Équilibre des filières au lycée : une autre réforme est possible

Ce texte d’Olivier Godechot est initialement paru le 26 mai 2009 sur Mediapart. Nous le reproduisons ici, avec l’aimable autorisation de son auteur, et nous vous invitons à partager avec nos lecteurs vos réactions, en utilisant la possibilité de poster un commentaire proposée à la suite de l’article.

Un des grands problèmes des réformes du système éducatif tient à la confusion délibérée de deux objectifs : l’amélioration de la qualité et de l’équité du système éducatif d’une part et la réduction de son coût d’autre part. On suspecte avec raison des réformes qui mettent en avant l’égalité des chances ou la charge horaire des lycéens d’être avant tout guidées par des considérations budgétaires. La précédente réforme du lycée, provisoirement gelée, ne fait pas exception.

Cette réforme reposait en partie sur un diagnostic justifié des déséquilibres des filières générales du lycée : une hiérarchisation trop forte des filières entre la « voie royale », la filière scientifique (S) – et au sein de celle-ci la S option mathématiques, et les autres filières économiques et sociales (ES) et littéraires (L) ; une filière scientifique paradoxale qui sert surtout comme label de sélection et qui donne peu le goût des sciences ; une filière économique qui peine à former de véritables économistes ; une filière littéraire, dont les mérites sont reconnus, mais qui souffre d’une désaffection grandissante.

Supprimer les filières et organiser des parcours à la carte où les élèves doivent choisir un petit nombre de matières, comme le proposait la réforme, a été compris, avec raison, comme un moyen de marginaliser les matières les moins utilitaires et de faire des économies. En outre rien n’assure que la réforme aurait mis fin à la hiérarchie du lycée. Certains panachages d’options s’imposeraient comme des panachages d’élite, d’autres comme des panachages de second choix.

Or sur quoi reposent cette hiérarchie et ce déséquilibre des filières ? Elles reposent sur le fait que certaines matières sont collectivement vues comme des disciplines de sélection qui révèlent des aptitudes générales. Ces disciplines de sélection ont beaucoup varié au cours du temps. Au début du vingtième siècle, les humanités et plus particulièrement le latin, servaient comme signal de compétence. Depuis la réforme de 1965, le latin a été définitivement relégué au second plan et les mathématiques se sont imposées comme la principale discipline de sélection. Si tant d’élèves veulent faire S, ce n’est pas tant pour la biologie, la physique ou la chimie que pour recevoir le certificat de compétences que décerne LA filière mathématique.

On ne change pas la hiérarchie disciplinaire par décret. C’est le produit d’une très longue histoire, en particulier en France, où l’on a toujours valorisé les savoirs les plus formels sur les savoirs les plus appliqués. Supprimer la ES au profit de la L maintiendra intact le brillant de la S. Comment réformer et casser ces hiérarchies stériles et cette polarisation excessive autour de la S ? Tout simplement, en permettant aux lycéens de faire exactement autant de mathématiques dans chaque filière. Attention ! Il ne s’agit surtout pas d’aligner le programme vers le bas, ni d’imposer à tous les lycéens de faire autant de mathématiques que les S option mathématiques, mais de créer dans les trois filières trois options identiques par le programme, le volume horaire et le coefficient : mathématiques avancées (par exemple 7h30 de cours en Terminale et un coefficient 9), mathématiques intermédiaires (par exemple 5h00 de cours un coefficient 5) et mathématiques allégées (deux heures de cours et coefficient 2).

Cette proposition pourra paraître curieuse à tous ceux qui croient que les mathématiques sont conceptuellement liées aux sciences de la nature. Cette vision est fausse. Les mathématiques sont désormais devenus un des supports formels tant des sciences de la nature que des sciences humaines, de l’ingénierie que de la gestion. Il n’y a pas de raison de réserver l’enseignement aux premières et d’en exclure les secondes. Cette réforme permettrait d’éviter que tant de lycéens qui veulent faire des écoles de commerce se ruent sur la S et revaloriserait relativement la filière ES. Elle permettrait à des bons lycéens de marier en L, abstraction philosophique et abstraction mathématique. Enfin, elle conduirait in fine à revaloriser la culture scientifique en voie S. Les élèves qui s’y orienteraient, le feraient, non pour les seules mathématiques qu’ils pourraient trouver en quantité et qualité équivalente ailleurs, mais véritablement pour les sciences de la nature qui y sont enseignées.

Avec ce type de réforme, dira-t-on, on ne supprime pas la hiérarchie, on la déplace du niveau des filières au niveau des options d’une même filière ! C’est exact. La réforme ne supprime pas toute hiérarchie des parcours du lycée. Il est difficile de défaire ce que des décennies produisent, mais cette proposition a le mérite de rendre la hiérarchie scolaire un peu plus multidimensionnelle et, à terme, de la relativiser.

Cette réforme est simple et peu coûteuse. Elle n’est pas le faux nez d’économies budgétaires. Elle ne bouleverse pas de fond en comble les équilibres organisationnels du lycée en terme de personnel ou d’horaires. Elle ne heurte pas de front les valeurs et les intérêts des enseignants, des parents ou des élèves. Au contraire elle permet aux lycéens de mieux résoudre la contradiction fréquente entre leurs préférences personnelles et la hiérarchie officieuse des filières et au final de construire des parcours plus cohérents. C’est peut-être là une réforme à la fois d’ampleur limitée et de portée importante, le type même de réforme utile dans l’éducation nationale.

Olivier GODECHOT, chercheur en sociologie au CNRS.


Une réflexion sur « Équilibre des filières au lycée : une autre réforme est possible »

  1. Personnellement, cette proposition me laisse sceptique.
    Je suis d’accord avec O. Godechot sur le fait que la hiérarchie des filières est le produit d’une longue histoire et qu’elle repose en partie sur les qualités de telle ou telle discipline mais je crois qu’Olivier Godechot ne tient pas compte d’autres déterminants, ce qui risque de réduire sérieusement l’impact de ses propositions.
    Mon expérience d’enseignant en secondaire m’amène à voir que si les parents veulent mettre leurs enfants en filière scientifique ce n’est pas tant à cause des qualités dévolues aux Maths que parce que c’est là que les écoles vont chercher leur vivier de bons élèves et les écoles vont chercher dans la filière S parceque c’est là qu’on met les bons élèves : on est en pleine prédiction créatrice. De plus, les parents mettent leurs enfants en S pour qu’ils soient dans de bonnes classes avec d’autres bons élèves (et ils sont parfois déçus) (Evidemment, je n’oublie pas que beaucoup d’élèves choisissent S par goût ou à cause leurs aptitudes).
    Bref, sans vouloir minorer les qualités propres aux maths , il faut bien dire que l’orientation au lycée est depuis longtemps dans la logique du concours de beauté de Keynes. On peut filer la métaphore avec la finance (et je prends des risques en adoptant ce terrain) : le choix des maths peut reposer sur des qualités réelles – analyse, abstraction,…- qui constituent l’équivalent de la « valeur fondamentale » d’un titre ; mais on peut envisager aussi un cas de « bulle » (pédagogique) où la valeur accordée à al discipline n’a rien à voir avec le fondamental mais seulement avec les préférences croisées des uns et des autres. Dans ce cas la préférence pour une discipline ou une filière n’a pus grand chose à voir avec les qualités de cette discipline ou filière. Si c’est bien le cas (ou si on se rapproche de cette situation), je pense que la proposition d’olivier Godechot ne permet guère de résoudre les problèmes ; la sélection va se porter simplement sur autre chose.
    On peut prendre le cas de l’allemand à titre de comparaison : il a été longtemps choisi par les meilleurs élèves et fonctionnait comme « matière sélective de second rang » on peut supposer que c’était à cause de sa difficulté et/ou de ses vertus spécifiques ; cela n‘a pourtant pas empêché es effectifs de s’effondrer et cette langue a , me semble –t-il, perdu une bonne partie de son rôle stratégique.
    (NB : je préfère préciser que si mon raisonnement repose sur l’aspect « stratégique » des choix d’orientation, je n’ignore pas que dans la réalité entrent aussi en compte les qualités propres aux disciplines ainsi que les goûts des élèves).
    Par ailleurs, la proposition d’Olivier Godechot me semble contenir un effet pervers possible c’est qu’en mettant l’accent sur les Maths on uniformise une fois de plus les critères d’excellence. Alors que la plupart des commentateurs insistent sur le fait que l’on doit développer les divers pôles d’excellence, j’ai peur (si j’ai bien compris) que sa proposition aboutisse à l’effet inverse.
    On pourrait me rétorquer que la situation est due u fait qu’un élève de S peut tout faire et pas un élève de ES ou de L. Cette idée, à moitié vraie, a fait pas mal de dégâts chez les élèves qui ont peiné en S. Elle est , bien entendu, vraie pour les élèves qui feront ensuite certaines études scientifiques mais il faut aussi tenir compte de l’existence de « barrières à l’entrée » qui ne sont pas toujours légitimes : un haut niveau de maths est il vraiment nécessaire pour faire médecine ?
    A l’inverse, certaines formations ont opté pour l’ascenseur à l’entrée : dans les IUT à teneur économique, les cours sont souvent repris à la base pour permettre aux bacheliers S de suivre (et c’est normal) et les ES s’y ennuient.

    Enfin, j’aimerais jouter une observation de terrain (qui ne sont pas forcément les meilleures mais qui ont leur utilité). J’enseigne depuis 25 ans dans un lycée classique de Centre Ville où la pression vers la filière scientifique est très forte et dans lequel la filière économique a eu bien du mal à faire sa place (elle existe depuis 27 ans) ; j’observe que l’image de « filière d’élite » de la S, si elle existe toujours, tend à être écornée : de plus en plus d’élèves de très bon niveau et capables de faire une S choisissent une ES, et de plus en plus d’élèves moyens qui auraient fait des pieds et des mains pour aller en S il y a 15 ans optent pour la S (et le même constat est fait dans d’autres lycées). L’explication est, me semble-t-il, assez claire ; avec les années, les cas d’élèves allant en S sans être fait pour cela, souffrant en S pour ne pas faire mieux que les autres dans l’enseignement supérieur, se sont multipliés. L’idée simple selon laquelle « mieux vaut une bonne ES ou L qu’une mauvaise S » fait son chemin. Mais il a fallu des années pour cela car le temps de l’Education nationale est un temps très long qui ne correspond pas au temps des ministères (et encore moins à celui de Sarkozy qui fait toujours tout très vite).

    Il me semble là qu’il y a un certain nombre d’éléments qui n’ont pas été pris en compte dans la proposition d’Olivier Godechot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *