Promotion des enseignants-chercheurs en sociologie : on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

La rumeur courait depuis quelques jours : dans la liste des enseignants-chercheurs venant d’obtenir une promotion (au rang de professeur ou à la classe exceptionnelle de ce rang) à la suite des décisions de la 19ème section du Conseil national des universités (CNU) figureraient… plusieurs membres de cette section même ! Ce n’est plus une rumeur… Il suffit pour le prouver de comparer la liste des membres du Bureau de la 19ème section et la liste des promus par cette même section, toutes deux publiées sur le blog de l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), fort opportunément intitulé « Transparence CNU 19 ». Nous avons fait le travail pour vous : les trois professeurs promus à la classe exceptionnelle cette année – Gilles Ferréol, Michel Maffesoli et Patrick Tacussel -, sont tous les trois membres de rang A de la 19ème section du CNU.

Coup sur coup, aujourd’hui, après quelques jours d’attermoiements, deux initiatives tentent d’attirer l’attention sur ce scandale. Ainsi, dans la journée, Philippe Cibois et Frédéric Neyrat, respectivement présidents de l’Association française de sociologie (AFS) et de l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES) ont diffusé à leurs adhérents le communiqué commun suivant :

Communiqué commun de l’AFS et de l’ASES du 22 juin 2009

Après les promotions récentes au CNU, des démissions s’imposent

L’Association française de sociologie (AFS) et l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES) constatent qu’au mépris de règles déontologiques élémentaires, jusque-là non écrites mais qui vont de soi dans toute communauté scientifique, un certain nombre de membres de la section 19 du Conseil national des universités (CNU) ont obtenu leur promotion du conseil même dans lequel ils siègent, monopolisant par ailleurs les possibilités de promotion aux échelons les plus hauts du corps des Professeurs.

Ils ont perdu de ce fait la crédibilité nécessaire pour assumer leur mission avec impartialité.

Nous demandons la démission du Président du CNU et de son Vice-Président de rang A, qui n’ont pas su s’opposer à ces pratiques alors que c’était leur rôle.

Philippe Cibois, Président de l’Association française de sociologie (AFS)

Frédéric Neyrat, Président de l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES)

Nous ne pouvons que saluer leur initiative et nous y associer, tout en souhaitant qu’elle ne soit pas trop tardive. Au vu des identités de plusieurs des « collègues » auxquels profite cette manoeuvre, nous ne pouvons nous empêcher en effet de penser que cette dernière péripétie est, sinon le point d’aboutissement, du moins une nouvelle étape d’un processus de décomposition institutionnelle de la sociologie. Ce processus avait été entamé il y a plusieurs années avec une fameuse soutenance de thèse, et s’était poursuivi notamment par une nomination controversée au Conseil d’administration du CNRS, puis une autre, plus récente, mais tout aussi controversée, à l’Institut universitaire de France.

Force est de constater que jusqu’à présent, les sociologues eux-mêmes n’ont pas su collectivement s’opposer efficacement à ce processus qu’ils sont pourtant nombreux à considérer avec inquiétude, tant à la fois il remet en cause leurs efforts pour clarifier une conception commune du régime de scientificité de leur discipline, et la crédibilité même de cette discipine aux yeux de l’opinion publique.

Nous ne pouvons qu’espérer que la profession saura, face à cette dernière péripétie, enfin se rassembler et présenter un front uni. Pour l’instant ce n’est malheureusement pas le cas, comme en témoigne « en creux » la seconde initiative du jour : nous avons eu connaissance de la lettre adressée aujourd’hui même par un certain nombre de ses membres au président de la 19ème section du CNU, que nous reproduisons ci-dessous :

Le 22 juin 2009

Lettre au président et au bureau de la 19ème section du CNU

Les décisions de promotion prises cette année par la 19ème section ont fait apparaître une très nette tendance à l’auto-promotion des membres de la section, notamment en ce qui concerne les passages à la classe exceptionnelle (ou au deuxième échelon de celle-ci) puisque les trois collègues promus sont tous membres de la section. Ce phénomène met en cause gravement le fonctionnement de notre section et révèle un dysfonctionnement plus profond. Depuis le début de la mandature, plusieurs collègues, nommés ou élus sur diverses listes, insistent sur la nécessité de doter la section de critères d’évaluation et de fonctionnement plus explicites, objectivés et transparents, qu’il s’agisse des promotions ou des qualifications. Nous soussignés demandons au président et au bureau de la section de prendre position rapidement sur ces deux questions.

Nous demandons donc : 1) qu’un document explicitant les critères retenus par le CNU pour les qualifications MCF et PR d’une part, pour les promotions d’autre part, soit établi et puisse être porté à la connaissance de la communauté des sociologues ; 2) qu’un code déontologique de la 19e section engageant moralement les membres de la section à ne pas profiter de leur position au CNU à des fins de carrière personnelle soit proposé. Il en va de la crédibilité de notre discipline et du CNU en tant qu’instance nationale de régulation des carrières.

Signatures de membres du CNU : Gilles Bastin, Maître de conférences ; Gérard Boudesseul, Maître de conférences ; Didier Breton, Maître de conférences ; Laëtitia Bucaille, Maître de conférences ; Marie Charvet, Maître de conférences ; Maria Cosio, Professeurs des Universités ; Jérôme Deauvieau, Maître de conférences ; Stéphane Dufoix, Maître de conférences ; Laure De Verdalle, Chargée de recherche ; Alexandra Filhon, Maître de conférences ; Liora Israël, Maître de conférences ; Frédéric Lebaron, Professeurs des Universités ; Françoise Le Borgne-Uguen, Maître de conférences ; Mathias Millet, Maître de conférences ; Numa Murard, Professeurs des Universités ; François Vedelago, Maître de conférences

Là encore, nous ne pouvons que saluer cette iniative, mais aussitôt regretter, aussi, qu’elle n’ai pas recueilli même les signatures de la majorité des membres… Des informations données par des « sources proches » de la 19ème section, comme on dit chez les journalistes, laissent penser qu’un certain nombre de membres n’ont pas signé cette lettre parce qu’ils la trouvaient « trop soft ». Soit. L’effet n’en est pas moins malheureux, et nous ne pouvons qu’espérer que dans les heures et les jours qui viennent, ces collègues sauront alors trouver un mode plus radical et spectaculaire d’expression publique de leur indignation : AGORA serait alors heureux de leur offrir une tribune !

En attendant, puisque nous ne renonçons pas tout de suite à faire notre « métier de sociologue », nous avons tenté de comprendre les raisons qui avaient pu conduire une majorité de membres de la 19ème section à ne pas s’indigner de cette manoeuvre. Une analyse rapide montre que si la propension à ne pas avoir signé cette lettre au président est un peu plus forte chez les hommes que chez les femmes, chez les régionaux que chez les Parisiens, et chez les membres nommés que chez les membres élus, ces différences sont minimes dès lors qu’on les compare à celle que produit… leur rang : les deux tiers des maîtres de conférences ont signé la lettre, contre seulement 18% des professeurs. Quand on introduit ces variables explicatives dans un modèle de régression logistique, le rang est ainsi la seule variable qui conserve un effet propre significatif : à sexe, localisation géographique et mode d’entrée dans la 19ème section donnés, le fait d’être professeur plutôt que maître de conférence multiplie par 10 la chance de ne pas signer la lettre plutôt que de la signer… Il reste à interpréter les mécanismes qui produisent cet effet… A vos claviers ! Un premier indice : les professeurs et les maîtres de conférences de la 19ème section du CNY siègent ensemble pour les qualifications et les promotions des maîtres de conférences, mais les professeurs statuent seuls sur les qualifications et les promotions des professeurs…

Pierre Mercklé


7 réflexions au sujet de « Promotion des enseignants-chercheurs en sociologie : on n’est jamais si bien servi que par soi-même… »

  1. Question d’un non-sociologue à qui toutes ces procédures restent opaques :
    – Pourquoi ne pas évoquer le cas de Catherine Pugeault, membre du CNU élevée dans la même promotion au rang de MCF hors-classe ?
    – Pourquoi les professeurs Lebaron, Cosio et Murard ne nous éclairent-ils pas sur ce vote (j’imagine qu’on procède par vote… ?) auquel ils ont du participer ? Ils doivent bien savoir quels ont été les critères avancés ! A moins qu’ils n’aient pas pris part au vote ? Dans ce cas-là pourquoi ?

    Je signale qu’Alain Quemin a tenu à faire savoir qu’il a démissionné l’an dernier du CNU pour protester contre ce type de pratiques

  2. Il est normal que les signataires soient archi minoritaires… Les autres, les plus réputés n’ont pas vraiment envie de se couvrir de ridicule. Il faut lire ou relire les oeuvres de Tacussel et de Michel Maffesoli pour comprendre la justesse de leurs nouvelles responsabilités. Jean-Michel Perruchot.

  3. Bien Pierre.

    Chronique promus par le CNU, dès le 17 juin sur mon blog Histoires d’universités : http://histoireuniversites.blog.lemonde.fr/2009/06/17/promus-par-le-cnu/

    Ce serait bien d’ouvrir tout de suite une rubrique sur Agora : attribution des primes d’excellence scientifique. Il va très probablement se passer des choses encore plus horribles et indécentes (de par leur étendue) que celle des 3 promotions du CNU de sociologie. Trois chroniques sur les primes sur mon blog.

    Bien cordialement. Pierre Dubois

  4. Merci,
    je retiens les 3 noms: Gilles Ferréol, Michel Maffesoli et Patrick Tacussel,
    nul doute qu’à la lumière de leur honnêteté intellectuelle et de leur intégrité, la crédibilité de leurs travaux prend une nouvelle dimension…
    Je vais chercher le goudron et les plumes?

  5. Vous avez tout à fait raison d’attirer l’attention sur l’attitude d’Alain Quemin, qu’on aurait aimé pouvoir considérer comme normale, ordinaire, logique, mais qui dans le contexte actuel de compromission généralisée, prend effectivement un relief particulier, et mérite donc d’être saluée. Pour en savoir un peu plus, vous pouvez lire le commentaire qu’Alain Quemin a posté sur le blog de Sylvestre Huet :

    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/06/sociologie-une-nouvelle-affaire-maffesoli-.html#more

    Je le reproduis ci-dessous, pour faciliter sa lecture et sa diffusion :

    Professeur de sociologie, j’ai été élu au CNU en 19ème section (sociologie – démographie) voici près de deux ans. Au bout d’une année, j’ai décidé de démissionner pour marquer mon profond désaccord avec la façon dont Jan Spurk, président de la section élu dans des conditions assez inhabituelles, dirigeait celle-ci. M’apparaissaient complètement inacceptables tant les conditions de travail de la section (donc la façon dont opéraient ses membres mais aussi celle dont étaient traités les candidats (puisque le principe fondamental de l’égalité de traitement n’était pas respecté, certains d’entre eux ayant notamment droit à deux rapports, comme tel est l’usage, et d’autres à un vrai rapport et à un rapport \croupion\ qui n’apportait aucune information suffisante) J’ai à plusieurs reprises dénoncé publiquement au sein de la section les graves problèmes précédents et les carences de la présidence, sans que personne ne prenne jamais la défense de Jan Spurk, tant les limites de la présidence étaient criantes. Lors de ma démission, j’ai appelé à plusieurs reprises Jan Spurk à en faire autant. J’ai aussi adressé un mail collectif à tous les élus SGEN à l’automne dernier, en les mettant très explicitement en garde contre les autopromotions que je sentais poindre lors de la campagne à venir de promotions et j’ai expliqué que je ne voulais en aucune manière être associé à cette pratique absolument contraire à l’éthique.
    Il faut aborder le fond du problème : les autopromotions sont certes défendables lorsqu’elles ne sont pas massives et lorsqu’elles concernent des scientifiques de grande qualité. Tel n’est absolument pas le cas ici.
    Les récentes promotions ont récompensé des universitaires non seulement contestés par la plupart de la communauté des socioloques (il faut oser procéder à pareil coup de force !), et l’ont fait massivement !
    Il existe des traces établissant que, dès l’automne, certains membres du CNU avaient vu venir les manoeuvres (Jan Spurk refusant de transmettre la liste des premiers collés qui sont souvent les promus de l’année suivante, que ce soit eux ou les membres d’un même réseau d’ailleurs)… et ce n’était pas en lisant les prédictions d’Elisabeth Teyssier.
    Le bureau du CNU est soit directement responsable de ces promotions affligeantes soit il n’a rien fait pour les empêcher alors qu’elles étaient prévisibles depuis des mois et il a failli une fois encore à sa mission consistant à garantir l’égalité de traitement des candidats.
    La décence impose la démission.

    Alain Quemin
    professeur de sociologie
    Université Paris-Est / Institut Universitaire de France / LATTS (CNRS)

  6. Réponse à M. Jean-Michel Perruchot et à quelques autres

    Permettez au maître de conférences que je suis en section 19 de vous informer que les signatures de Frédéric Lebaron (professeur de sociologie spécialiste de sociologie quantitative, Institut universitaire de France), Maria Cosio (professeur de démographie de haut niveau), Alexandra Filhon, maître de conférences en sociologie quantitative, etc.., et par ailleurs, de tous les élus SGEN CFDT (et je n’en suis, à ce jour, plus, de la CFDT mais y ai de nombreux collègues universitaires de très grande qualité et le SGEN CNRS est remarquable, tout comme l’UNSA) montrent que les personnes qui ont signé la lettre au Pdt. Jan Spurk sont des gens extrêmement sérieux et mesurés.

    On peut dénoncer les ravages causés par des idéologies totalitaires, on peut aussi dénoncer les ravages financiers et psychologiques causés par l’astrologie auprès de tant de gens crédules…Une bonne enquête quantitative sur le sujet, accompagnée d’entretiens, serait utile.
    Il fut un temps où avec Alain Chenu comme président, Philippe Cibois comme vice-président, Alfred Dittgen comme mcf hdr expert pour la démographie auprès du bureau de la section, nous semblions aller dans un mouvement de convergence avec ce qui existe au niveau international. Nous disposions par ailleurs de compte-rendu détaillés de l’activité du CNU. Je souhaite, pour ma part, que l’actuel CNU se situe dans cette lignée, pour éviter l’onction de travaux trop spéculatifs et éviter que les avis sur les travaux des socio-démographes et quantitativistes n’émanent que d’un faible nombre de collègues du CNU, entraînant ensuite les autres membres du CNU peu au fait des méthodes ou enjeux.

    En France il existe une unité entre sociologie et démographie (c’est pour cela sans doute que la section ne s’appelle pas « sociologie et démographie » mais « sociologie, démographie ») , au pont qu’on puisse considérer comme le fait Philippe Cibois dans son ouvrage publié par Sciences Humaines, que la démographie est une branche de la sociologie.

    On pourrait d’ailleurs imaginer que pour être au plus haut niveau des professeurs de la section 19 il faille avoir un minimum de recherches, publications et enseignements montrant que les compétences sont à la fois méthodologiques (quanti ET quali), théoriques et thématiques.

    J’ai voulu élargir le débat car il me semble qu’il est révélateur une opposition nette sur les conceptions que nous avons de la recherche en sciences sociales.

    Jean-Luc RICHARD
    maître de conférences section 19
    enseignant en sociologie, démographie
    docteur en démographie économique
    Université de Rennes 1
    membre du CRAPE UMR CNRS 6051
    http://perso.univ-rennes1.fr/jean-luc.richard/iNDEX.htm
    http://www.crape.univ-rennes1.fr/

    http://www.crape.univ-rennes1.fr/membres/richard_jean-luc.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *