L’ANR et les sciences humaines et sociales

Le 1er avril dernier, les enseignants-chercheurs de l’EHESS organisaient un débat sur l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et ses effets sur la recherche dans les SHS.

Créée en 2007, cette agence a pour  fonction d’allouer les financements à des projets de recherche qu’elle sélectionne, mais aussi de favoriser les partenariats entre secteurs public et privé. Ces deux missions ne sont pas sans susciter de vifs débats parmi les chercheurs. Un certain nombre pointe ainsi que cette  logique de fincancement favorise l’essor d’une « culture manageriale » parmi les chercheurs, au détriment de la qualité et de l’impartialité des travaux. En témoigne le compte-rendu du débat à l’EHESS proposé par Michel Barthélémy. Suite à ce débat auquel il prit part, Jean-Michel Roddaz, responsable du département SHS à l’ANR, a rédigé une réponse le 8 avril dernier que nous reproduisons ci-dessous.
Vous êtes toutes et tous invités à proposer votre propre témoignage et/ou vos réflexions pour alimenter un débat qui est certainement loin de s’éteindre.

Cher collègue,

Je viens de recevoir par l’intermédiaire de l’un de vos collègues le compte-rendu du dernier débat de l’EHESS sur le rôle et le fonctionnement de l’ANR. Je regrette de ne pas en avoir été l’un des destinataires directs ; cela m’aurait permis de m’adresser sûrement à la bonne personne.

Dans la mesure où l’on a retranscrit un certain nombre de mes déclarations, je me sens autorisé à vous faire part -mais j’ignore si c’est vous qui avez rédigé ce texte- d’un certain nombre de remarques concernant la teneur de mon intervention. Je comprends par ailleurs la difficulté de donner une version parfaitement fidèle de débats parfois vifs et de bien traduire la pensée des intervenants lors d’échanges courts et parfois passionnés. Je n’ai disposé que de quelques minutes pour répondre à plus d’une heure et demi de remarques à charge contre l’ANR et sans doute, sur un certain nombre de points, me suis-je mal expliqué ou ai-je été mal compris.

Je me permets donc de revenir sur quelques points de mon intervention :

1 – Je vous suis reconnaissant d’avoir bien voulu rappeler que le Département SHS est composé de scientifiques qui continuent à enseigner dans leurs universités de région et que nous avons tous eu (et continuons à avoir) des responsabilités au sein de nos équipes de recherche comme devant nos étudiants ou dans des instances nationales (CNU ou CNRS).

Nous ne constituons en rien ’une catégorie d’universitaires évaluateurs et managers’ destinée à se perpétuer à l’ANR. Si celle-ci veut bien fonctionner, il est nécessaire qu’il y ait un turn-over régulier et la plupart d’entre nous ont pour vocation de retourner rapidement dans leur université (Diane Roman, Professeure de droit public à l’Université de Tours, Michel Fayol, Professeur de psychologie à l’Université Blaise pascal, Jean Claude Rabier, Professeur de sociologie à l’Université de Lyon 2 et moi même, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Bordeaux).

2 – Je regrette que vous n’ayez pas rappelé un point important de mon intervention : effectivement l’ANR met à la disposition des équipes des sommes conséquentes et, à titre d’exemple, l’EHESS a reçu depuis 2005, 8,5 M euros : l’établissement est engagé dans 70 programmes et 33 équipes sont impliquées. Devons-nous regretter que les équipes SHS disposent enfin de moyens pour réaliser leurs projets de recherche. Avant même la création de l’ANR, cela était rarement possible et je ne crois pas qu’il y ait eu beaucoup de protestations quand on a mis en place à la fin des années 90 les ACI qui avaient comme objectif de pallier ce manque et qui eurent le grand mérite d’introduire la culture du projet. Les AAP de l’ANR se situent dans la continuité des ACI avec deux différences importantes : d’abord les sommes mises à la disposition de la communauté scientifique SHS ont triplé, voire quadruplé et d’autre part le champ des bénéficiaires s’est considérablement élargi : sur plus de 600 équipes qui bénéficient aujourd’hui des financements de l’ANR, pratiquement la moitié est constituée de formations qui ne reçoivent aucun moyen du CNRS, et parmi celles-ci 200 EA. Cela a complètement modifié la situation de la recherche dans un grand nombre d’universités et je ne prends pas en compte le montant du preciput (30 m euros sur 50) qui va directement aux établissements pour leur politique de recherche (cela équivaut à doubler le montant de leur BQR). La création de l’ANR a aussi permis la mise à disposition au profit des chercheurs d’une institution nationale du type de celle qui a fait ses preuves aux USA, au RU, en Allemagne ou aux Pays Bas comme en Europe.

3 – Je me suis mal fait comprendre sur la question Thématiques/non thématiques. La part des SHS à l’ANR n’est pas faible par rapport aux autres départements quand il s’agit du programme blanc, puisque les SHS représentent environ 12% du nombre de projets déposés et 10% des montants alloués au titre du blanc et ces rapports sont fixes : si nous recevons 400 dossiers, une centaine seront financés et si nous en recevons 300, ce sera 75. Donc le ’blanc’ et le programme JC sont ’protégés’. La faible part des SHS à l’ANR provient du fait que nous avons relativement peu de thématiques par rapport aux autres (2 à 4 sur une cinquantaine) et chaque fois que nous proposons une thématique, nous recevons en moyenne 70 dossiers supplémentaires. Or, certains dossiers déposés en thématiques ne le seraient jamais dans le blanc tandis que l’inverse n’est pas vrai. C’est pourquoi je disais qu’augmenter le montant du non thématique ne profitera certainement pas aux SHS dans la mesure où dans cette catégorie d’appels d’offres nous ne dépasserons jamais 300 à 320 dossiers déposés chaque année, tandis que chaque fois que nous lançons un Appel d’offre thématique, nous finançons une vingtaine de projets SHS supplémentaires !

4 – Sur les notions de transparence et d’évaluation par les pairs. Je rappelle que l’évaluation par les pairs est le système pratiqué par toutes les agences du monde et par Bruxelles, à l’ERC, dans les ERANET ou encore dans le programme cadre et que personne n’a jamais trouvé à y redire.

J’ajoute – et tous les scientifiques qui ont participé à nos comités d’évaluation peuvent en témoigner – à aucun moment, le département n’intervient pour modifier le choix des évaluateurs ; cette règle a été scrupuleusement respectée. Par ailleurs, je maintiens qu’il y a une parfaite transparence du choix des évaluateurs ; le comité est composé en fonction des compétences scientifiques sur des propositions qui émanent du CNRS, de la DGRI et des universités mais aussi des agences étrangères puisque les comités sont composés pour un tiers d’étrangers.

Chaque année l’ANR fait appel à l’ensemble de la communauté scientifique et ce sont des centaines de chercheurs qui participent aux trois phases de la procédure, programmation, évaluation, suivi des projets. La liste des scientifiques qui interviennent dans les différentes procédures est systématiquement publiée sur le site de l’ANR et chaque porteur de projet connaît la composition du comité qui a évalué son projet. Les critères sur lesquels se fondent le choix des « évaluateurs » (membres de comité, experts) sont connus : la compétence scientifique dans le champ de l’appel à projet et la complémentarité des expertises, afin de garantir la diversité académique. Tout est donc parfaitement clair et tout est vérifiable (toutes les procédures de l’ANR sont contrôlées par une agence indépendante qui veille à leur conformité avec les régles de transparence et de déontologie). J’ajoute que ce qui se pratique à l’ANR est le fait de toutes les agences internationales et que lorsque les pratiques de chacune de ces agences sont confrontées, l’ANR n’a jamais à rougir de la qualité de ses procédures et de la comparaison. Je redis ce que j’avais déclaré : deux conditions doivent être remplies pour que le système préserve la confiance ; la clarté et l’équité dans les procédures de nomination et le turn over des évaluateurs.

5 – La question des post-doc. Sur ce point aussi, mes dires ont été très librement interprétés, mais j’en suis sans doute le principal responsable. L’ANR n’a pas mission de créer des postes de chercheurs permanents ; c’est un fait. On peut en discuter autant que l’on voudra, mais ce type de poste est incompatible avec la notion d’appels à projets. Il faut donc maintenir ailleurs (CNRS et universités) le potentiel de scientifiques permanents. Je n’ai jamais dit que les porteurs de projets étaient responsables de la précarité, mais simplement qu’il fallait éviter d’accentuer la précarité en faisant tourner à l’intérieur des projets financés un trop grand nombre de post-docs. Un post-doc associé étroitement à un projet sur la totalité de sa réalisation trouvera certainement un bénéfice scientifique à la concrétisation de ce projet ; peut-être faudrait-il à ce sujet élaborer une charte.

Le nombre de post-docs engagés dans le programmes ANR est considérable et je me permets de corriger ce que dit l’un des intervenants : les 47 CDD mentionnés représentent les postes ouverts par l’Appel d’offre sur les retours de post docs de l’étranger (il y a eu 8 candidats en SHS cette année) ; mais ce nombre n’a rien à voir avec le chiffre de post-docs recrutés chaque année par l’ANR (1500 en tout, et entre 150 et 200 pour les seules SHS !).

6- La question des réformes à apporter : que le fonctionnement de l’ANR soit perfectible est évident. Nous travaillons, en concert avec les scientifiques et leurs organismes, à diversifier et améliorer nos appels. Le programme « retour des post doc » en témoigne. De même, nous réfléchissons à ouvrir un appel pour les projets individuels de faible montant ou encore à lancer des appels pluriannuels. Mais ces modifications ne pourront résulter que d’un véritable débat apaisé et sincère avec tous les acteurs de la recherche. Je ne veux pas entretenir la polémique sur le rôle de l’ANR, mais je tenais à rectifier certains points. Je ne suis pas sûr que ce soient deux conceptions de la recherche qui s’opposent, mais certainement deux façons de l’organiser et je ne suis pas sûr que la vision des scientifiques de l’ANR soit minoritaire si l’on prend en compte la totalité de la communauté scientifique des SHS (chercheurs et enseignants-chercheurs). Contrairement à ce qui a pu être dit par certains intervenants lors du débat, l’adhésion de la communauté aux pratiques de l’ANR est beaucoup plus large qu’on ne le pense et j’ai pu maintes fois le constater lors des rencontres avec les scientifiques, que ce soit dans les universités parisiennes ou dans les régions. Encore faut-il que tout le monde dispose de l’ensemble des données que le dialogue puisse s’établir et que les positions de chacun soient claires. Les miennes le sont : non, les crédits de l’ANR n’ont pas amputé ceux du CNRS. Oui, il est nécessaire de maintenir une part importante de crédits récurrents. Non, l’ANR n’a pas mission de se substituer au CNRS qui doit avec les universités structurer la recherche. Oui, la nouvelle organisation de la recherche doit reposer sur trois éléments complémentaires qui doivent définir leur champ d’activité (opérateurs, financement et moyen) et travailler ensemble, les Universités, le CNRS et l’ANR.

En tant qu’universitaire, je réfute la qualification de professionnel de l’évaluation et du ’managériat’ et je suis prêt à discuter de mes conditions de nomination,, des « prérogatives » dont je bénéficie, de la nature de mes fonctions, des méthodes et surtout du bilan. Je reste ouvert à tout débat avec la communauté des chercheurs et des enseignants-chercheurs à laquelle nous revendiquons, moi et mes collègues, l’appartenance .

Vous ferez, cher collègue, l’usage qui vous semble approprié de ce texte. Sans doute ai-je été trop long, mais croyez que je demeure, comme mes collègues, ouvert à tout débat et à toute discussion.

Très cordialement

Jean-Michel Roddaz, Responsable Département SHS/ANR


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *