La « masterisation » ou l’art d’habiller les coupes budgétaires

Ce mardi, 15 décembre,  différentes organisations syndicales de l’enseignement, associations de parents d’élèves, étudiantes et lycéennes appellent à une journée d’action contre le projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants, dit de « masterisation ». Alors que la quasi-totalité des 32  Instituts Universitairs de Formation des Maîtres (IUFM) est mobilisée depuis plus d’une semaine, chacun ou presque s’étant doté d’un site Internet dédié (voir par exemple celui de l’IUFM du Nord-Pas-de-Calais), de multiples conseils d’administration ou d’Université se sont prononcés contre cette réforme, ainsi que le relate Sylvestre Huet sur son (excellent) blog.

D’aucuns dénoncent l’esprit général de la réforme  qui serait essentiellement une manoeuvre consistant à « habiller » de fortes restrictions budgétaires conformément aux principes de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), et ce au détriment du service public d’éducation, d’une dévalorisation du métier d’enseignant contrairement à l’objectif affiché, et enfin un risque de  précarisation des futurs candidats. D’autres, comme l’association Qualité de la Science Française dans un communiqué publié aujourd’hui, dénoncent les multiples incohérences que contient le projet. Comme le résume l’un de ses membres, Paolo Tortonese, la « masterisation » ainsi envisagée est tout sauf un simple relèvement des qualifications demandées pour se présenter aux concours de l’enseignement : elle consiste surtout en une triple-réduction : des épreuves au concours, de l’année de stage et de la recherche. Et ce dernier de rappeler utilement que « faire une réforme sans en payer le prix, c’est la vouer à l’inefficacité ». A bon entendeur…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *