La formation économique et sociale des lycéens reléguée au rang d’accessoire

La nouvelle architecture du lycée devrait entrer en vigueur dès la rentrée 2010. La place accordée aux sciences économiques et sociales en classe de seconde y serait encore réduite, ce qui va à l’encontre des préoccupations affichées concernant l’orientation et l’ouverture civique des élèves. L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) a dénoncé cette contradiction dans un communiqué rendu public hier, 26 octobre, et que nous reproduisons ci-dessous.

[N.B. : les parties soulignées en gras l’ont été par les auteurs originaux]

Lors de sa présentation des enjeux et objectifs de la réforme du lycée du 13 octobre dernier, Luc Chatel a plaidé pour une orientation qui soit « plus ouverte », « plus progressive » et « plus juste ». Comment expliquer alors que le projet actuel de réforme cantonne les Sciences Economiques et Sociales à un statut optionnel « d’enseignement d’exploration » restreint à un enseignement d’1h30 par semaine en classe de seconde, c’est-à-dire un horaire en recul de près de 50% de l’offre actuelle qui est déjà insuffisante puisque les SES ne sont qu’optionnelles en seconde ?

Une orientation « plus ouverte » et « plus juste » devrait au contraire au moins permettre à tous les élèves de seconde de s’approprier les disciplines majeures de la série qu’ils seront amenés à choisir. Savoir si l’on souhaite intégrer la série littéraire est plus aisé lorsqu’on connaît les Lettres et les Langues depuis de nombreuses années ; de même pour la série scientifique avec les Mathématiques, les Sciences de la Vie et de la Terre ou les Sciences Physiques. Mais comment procéder à un choix éclairé d’orientation en fin de seconde si la matière principale d’une des trois séries générales n’a été abordée que par une minorité d’élèves ? Est-ce déraisonnable de proposer que, sur les sept années que compte le second degré, au moins une comprenne un enseignement annuel obligatoire de Sciences Économiques et Sociales ?

L’actuel projet de relégation des SES en classe de seconde est d’autant plus inacceptable que le prédécesseur de Luc Chatel, Xavier Darcos, avait annoncé, il y a moins d’un an, la généralisation de l’enseignement de Sciences Economiques et Sociales en seconde, reconnaissant que la crise actuelle et, plus généralement, la complexité croissante des sociétés dans lesquelles nous vivons avaient montré combien la compréhension des mécanismes économiques et sociaux était essentielle pour de futurs citoyens (Voir le Journal du dimanche du 14/12/2008).


La réforme annoncée par le ministre apparaît peu cohérente avec les objectifs affichés. L’APSES ne peut accepter un projet qui, en l’état, aboutit à une relégation des Sciences Économiques et Sociales. Ce choix prive les lycéens d’une partie de la formation indispensable à leur orientation et ne leur permet pas d’aborder une partie des champs disciplinaires nécessaires pour comprendre la société dans laquelle ils vivent. L’APSES ne peut accepter ces premières orientations et demande à être entendue d’urgence afin que tous les lycéens puissent suivre, au moins en classe de seconde, un enseignement annuel et obligatoire de sciences sociales digne de ce que notre démocratie exige, des citoyens maîtrisant les trois cultures : celle des Humanités, celle des sciences de la nature et celle des sciences sociales.


Hinterlasse eine Antwort

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind markiert *

Du kannst folgende HTML-Tags benutzen: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">