L’Université brûle-t-elle ?

Loin de se cantonner à l’Hexagone, la « réforme » de l’enseignement supérieur et de la recherche concerne l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne, en vertu des processus de Lisbonne et de Bologne. L’association « Theoria Praxis » organise un grand débat européen à la Sorbonne (Paris), ce jeudi, 11 février, avec de nombreux intervenants venus de l’ensemble de la communauté, et peut-être Valérie Pécresse, si son agenda le veut bien…

Plus de détails sur le site de la manifestation.

Voici l’appel des organisateurs :

L’éducation ? L’enseignement ? L’avenir qui leur est réservé ? Un sujet au cœur du débat de nos sociétés. Le monde étudiant européen manifeste depuis plusieurs années déjà son intérêt et sa volonté de participation à ces questions fondamentales. Plus encore cette année, dans divers pays européens, de nombreuses inquiétudes contraignent le monde universitaire à se mobiliser afin de se faire entendre. Fort de ce constat, alors que vingt-sept pays sont désormais rassemblés autour d’une même entité, l’Union Européenne, nous pensons qu’une discussion, qu’un débat s’impose entre les différents pays. En effet, bien qu’étant essentiellement basée sur des principes économiques et politiques, l’Europe se doit également de s’unir par d’autres moyens. Alors que le traité de Lisbonne fixe à l’Europe l’objectif d’être l’économie de la culture la plus évoluée du monde, il est grand temps que la jeunesse et le monde universitaire européen s’empare de la question et définisse sa vision d’une véritable Europe de la Culture, une Europe d’échange, de débats d’idées, de réflexion, afin de forger concrètement le monde de demain. Nous avons tous les atouts pour apprendre à se connaître, partager, s’unir ; par le biais d’internet, d’associations, d’événements, sans pour autant qu’une véritable force s’en dégage. Une force de réflexion, de contribution, d’action à l’échelle européenne paraît de plus en plus évidente et nécessaire, à l’heure où nous ne raisonnons plus en terme de nations, mais d’Humanité. L’éducation est un sujet propre à l’Homme, quelque soit son pays, un sujet dont la population doit s’emparer. Qui peut aujourd’hui prétendre détenir LA bonne éducation, LA manière dont nous devons former les citoyens de demain ?

A la vue de ces questionnements,

L’association Theoria-Praxis, notamment Bureau des Etudiants de la Sorbonne, propose l’organisation d’un débat européen sur la question de l’enseignement à l’échelle européenne.

Cette entreprise nécessite la participation de la globalité de la communauté universitaire européenne. Les projets en cours quant à l’avenir de l’enseignement s’intégrant dans un processus d’harmonisation européenne, il est indispensable de ne pas cantonner ces questions à une cadre national. S’unir et débattre collectivement sur un projet d’enseignement à l’échelle européenne, voici la réflexion que nous souhaitons impulser. C’est pourquoi nous invitons l’ensemble de la communauté universitaire en Sorbonne, le 11 février 2009, de 20h00 à 23h00 dans l’amphithéâtre Richelieu, afin de faire de cette date un grand rassemblement européen capable de lancer une réflexion profonde. L’ensemble des citoyens que nous sommes est invité à travailler et réfléchir sur les questions d’études, d’enseignement, des conditions sociales étudiantes et sur nos capacités de réactions contre les réformes en cours.

Notre philosophie associative nous pousse à penser que les acteurs culturels peuvent engendrer de profondes réflexions susceptibles de générer des changements au sein de nos sociétés. C’est pourquoi des associatifs, des artistes de spectacle vivant, des médias, photographes et cinéastes étudiants se sont rassemblés pour impulser ce débat, qui permettra, dans un cadre culturel, d’échanger sur l’enseignement que nous voulons pour nous et nos descendants. Le débat sera précédé d’un rassemblement sur la place de notre université, de 15h00 à 20h00, afin de se mettre en contact avec la population parisienne. Les artistes auront pour tâche de dynamiser ce rassemblement, mais aussi de montrer que la communauté universitaire peut proposer d’autres formes de mobilisations, constructives et enrichissantes. L’issue de ce rendez-vous se veut être dans la continuité des propositions découlant de ce débat. Un site internet participatif sera créé et mettra en place un référendum d’initiative populaire pour atteindre un million de signature.

Si nous atteignons ce chiffre, nous serions en mesure de proposer au Parlement européen, comme le veux notre constitution, un nouveau projet d’éducation européen. Ce compteur sera accompagné d’un volet participatif, au sein duquel chaque composante de la société pourra proposer ses idées afin de refonder une nouvelle école. Enfin, si cet événement prend l’ampleur que nous souhaitons lui conférer, nous tenterons de proposer avec l’aide de la globalité du monde universitaire européen, un nouveau projet de loi sur l’enseignement européen.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *