Mettre en lumière les précaires du supérieur

Pour que les précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche publique sortent de l’invisibilité, un questionnaire (anonyme) destiné à recueillir leurs conditions de travail est à remplir en ligne à l’adresse suivante :

http://www.precarite-esr.org

Ce questionnaire vise toutes les personnes qui, dans un statut précaire, travaillent pour l’enseignement supérieur et la recherche publique (ESRP) que ce soit dans des fonctions de chercheur-e-s ou de personnels administratifs ou techniques, et ce dans toutes les disciplines et tous les secteurs de l’ESRP. Le remplissage du questionnaire prend moins de 10 minutes et couvre à la fois la question des rémunérations (y compris bien sûr le travail gratuit), les conditions de travail et les relations avec les autres acteurs de l’ESRP.

Ce questionnaire a été d’abord construit et administré sur le site CNRS Pouchet (Paris), au printemps dernier. Il est à présent porté à un niveau national par l’intersyndicale ainsi que SLR et SLU.

Il est très important que cette consultation recueille un maximum de réponses dans le but d’avoir une image la plus précise possible de la précarité et d’établir un cahier revendicatif à l’adresse du gouvernement. A diffuser largement.


Une réflexion sur « Mettre en lumière les précaires du supérieur »

  1. J’ai répondu à ce questionnaire que j’ai trouvé assez bien. Il est suffisamment ouvert pour rendre compte de situations très diverses fonctions de l’ancienneté dans la précarité, de la plus ou moins grande proximité des organismes d’enseignement et de recherche, fonctions aussi des fonctions occupées : un champ très large que je pense très complexe. J’espère justement que le traitement de ce questionnaire m’apportera à moi ainsi qu’aux autres précaires, une représentation suffisamment fine de ce champ très opaque pour savoir comment et avec qui agir. Pour moi, mais je suis un vieux précaire, c’est l’isolement intellectuel, social, syndical et politique, qui est la forme la plus perverse de ces situations de non statutaire. Une mort sociale programmée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *