Pourquoi nous démissionnons du CNU

Aujourd’hui, après la lettre de Jérôme Deauvieau diffusée depuis quelques semaines et que nous avons reproduite hier, l’affaire des auto-promotions au sein de la 19ème section du CNU (sociologie, démographie) débouche sur la démission de 11 membres de la section. Agora publie ci-dessous le texte en forme d’appel qu’ils signent collectivement à cette occasion…

Pourquoi nous démissionnons du CNU

Voilà deux ans maintenant que nous avons été nommés ou élus sur diverses listes dans la 19e section du Conseil National des Universités. Nous avons les uns et les autres accepté cette lourde charge dans le souci de notre discipline. Depuis le début de la mandature, nous demandons avec insistance que la section se dote de critères d’évaluation et de fonctionnement explicites et transparents, qu’il s’agisse des promotions ou des qualifications. Force est de constater que ces demandes n’ont non seulement jamais été satisfaites mais qu’elles ont été bafouées, lors des derniers événements en date sur les autopromotions (seuls des membres de la section ayant, en particulier, bénéficié de promotions au niveau de la classe exceptionnelle).

Notre section a désormais perdu toute légitimité dans la communauté scientifique, comme en témoignent clairement les échanges et réactions indignés à la publication des résultats des promotions. Une lettre au président de la 19e section a été adressée par plusieurs d’entre nous pour que celui-ci s’exprime sur la nécessité de critères explicites et d’un code déontologique engageant les membres du CNU à ne jamais profiter de leur position à des fins de carrière personnelle. Les réponses qui ont été faites à ce courrier sont à la fois décalées et dérisoires. Pour sortir de cette situation, une autre proposition, lancée par l’un des membres du bureau, était que le président, l’ensemble du bureau et le plus grand nombre de membres du CNU adressent au ministère une demande de dissolution du CNU actuel, discrédité, dans l’objectif de lui permettre de se reconstituer et de recouvrer une légitimité. Les réponses apportées témoignent d’une fin de non recevoir.

Nous, signataires de ce texte, décidons donc de démissionner de nos responsabilités de membre de la section. Nous le faisons en ayant pleinement conscience de la gravité de notre geste, et de sa portée. Mais la situation de ce CNU est devenue telle que l’accomplissement des missions pour lesquelles nous avons été nommés ou élus est rendu impossible. Il n’y a pas lieu de siéger dans un Comité dont le fonctionnement relève de la parodie.

Nous demandons solennellement, et avec gravité, au ministère de procéder à la dissolution du CNU actuel et appelons la communauté des sociologues à nous soutenir publiquement dans cette démarche, en refusant de siéger (en tant que nommé ou élu) dans le CNU actuel tant que sa dissolution n’a pas été obtenue, et en mettant en place une réflexion collective sur les critères d’évaluation et la gestion des carrières dans notre discipline.

Nous continuerons pour notre part à nous engager publiquement pour que la prochaine mandature prenne toutes ses responsabilités vis-à-vis de la communauté des sociologues, en établissant des critères clairs, explicites, nécessaires au bon fonctionnement d’instances comme celle-ci et à l’avenir de notre discipline.

Gilles Bastin, Maître de conférences à l’IEP de Grenoble, nommé

Philippe Bataille, Directeur d’études à l’EHESS, élu QSF

Marie Charvet, Maître de conférences à l’Université de Nantes, élue SNESup

Jérôme Deauvieau, Maître de conférences à l’UVSQ, élu SNESup, vice-president B

Stéphane Dufoix, Maître de conférences à l’Université de Paris X, membre de l’IUF, nommé

Laure De Verdalle, Chargée de recherche au CNRS, élue SNESup

Alexandra Filhon, Maître de conférences à l’Université de Paris X, élue SNESup

Liora Israël, Maître de conférences à l’EHESS, nommée

Frédéric Lebaron, Professeur à l’Université de Picardie-Jules Verne, membre de l’IUF, élu SNESup

Mathias Millet, Maître de conférences à l’Université de Poitiers, élu SNESup

Numa Murard, Professeur à l’Université Paris 7, élu SGEN-CFDT

Pour écrire aux signataires de ce texte et leur apporter votre soutien, vous pouvez contacter Frédéric Lebaron : flebaron [arobase] yahoo.fr

Et vous pouvez bien sûr faire part de vos commentaires sur Agora (voir ci-dessous)…


3 thoughts on “Pourquoi nous démissionnons du CNU”

  1. Information répercutée sur les pages MM, PT et CNU de Wikipedia. Comme toujours, il faut relire pour vérifier que les formulations sont aussi objectives que possible.

    Pierre, est-ce que la distribution des protestations reste skewed vers les MCF< comme tu l’avais fait remarquer ? J’ai l’impression que oui.

  2. Bravo pour la décision que vous venez de prendre : même si elle paraissait la seule « tenable », laisser des places vides (à qui ?) mérite forcément réflexion en l’absence de la certitude d’une dissolution (pourtant nécessaire) à venir …
    Tout reste à faire, mais cette information est la bienvenue … sans doute « particulièrement » en cette rentrée.

  3. Bravo, mais il faut aller encore plus loin : demander la modification de l’article 5 du décret du 23 avril 2009 (interdire les autopromotions). Chronique du Blog « Histoires d’universités » : 11 démissions au CNU. Cordialement. Pierre Dubois

Répondre à Fr. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *