010 [http://www.educationcongress.eu/]

————————————————————————————————————————–

(1) Sur ces dernières, voir notamment l’ouvrage collectif intitulé Le cauchemar de Humboldt, Paris, Raisons d’Agir, 2008 ainsi que les travaux de la politiste Isabelle Bruno, notamment A vos marques, prêts…cherchez !, Bellecombe-en-Bauges, éd.du Croquant, 2008 et plus largement sur la lame de fond qui bouleverse l’ensemble des systèmes éducatifs nationaux en Europe, l’ouvrage qu’elle a cosigné avec Pierre Clément et Christian Laval, La grande mutation, Paris, Syllepses, 2010

(2) Pour ne citer qu’un exemple parmi beaucoup d’autres, la grève qui affecte actuellement l’université du Sussex au Royaume-Uni


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *