L’appel des « refondateurs » aux collègues universitaires

Publié le 17 mai dernier par les membres du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (Mauss) et de sa revue (dont le numéro de mai portait justement sur « l’Université en crise »), le « Manifeste pour refonder l’Université française » regroupe déjà plus de 5 000 signataires.  Alors que la trève estivale se profile largement, ses initiateurs viennent de publier une piqûre de rappel à l’adresse de leurs collègues, et plus largement du reste de la société française, sous la forme d’une tribune publiée dans Le Monde daté du 9 juillet où ils réaffirment la nécessité d’une réflexion collective sur la place de cette institution pluriséculaire. Ils appellent ainsi à l’organisation de réunions « décentralisées » dès la rentrée en vue d’élaborer une charte, non de bonne conduite, mais de principes sur lesquels les universitaires refuseraient de transiger.

Quatre points sont selon eux à débattre en priorité : la place de l’Université au sein du système global de l’enseignement supérieur ; les missions de l’Université ; les cursus d’enseignement (sélection et/ou orientation) ; la gouvernance[1] des universités. Tenons-le nous pour dit !

A noter également que le site Internet du même quotidien du soir a organisé le 8 juillet un « tchat » avec le philosophe Marcel Gauchet, membre du collectif qui en détaille certaines positions, et dont le contenu peut être consulté à ce lien.

[1] Certains s’étonneront sans doute de trouver ce terme ici, étant donné l’imaginaire éminemment gestionnaire qu’il charrie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *