Crise universitaire et grandes écoles

Dans une tribune publiée dans l’édition du quotidien Le Monde datée du mardi 19 janvier, le groupe des Refondateurs de l’Université, regroupant des universitaires aussi divers qu’Olivier Beaud, Alain Caillé ou Marcel Gauchet, établit un parallèle essentiel entre la situation critique de l’Université française et la situation des « grandes » écoles.  Une relation primordiale à prendre en compte et que l’actuel « débat » sur la proportion de boursiers dans les « grandes » écoles a (enfin) mise à jour. Au-delà de la place préoccupante laissée à la recherche (et les sciences humaines) dans ces établissements hétérogènes, c’est bien la dualité du système français d’enseignement supérieur qui est à interroger. Espérons que ce texte saura enfin susciter ce débat central.


Une réflexion sur « Crise universitaire et grandes écoles »

  1. Cet article soulève une piste qu’il ne suit pas : si les deux premières années de l’université sont ouvertes au « tout venant » titulaire d’un baccalauréat et pour une grande part non susceptible de mener à bien un cursus universitaire « classique » il faut en prendre acte. Ce serait ça la démocratisation de l’université : que les « enseignants-chercheurs » se penchent sur cette catégorie d’étudiants (« ces » catégories, car ils ne sont pas homogènes) et leur propose un cursus de formation adapté. Ca ce serait une réforme de l’université !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *