Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

Deux fois par mois, l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris va accueillir cette année un séminaire un peu particulier. Celui-ci s’inscrit dans la suite des mouvements nés dans le monde universitaire français du refus du nouveau dispositif d’enseignement et de recherche mis en œuvre par le gouvernement de M. Sarkozy : « autonomie » des universités, nouveau statut des personnels, mastérisation des concours, transformation du CNRS et des autres EPST en « agences de moyens », nouvelles formes d’« évaluation » inspirées de la gestion des entreprises, etc. Cet ensemble de « réformes » a suscité parmi les universitaires et chercheurs de très vifs débats. Certains le soutiennent activement, d’autres le refusent farouchement et aspirent à d’autres réformes. Le rapport des forces est incertain et l’avenir reste ouvert.

Comme les autres séminaires de cet établissement, celui-ci poursuit des objectifs scientifiques, épistémologiques et pédagogiques : il s’agit de décrire, de comprendre et d’expliquer ce qui est en train d’arriver. Les formes de l’enquête seront pour une part classiques : analyse de documents, observations de type ethnographique, étude des trajectoires et configurations d’acteurs, des argumentaires et des actions, des institutions et des constructions normatives. Mais il s’agira aussi d’une « enquête publique » qui fait appel aux acteurs eux-mêmes et propose un cadre à leur confrontation. La parole sera donc largement donnée aussi bien à ceux qui combattent les « réformes » qu’à ceux qui les approuvent ou s’en accommodent. Nous ouvrirons aussi le propos à d’autres domaines de la vie sociale où se développent des politiques analogues d’asservissement des biens publics aux logiques de marché.

Si la France sera le premier objet de nos interrogations, nous pratiquerons autant que possible une démarche comparative et d’histoire croisée orientée vers les autres pays européens, mais aussi vers les États-Unis, sans doute la référence la plus mobilisée dans les controverses sur les politiques des sciences, et vers les nouvelles puissances scientifiques en Asie ou les puissances déchues, comme l’ancienne URSS. Il est en effet évident que les changements des dispositifs scientifiques sont parties intégrantes d’un projet global, dont l’expression européenne a été inaugurée par le processus de Bologne et le conseil européen de Lisbonne. Nous étudierons la formation de ce projet et les usages locaux de celui-ci et, plus largement, des références étrangères.

Le séminaire s’interrogera sur l’émergence de nouveaux rapports sociaux dans le monde de la recherche (précarisation de l’emploi, dépendances nouvelles, individuelles ou collectives…), sur les conséquences scientifiques de l’hégémonie annoncée des financements contractuels, sur les nouvelles formes de l’évaluation actuellement imposées mais contestées, sur les conditions de l’innovation et de la découverte scientifiques, sur les marges d’action des personnels scientifiques pour empêcher la mise en place de ce nouveau dispositif d’organisation de la science, ou pour résister en son sein là où il s’est imposé : marges professionnelles (quelle autonomie des chercheurs dans le choix de leurs thèmes et de leurs méthodes ?), civiques (quelles sont les formes actuelles de la demande sociale vis-à-vis des sciences et des sciences sociales en particulier ?) et politiques (quelles actions collectives sont envisageables pour que les acteurs de la science gardent leur mot à dire dans la définition de leur propre activité ?)

Ce séminaire alternatif sera réactif aux évolutions de l’actualité ; lieu d’une veille face aux réformes de la recherche et de l’enseignement, il ne s’interdira par principe d’aborder aucun des problèmes que suscitent aujourd’hui les politiques des sciences. Nous espérons qu’il participera au vaste mouvement qui tend à faire regarder comme inacceptable une « réalité » qu’on nous annonce comme inéluctable et à rendre à nos professions leur dignité, leur autonomie et leur sens du bien public.

Les premier et troisième mercredis du mois, de 17 à 19 heures, du 4 novembre 2009 au 2 juin 2010

à l’amphithéâtre de l’EHESS, 105 boulevard Raspail, Paris 6e


Programme novembre-décembre 2009
(au 15/15/2009)

4 novembre 2009 – Ouverture
Enjeux et futur du mouvement universitaire
modération : Robert Descimon
Luc Boltanski (EHESS), Pauline Delage (doctorante EHESS, Sud), Marcel Gauchet (EHESS) et Isabelle This Saint-Jean (Paris 13, SLR)

18 novembre 2009 – Régimes d’évaluation 1
L’évaluation comme principe politique
modération : Michel Agier
Richard Rechtman (CHS La Verrière, IRIS) sur l’hôpital psychiatrique, Emmanuel Didier (CNRS-CESDIP) sur la police, Albert Ogien (CNRS-CEMS) sur la Lolf, Sylvain Piron (EHESS) sur la recherche

2 décembre 2009 – Recherche et société 1
Savants autonomes, sciences utiles ?
modération : Christian Topalov
Hélène Conjeaud (CNRS Physique du vivant, SLU) « Les ‘savants’ des sciences utiles sont-ils encore autonomes? Exemples tirés de la recherche en biologie cellulaire et en immunologie », Dominique Pestre (EHESS), Francis Chateauraynaud (EHESS) « Sociologies des sciences et modes de financement de la recherche. De l’anti-académisme au management des projets ? », Marc Lipinski (CNRS et Région Île-de-France) [sous réserve]

16 décembre – Régimes d’évaluation 2
Enquête sur les pratiques de l’évaluation collégiale : le CNU
modération : Robert Descimon
Introduction par Nicolas Dodier (EHESS et INSERM)
Philippe Boutry (EHESS et Paris 1) sur la section 22 (histoire moderne et contemporaine), Stéphane Beaud (ENS) sur la section 19 (sociologie, démographie), Pierre Judet de la Combe (EHESS et CNRS) [sous réserve]
Discutant : Nicolas Pouyanne (section 25 : mathématiques, secrétaire de la CP-CNU) [sous réserve]

Organisateurs :

Michel Agier (DE EHESS), Mathieu Arnoux (DE EHESS), Isabelle Backouche (MC EHESS), Michel Barthélémy (CR CNRS), Irène Bellier (DR CNRS), Alban Bensa (DE EHESS), Alain Blum (DE EHESS), Juliette Cadiot (MC EHESS), Simona Cerutti (DE EHESS), Francis Chateauraynaud (DE EHESS), Fanny Cosandey (MC EHESS), Robert Descimon (DE EHESS), Sophie Desrosiers (MC EHESS), Nicolas Dodier (DE EHESS), Jean-Claude Galey (DE EHESS), Nancy L. Green (DE EHESS), André Gunthert (MC EHESS), Elie Haddad (CR CNRS), Liora Israël (MC EHESS), Christian Jouhaud (DE EHESS), Cyril Lemieux (MC EHESS), Cédric Lomba (CR CNRS), Birgit Müller (CR CNRS), Mary Picone (MC EHESS), Sylvain Piron (MC EHESS), Sophie Pochic (CR CNRS), Alessandro Stella (CR CNRS), Christian Topalov (DE EHESS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *