19e section du CNU : la crise divise

La trêve des confiseurs n’y a rien fait : l’affaire des auto-promotions au sein de la section 19 du Conseil National des Universités n’est toujours pas réglée. Elle est même entrée dans une nouvelle phase avec la division qui s’est opérée dans les rangs des « contestataires ». Bref rappel des faits : pour protester contre l’auto-promotion de certains de leurs « confrères », 11 membres de la 19e section ont démissionné, tandis qu’un appel initié notamment par les deux principales associations professionnelles, l’Association française de sociologie (AFS) et l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES) réunissait plus de 600 signataires. Les mis en cause n’ont cependant pas réagi, soutenus en cela par la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie Pécresse (UMP), arguant que « toutes les procédures ont été respectées ».

Toutefois, l’AFS et l’ASES divergent désormais quant à la suite à donner à l’affaire : les responsables de la première ont décidé de lancer un appel à volontaires pour compléter les rangs de la section par cooptation et permettre la tenue normale des affaires courantes (qualifications des nouveaux docteurs notamment), tandis que les seconds appellent au contraire à boycotter cette procédure de nomination afin de bloquer le fonctionnement de la section et d’obliger la Ministre à organiser de nouvelles élections. Les tenants de cette position, comme Pierre Dubois sur son (très riche) blog « Histoires d’Université« , soutiennent en effet que les nouveaux cooptés seront en effet de fait les obligés des membres non-démissionnaires, tandis que les enjeux sont particulièrement décisifs dans la mesure où la nouvelle section sera responsable de la première évaluation des enseignants-chercheurs de la discipline.

Quelle sera l’issue de cette opposition ? Nul doute que les auto-promus comme les nouveaux docteurs doivent l’attendre avec une impatience toute particulière. Une chose est en tous cas sûre pour le moment : cette « affaire » fournit une nouvelle illustration de la méthode du « diviser pour mieux régner » dont le gouvernement actuel semble décidément s’être fait l’expert…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *