« Quel avenir pour les sciences sociales ? », si vous avez manqué le début…

Le 9 mars dernier, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire « Société en évolution, science sociale en mouvement » organisait une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à l’ensemble des débats, Giovanni Prete en propose ici un compte-rendu appliqué.

Par Giovanni Preste[1]

Dans l’esprit qui l’anime depuis sa création, le RTP a organisé une journée de débats le 9 mars dernier autour de l’avenir des sciences sociales. Alors que d’importantes mobilisations sont en cours, il semblait important de s’interroger sur deux questions centrales : le financement de la recherche en SHS et l’enseignement des SES du lycée au supérieur. Le programme constitué de présentations de travaux de recherche, de témoignages et d’échanges avec la salle, se voulait à la fois ancrée dans l’actualité des réformes et un moment de partage de connaissances capables de mettre en perspective ces réformes et de les aborder de manière plus critique.

Le financement de la recherche en SHS : la contractualisation, au-delà de l’alternative entre contrainte et autonomie



La première partie de la journée, coordonnée par Sophie Pochic (Centre Maurice Halbwachs) et Sandrine Lefranc (ISP-CNRS), était consacrée au thème « Passé et avenir du financement de la recherche en sciences humaines et sociales ». Cette session a été ouverte par Sophie Pochic sur le constat d’une
relative absence d’études disponibles, que ce soit en histoire ou en sociologie des sciences, sur la question des conditions matérielles de travail dans les disciplines SHS. Pourtant, a rappelé la sociologue, le financement sur contrat n’est pas une nouveauté, d’où l’intérêt d’aborder cette question dans une perspective historique, à la fois à travers la présentation de travaux de recherches et à travers également les témoignages d’acteurs situés, engagés dans des recherches contractuelles.

Un premier exposé de Philippe Masson (CESTA, U. Nantes) a permis, à partir d’une recherche en cours sur la genèse du financement par contrat de la sociologie en France, d’interroger la nouveauté de la contractualisation et d’envisager certains de ses effets. Philippe Masson a rappelé que leur développement remonte en France aux années 1950 et surtout aux années 1960. Dès les années 1950, quelques fondations, comme la fondation Ford, et certaines organisations, comme la CECA, ont contribué à des financements contractuels en sciences sociales. A partir de 1963, sous l’impulsion de la DGRST créée en 1958 la contractualisation prend un nouvel essor dans le cadre du 3ème plan. Les financements sont mis en œuvre avec un objectif assez vague, celui d’étudier les moyens d’une croissance économique équilibrée et de «satisfaire les besoins matériels, biologiques et psychologiques des individus. En un mot, il s’agit de réfléchir aux moyens d’humaniser les conflits sociaux. Ce développement, a rappelé P. Masson, ne s’est pas fait sans un positionnement ambivalent des acteurs de la discipline, notamment ceux qui étaient alors proches du Parti Communiste. Ces derniers défendaient un modèle de recherche « autonome », orienté vers la « production intellectuelle ». Mais l’importance des crédits contractuels conjugués aux opportunités empiriques de recherche ont encouragé toute une génération de sociologues à s’engager dans la recherche contractuelle. Les dispositifs mis en place, a souligné P. Masson, ne doivent pas être analysés à partir de la simple opposition « contrainte /autonomie », aujourd’hui très largement mobilisée dans les débats. A cette époque, un modèle original de financement de la recherche se développe. Il est distinct du modèle de recherche soutenu par les fondations américaine d’une part, et de la recherche d’Etat soviétique d’autre part. Le modèle français est orienté par des réseaux hybrides de hauts fonctionnaires et de chercheurs, qui se retrouvent à la fois dans les commissions de financement et dans des clubs de réflexion, comme le Club Jean Moulin.

Les effets de ce modèle n’ont pas été négligeables. Ce modèle a d’abord contribué à instituer la discipline. Des équipes se sont constituées en laboratoires de recherche (cf. trajectoires de Mendras, Crozier etc.) et ont permis à une génération née dans les années 1920 d’acquérir une visibilité et une autonomie par rapport aux « patrons » des années 1950. Deuxièmement, la contractualisation a aussi contribué au découpage de la discipline en spécialités (ex : sociologie du travail, sociologie urbaine). Enfin, le développement des contrats a eu des effets sur les méthodes de travail : il a favorisé le développement d’approches empiriquement riches (quantitatives dans les années 1960, ethnographiques dans les années 1980) et a redéfini de manière plus collective la division du travail d’enquête, mettant notamment le chercheur dans une situation de dépendance par rapport aux fournisseurs de données.


Le témoignage de Christian Topalov (CSU, EHESS) a éclairé sous un autre angle l’histoire de la contractualisation en sciences sociales. C’est en tant que témoin situé, sociologue urbain en lien avec un nombre limité de financeurs, comme la DGRST, le Ministère de l’équipement, le District de la région parisienne, le Plan, la Datar, que Christian Topalov a évoqué la période 1968-1980, caractérisée par un cycle de croissance forte puis de chute brutale des crédits. Pour lui, ce développement peut être lue comme une « histoire de prétendants ». Dans un contexte de chômage faible et de forte volonté étatique de modernisation et de planification (animée, dans le domaine urbain, par les ingénieurs des Ponts), des chercheurs ont répondu aux appels d’offre et ont contribué à constituer un véritable secteur associatif de la recherche, spécialisé par thématique, ou bien ancré dans des territoires et des municipalités. Ce secteur a développé des pôles de recherche à la périphérie des institutions universitaires les plus établies, comme La Sorbonne. Cette période était caractérisé, a souligné Christian Topalov, par une réelle effervescence intellectuelle. Les financements sur contrat, qui favorisaient une logique d’objet plutôt que de discipline se sont développés dans le contexte d’un relatif affranchissement par rapport aux générations précédentes. Ils ont favorisé des rencontres épistémiques nouvelles, à défaut d’être toujours pertinentes (cf développement des travaux en « socio-économie », « anthropologie de l’espace ») ainsi que l’émergence de « continents discursifs » innovants.

Comme P. Masson, C. Topalov a souligné la nécessité de ne pas penser ce moment de liberté intellectuelle au seul prisme de la problématique « autonomie/contrainte ». Il a rappelé que le développement de la recherche sur contrat s’est fait parallèlement au développement de relations de clientèles avec des gestionnaires de la recherche, qui représentaient les organismes financeurs et donnaient accès à des « niches » de financement. C’est avec ces financeurs qu’il fallait définir et construire l’utilité des recherches engagées en se référant plus largement à la « demande sociale ». Christian Topalov a aussi rappelé que ce modèle d’organisation de la recherche fonctionnait grâce à l’existence d’une large populations de chercheurs « hors-statuts », qui devaient courir de contrat en contrat pour garantir la continuité de leur activité professionnelle. Précaires, travaillant dans des conditions parfois à la limite de la légalité, ces chercheurs ont réussi à se mobiliser au milieu des années 1970 pour se faire intégrer dans les organismes de recherche, sous des conditions restrictives (5 ans d’activité justifiée notamment). Rappelant qu’aujourd’hui, quelques 7000 personnes sont d’ores et déjà employées de manière contractuelle par l’ANR, C. Topalov leur a souhaité de réussir eux aussi à mener un mouvement de mobilisation. Il a souligné que le succès du mouvement des hors-statuts est à mettre en relation avec l’existence de « bases morphologiques », constituées par un tissu d’organisations associatives structurées, capables de recevoir des appuis extérieurs (SNCS) et de profiter des opportunités politiques (élection de Giscard), ou, comme l’a rappelé Janine Pierret (CERMES, CNRS), de s’intégrer dans un mouvement plus large de mobilisation sur les conditions de travail (PTT).


Plusieurs interventions dans la salle ont tenté d’articuler ces présentations historiques aux évolutions actuelles du financement de la recherche :

J. Pierret, insistant sur la diversité des bailleurs de fonds des années 1960/1970 et mentionnant en exemple les ATP créés par le CNRS en 1971, s’est interrogée sur les effets de la création de l’ANR sur la diversité des modalités de la contractualisation. Madeleine Akrich (CSI-ENSMP), reprenant l’idée développée par P. Masson et C. Topalov d’une imbrication entre hauts fonctionnaires et chercheurs dans la définition des thématiques de recherche s’est demandée si, dans le cadre de l’ANR, les chercheurs n’avaient pas un poids plus important dans le financement qu’au cours des périodes précédentes.

Deux autres exposés ont, au cours de cette matinée, abordé la problématique de la contractualisation dans une perspective plus contemporaine :

Le témoignage de Julien Demade (LAMOP-CNRS) a donné à entendre « le point de vue d’un précaire d’aujourd’hui » sur le financement par contrat. Il a rendu compte d’une expérience de post-doctorat en Histoire au Royaume-Uni, un pays qui a connu depuis plusieurs années de profondes réformes dans le secteur de la recherche, notamment avec la mise en place du Research Assessment Exercice (RAE). Le jeune historien a tiré un bilan négatif de cette expérience. Il a rappelé qu’il existait trois types de post-doc outre-manche :

-une « voie royale » : les contrats post-doctoraux financés en interne par les universités, qui ont pour but de permettre au jeune chercheur, souvent candidat local, d’écrire les publications qui lui donneront accès à la titularisation

-une « voie de garage » : des contrats financés par les grandes agences publiques pour financer des travaux d’exécution intellectuelle sur des sujets précis et qui financent des chercheurs qui vont de contrats en contrats ;

-une « troisième voie », qu’il a expérimentée : des contrats financés par des fondations prestigieuses qui concernent surtout des chercheurs étrangers (allemands, italiens)  en attente de titularisation dans leur pays d’origine.

Il a ensuite souligné plusieurs traits négatifs de ce troisième modèle. Premièrement, attribués par des Comités scientifiques pluridisciplinaires restreints, ces contrats abondent souvent des projets consensuels mais aux objets de recherche flous, peu pertinents, voire incompréhensibles. Deuxièmement ces contrats n’encouragent pas le développement des recherches dans une temporalité adéquate aux objets mais a pour effet de favoriser le turn-over des chercheurs. Dans le système d’évaluation britannique, ce qui importe aux départements de recherche en recrutant sur contrats, c’est avant tout de « recruter des bibliographies » qui leur permettront d’être bien classés et d’obtenir à terme des financements plus importants. Un département a intérêt à maximiser voir le nombre des post-docs et de leurs publications. J. Demade a finalement estimé que ces contrats, en raison de leur précarité, obligeaient les chercheurs à consacrer une grande partie de leur temps à l’exercice d’une veille scientifique afin d’assurer leur employabilité future, au dépend du travail de recherche proprement dit.


L’exposé de Fabienne Pavis (CSE, U. Nantes) a permis d’interroger la question du rapport aux contrats en opérant un double décalage, en partant d’une discipline distincte et du point de vue de chercheurs titulaires. Elle a présenté les premiers éléments d’une enquête auprès des spécialistes en sciences de gestion, une discipline qui revendique un double ancrage dans l’action et dans la production de savoirs. Fabienne Pavis a commencé par rappeler les caractéristiques générales de ce champ académique, à la fois puissant (1500 universitaires), très hiérarchisé dans ses espaces de production (avec distinction établissements universitaires et consulaires) et en concurrence avec d’autres producteurs de savoirs (praticiens, consultants). L’objet de son étude est de comprendre comment les acteurs de ce domaine appréhendent l’articulation entre connaissance académique et connaissance d’action, et d’examiner la contradiction qu’il pourrait y avoir entre une orientation vers le « marché » et une orientation vers la « science ». Pour cela, elle a analysé l’activité d’une dizaine de chercheurs titulaires, à partir d’une grille inspirée du travail de Terry Shinn distinguant les conditions de production des savoirs, les modalités de la transaction marchande et les modes de circulation des savoirs.

Sur le premier point, F. Pavis a souligné que la sélection des actes de recherche était structurée par l’existence de normes quant aux outils de gestion pertinents, par des mécanismes d’appariement entre universités et institutions de recherche et par l’existence de marges d’autonomies pour les chercheurs. Elle a aussi souligné que la fixation de l’agenda de recherche s’inscrivait dans la construction professionnelle d’une activité individuelle, où il s’agit à la fois d’être « méritant », d’articuler son activité avec les autres professionnels du champ (les consultants) et de trouver un équilibre entre son rôle pédagogique et son rôle de fournisseurs d’études pour les partenaires privés.

Sur le deuxième point, F. Pavis a montré comment la polysémie des termes utilisés en gestion dans le cours des activités professionnelle pouvait permettre le passage entre la « science » et le « marché », en rendant possible la traduction de toute connaissance intellectuelle en connaissance opérationnelle. Cette traduction est un élément central de la valeur de l’activité revendiquée par les chercheurs en gestion, pour qui toute bonne recherche doit avoir des débouchés professionnels. Elle a souligné la légitimité, dans ce champ, de l’échange monétaire autour des connaissances, dans des cadres contractuels non standardisés mais qui sont pensés comme plus légitimes s’ils sont perçus comme assurant un lien avec les activités de recherche et d’enseignement et non comme uniquement orientés vers une fin lucrative. Sur le troisième point, enfin, F. Pavis a souligné que l’articulation des pôles « science » et « marché » se donnait à voir dans la composition des comités de lecture des revues professionnelles et universitaires du domaine, souvent hétérogènes. Elle a proposé de distinguer deux profils de mise en cohérence de ces pôles : d’un coté des chercheurs qui lient formation (rapport de stages), prestation de service (études pour entreprise) et production de connaissances (articles, rapports), et les considèrent comme les éléments d’un tout cohérent ; de l’autre côté des chercheurs qui pensent comme distincts les différents circuits de diffusion des connaissances, pour lesquels les activités de conseil et d’enseignement constituent des phases de recueil d’un matériel « neutre » utilisé, de manière relativement peu réflexive, dans la production académique.

Au final, la comparaison des différents exposés a permis de mettre en évidence la diversité des réalités que recouvrait le terme de contractualisation. Les échanges avec la salle ont aussi mis l’accent sur cette diversité. C. Topalov a rappelé que la contractualisation des années 1960/70 s’accompagnait d’un mouvement d’expansion de l’université et du CNRS, qui servaient de point de référence dans la construction des carrières et des activités de recherche. M. Akrich et O. Borraz (CSO-CNRS) ont souligné que l’exposé de J. Demade montrait l’importance de penser ensemble les dispositifs de contractualisation et les modalités d’évaluation de la recherche auxquelles ils sont rattachés, et qui restent – jusqu’à présent – différents en France et au Royaume-Uni. Rebondissant sur l’exposé de P. Masson, D. Benamouzig s’est interrogé, sur le type de questions scientifiques que la contractualisation marginalisait et s’est questionné sur le rôle, ou sur l’absence de rôle des sociétés savantes concernées dans les processus décrits.

En forme de conclusion de cette première partie de journée, S. Pochic est revenue sur les propositions des Etats-Généraux de la recherche qui avaient, en 2004, produits un scénario alternatif à la réforme en cours. Ce scénario alternatif n’impliquait pas un refus des principes du financement par contrat et d’un guichet de financement centralisé pour éviter l’émiettement, mais les conditionnaient à un certain nombre de conditions : premièrement, que la majorité des programmes financés par contrats soient des programmes blancs, ce qui a été obtenu au prix d’une importante mobilisation ; deuxièmement, et afin d’éviter qu’elle se substitue aux crédits des organisations (laboratoires, universités), que la création d’une ANR soit accompagnée d’une augmentation des crédits récurrents sur une base quadriennale et dans les limites de ratio de l’ordre de 70% de crédits récurrents pour 30% de crédits sur appel d’offre. Or, a souligné S. Pochic, c’est l’inverse qui s’est produit, le « guichet unique » qu’aurait pu représenter l’ANR se transformant en « agence unique » qui concentre les budgets. Troisièmement, les Etats généraux de la recherche avaient demandé que l’ANR soit orientée majoritairement par la communauté scientifique, et notamment par un Haut Conseil de la Science composé de chercheurs et de représentants de la société civile. Celui-ci n’a jamais été créé. Enfin, les Etats généraux avaient demandé des garanties pour que la « machine à financer des projets » ne devienne pas une « machine à précarité », c’est à dire que sa création s’accompagne de plans pluriannuels de création d’emploi (de chercheurs mais aussi de IATOS). Aujourd’hui, a rappelé S. Pochic, le bilan est négatif. Elle a toutefois souligné que des données, notamment statistiques, manquaient pour faire un véritable bilan. Elle a indiqué que S. Lefranc avait commencé à faire un tableau des éléments d’information qui devraient être recueillis collectivement pour faire ce bilan et a proposé que ce tableau soit mis en ligne sur Agora [NDLR : ce qui devrait donc être le cas prochainement].

L’enseignement des SES : du lycée à l’enseignement supérieur, menaces sur un espace de formation à la citoyenneté

L’après midi, intitulée « Quelles menaces sur l’enseignement de la sociologie et des sciences sociales ? » était coordonnée par Pierre François (CSO-CNRS) et Pierre Mercklé. Ceux-ci, prolongeant un texte de Stéphane Beaud et al.1, ont voulu donner aux interventions une tonalité résolument ancrée dans l’actualité, en partant de l’hypothèse de « menace de mort » sur les sciences sociales pensées comme espace d’ « enseignement critique à la citoyenneté ». Il s’agissait d’interroger les différents facteurs contribuant à fragiliser cet enseignement, à mettre en tension son rapport à la critique et à l’expertise et, ce faisant, son avenir et ses finalités.


Christian Beaudelot (CMH, ENS Ulm) a posé un cadre général à la réflexion en proposant un exposé engagé dans lequel il a souligné plusieurs menaces, qui risquent selon lui de transformer le métier de chercheur en sciences sociales en profondeur. Cet exposé partait d’un constat fort : alors que pendant le 19
ème et le 20ème siècle, les sciences sociales s’étaient développées dans le cadre d’une relation étroite avec l’Etat, cette alliance est aujourd’hui remise en cause. Pendant cette période industrielle, la petite bourgeoisie d’Etat a été le milieu de recrutement, de socialisation et d’activité des sciences sociales. Bénéficiant d’une sécurité de l’emploi, adhérant aux valeurs de la raison, de la science et de l’objectivité, les chercheurs ont occupé une place privilégiée pour observer le monde social, en lien avec un Etat garantissant leur organisation, leur emploi et leur reproduction. Aujourd’hui, ce lien étroit est remis en cause et cela pose la question, selon C. Baudelot, de son autonomie pour pouvoir observer les transformations à l’œuvre. D’autres menaces pèsent, selon lui, sur les sciences sociales. Concernant la circulation de leurs produits, C. Baudelot s’est inquiété de ce que le livre, modèle principal de diffusion des savoirs, soit aujourd’hui en crise et soit concurrencé par des nouveaux modes de diffusion organisés en niches (internet). Par ailleurs, il s’est inquiété de la multiplication des « ennemis des sciences sociales » qui, à l’instar des entreprises de sondages et d’études, occupent l’espace de production de discours sur la société en bénéficiant de moyens importants. Enfin, il s’est alarmé du fait que la médiatisation des travaux des sciences sociales était très souvent soumise à l’impératif de devoir « produire des solutions », au détriment d’une posture qui consisterait à donner une présentation du monde social pour informer le débat politique et citoyen.

Le sociologue a néanmoins insisté sur certains éléments permettant d’espérer des évolutions positives. Il a souligné l’abondance des données existantes, qui « feraient rêver tous les sociologues du passé » et constituent des aides précieuses pour produire des analyses informées, ainsi que l’excellence de la qualité des formations en sciences sociales actuelles. En formes de conclusion à son intervention, il a espéré que « l’évolution, les transformations de la société » imposeront des formes d’analyses nouvelles.

L’intervention de Sylvia Faure (GRS, Lyon-2) a offert une vision désenchantée des évolutions du système d’enseignement universitaire de sociologie, dont la qualité a été soulignée par C. Baudelot. A partir de son expérience dans une « université de masse » (Lyon 2), elle a brossé un tableau assez négatif des changements liés à la mise en place de la réforme LMD. Au niveau des publics, cette réforme a conduit à mettre en concurrence la sociologie avec d’autres disciplines et a entraîné une homogénéisation des publics jusqu’en L3, avec un recrutement d’élèves majoritairement issus des filières ES et se destinant à la fonction publique. En Master 1, a–t-elle noté, le public étudiant change, ce qui entraîne une difficulté pédagogique : il faut reprendre les fondamentaux de la discipline. Au niveau de l’enseignement, elle a souligné qu’à Lyon 2, les enseignants avaient jusqu’à présent défendu le principe d’introduire dès la première année un enseignement par la recherche. Ce principe, très apprécié des étudiants, est fragilisé par une demande de professionnalisation provenant à la fois des étudiants, qui sont inquiets pour leurs débouchés et qui constatent l’impasse des carrières de recherche, et de l’institution universitaire, qui pousse à la diminution des enseignements disciplinaires. S. Faure a souligné la situation ambivalente dans laquelle cette demande mettait les enseignants sociologues. Convaincus de la nécessité de résister au modèle de l’université comme lieu de production de « petits entrepreneurs », ils maintiennent un ancrage disciplinaire fort. En même temps, inquiets des parcours de leurs étudiants, ils réfléchissent aux modalités de leurs suivis, de leur accompagnement. Au final, elle a dressé un portrait qualifié d’un peu « sombre » qui ne vient pourtant pas ébranler une conviction –réaffirmée dans le mouvement de mobilisation – que l’enseignement universitaire ne doit pas être orienté par des finalités utilitaristes et se transformer en « agence de l’Anpe ».


Plusieurs interventions dans la salle ont permis de revenir sur cette opposition entre enseignement à visée disciplinaire et enseignement à visée professionnelle. Frédérique Leblanc, enseignante en filière professionnelle, a insisté sur l’obsolescence rapide des savoirs professionnels et sur la possibilité d’expliquer aux étudiants en demande de savoirs professionnels qu’il est essentiel qu’on leur donne des savoirs durables, bases de capacités d’analyse. P. Mercklé a insisté sur le fait qu’il fallait peut-être revoir notre manière de voir les premiers cycles universitaires : plutôt que d’être considérés comme une première étape vers la professionnalisation, ils peuvent être interprétés comme un sas avant le passage des concours et le « rappel à l’ordre du réalisme professionnel ». Au cours de cette période d’enseignement, dans ce sas, la question de l’utilité des enseignements est peut être moins prioritaire que leur capacité à s’ouvrir à des modes de pensée critique et à une certaine réflexivité. Une enseignante monitrice à Paris VII a quant à elle critiqué l’opposition entre enseignement à visée disciplinaire et à visée professionnelle. Elle s’est interrogée sur l’irresponsabilité éventuelle d’une discipline qui agirait comme si la recherche pouvait constituer un débouché réaliste et accessible à une majorité de ses étudiants. Plus largement, un intervenant s’est inquiété de l’orientation corporatiste que pouvait prendre une réflexion sur les débouchés professionnels qui ne s’intégrerait pas dans une réflexion plus globale sur le fonctionnement de la société (accès aux logements, accès aux besoins de base) et sur le combat politique à mener pour le changer. Par rapport à la question de l’enseignement supérieur, P. Mercklé s’est interrogé sur les effets de la Masterisation des concours de l’éducation nationale. S. Faure a insisté sur l’hétérogénéité des réponses locales à cette réforme et de ses effets sur les enseignements. Rémi Jeannin (professeur de SES, APSES) a souligné que cette réforme prenait place dans un contexte de réduction des places aux concours, qu’elle avait pour conséquence la suppression de l’année de stage, essentielle pour la formation des enseignants et que, structurellement, elle aurait pour conséquence la création d’un volet de main-d’œuvre précaire, constitué de diplômés en master non titulaires.

Si l’enseignement des sciences sociales est fragilisé à l’université, il l’est aussi au lycée, où la filière SES est l’objet, depuis un an et demi, d’une remise en cause. Représentant l’Association des Professeurs de SES (APSES) Rémi Jeannin est revenu dans son intervention sur les éléments de la polémique orchestrée par des personnes proches du monde de l’entreprise, qui reprochent aux SES son « biais pessimiste sur l’entreprise et le marché », son impureté épistémologique et son orientation thématique (les grandes questions contemporaines) plutôt que disciplinaire et méthodologique. Il a souligné que ces reproches, largement diffusés dans les médias et repris dans plusieurs rapports, sont très largement remis en cause par le seul rapport sérieux qui a fait l’état des lieux de l’enseignement des SES. Cette filière a, depuis sa création en 1967, deux objectifs. D’une part un objectif de formation générale : « conduire à l’intelligence et la connaissance des économies et des sociétés d’aujourd’hui » et ainsi contribuer à la promotion d’une troisième culture entre la culture scientifique et la culture littéraire. D’autre part un objectif de formation scientifique : développer un esprit scientifique en sciences sociales, c’est à dire en économie et en sociologie. Cette double finalité est, selon R. Jeannin, ce qui permet de qualifier les SES de disciplines « critiques » dans le sens kantien du mot, aidant à « s’emparer des questions du monde contemporain ». Elles sont cependant remises en cause alors même que, selon le rapport Guesnerie elles n’ont cessé d’accroître leur attractivité auprès des étudiants depuis 1967, selon des modalités socialement plus égalitaires que dans la filière S et avec de bonnes perspectives de réussite dans l’enseignement supérieur (45% des étudiants en ESC viennent de la filière ES). R. Jeannin est revenu sur deux autres critiques adressées aux SES, à savoir leur pessimisme et leur rigueur. Derrière l’accusation de pessimisme, ce sont en fait les parties sociologiques des programmes d’enseignement qui sont visées. R. Jeannin a souligné, s’appuyant sur l’exemple du traitement de la mobilité sociale, qu’en fait la sociologie permettait d’introduire de la distance par rapport aux discours du sens commun -ici sur « l’ascenseur social » – et de montrer dans sa complexité une réalité qui n’est « ni un enfer, ni un paradis ». Comment d’ailleurs, s’est-il interrogé, prendre en compte la critique adressée par exemple par l’Académie des sciences morales et politiques selon laquelle les « limites du marché » seraient trop et trop mal traitées dans les programmes dans le contexte actuel de crise financière ?

Selon les opposants aux SES, l’absence de rigueur serait liée au fait que les programmes sont organisés autour de questions de société, et non autour des concepts et des méthodes, d’une part, et qu’ils se rapportent d’autre part à double ancrage en sociologie et en économie. R. Jeannin a insisté sur la pertinence épistémologique et pédagogique d’organiser les enseignements autour de thématiques (ex : la mondialisation). Cela permet selon lui de donner un sens aux savoirs délivrés à des étudiants qui n’ont pas nécessairement vocation à devenir des spécialistes des disciplines. Il a aussi souligné le caractère heuristique d’une approche pluridisciplinaire sur de mêmes objets, soulignant que cela favorisait une orientation plus raisonnée des étudiants après le bac.


Au-delà des critiques, une réforme a été annoncée puis suspendue par le gouvernement concernant les SES. R. Jeannin a rappelé que dans ce contexte, l’APSES a lancé une enquête auprès des enseignants sur leurs pratiques afin de préparer des assises des SES (9 mai 2009) au cours desquelles seront discutées des recommandations alternatives de réforme, notamment autour de la question de l’allégement nécessaire des programmes et de l’évolution des modalités d’évaluation des enseignements (par exemple, l’introduction d’une évaluation pratique)
.


L’exposé de Stéphane Beaud (CMH, ENS Ulm), qui s’est présenté comme témoin situé passé par l’enseignement dans le secondaire, l’ENS, l’Université de masse et la CNU, a permis d’interroger le lien entre l’enseignement supérieur et l’enseignement secondaire, au cœur des exposés précédents.

Il a souligné le caractère lâche du lien entre l’enseignement en lycée et dans les établissements du supérieur : la plupart des enseignants de SES sont des économistes, les sociologues ayant tendance à ignorer voire à être hostile à cette filière. Pourtant, a-t-il souligné, défendre la sociologie au lycée est important car elle propose un autre regard sur le monde, notamment aux élèves issus des milieux populaires. Elle leur ouvre un espace potentiel de critique. Ce lien entre supérieur et secondaire est également interrogeable au prisme du « repli disciplinaire » observé par S. Beaud. Celui-ci s’est en effet inquiété de la « disciplinarisation de la sociologie », qui a eu pour effet de créer des postes d’enseignement, mais qui a également coupé nombre d’étudiants de disciplines comme l’histoire sociale ou la démographie, qui sont à la source de la sociologie. Il a plaidé pour le développement d’enseignements pluridisciplinaires en premier et en second cycle. Il a aussi regretté que la disciplinarisation s’opère dans un contexte d’écart croissant entre les parcours universitaires, opposant des élèves passés par les classes préparatoires, les grandes écoles et les IEP, et qui prennent des risques sur les objets de recherche, et des élèves passés uniquement par les universités qui, confrontés de manière plus frontale à la domination sociale, ont un rapport plus retenu à la discipline. Au-delà des enseignements, il a insisté sur les dangers qui entourent les réformes des modes de recrutement (pouvoir accru des directeurs de laboratoires dans les comités de sélection) et de financement de la recherche en sciences sociales (ANR), qui peuvent avoir des effets à la fois de marginalisation des personnes qui ne sont pas inscrites dans le réseau des universités, mais également de formatisation des modes d’organisation des collectifs de recherche. A ce propos, c’est sous une question en forme d’interpellation que S. Beaud a conclu son intervention : pourrait-on recruter aujourd’hui un sociologue comme Abdelmalek Sayad, qui a, de manière assez individuelle et indépendante, fait une « vraie percée scientifique » ? Manière de souligner le caractère engagé de son propos et d’afficher sa préoccupation de voir depuis deux ans beaucoup de ses collègues sociologues participer aux commissions mises en place par les réformes et accompagner – non sans conséquences – la « politique régressive » du gouvernement.


La discussion a été l’occasion de revenir sur la question de la formation des professeurs de SES, au cœur de l’articulation entre enseignement supérieur et enseignement secondaire. R. Jeannin a mis en avant la contradiction entre un enseignement supérieur disciplinarisé et un recrutement sur concours pluridisciplinaire, contradiction qui est aujourd’hui intégrée dans la réflexion autour des maquettes des nouveaux masters. Le traitement de cette contradiction, a rappelé P. Mercklé, exigerait que l’on s’interroge la pertinence du maintien d’une double voie d’accès à l’enseignement secondaire (Capes et agrégation) et que l’on s’interroge sur la place, dans ce système, des grandes écoles (ENS) et des IUFM. Une intervention est revenue sur la question du recrutement des enseignants, soulignant la nécessité de suivre la réécriture du décret sur la CNU et, en collaboration avec d’autres disciplines, d’imaginer d’autres fonctionnements de la commission (par exemple : tirage au sort des membres, affichage des candidatures à qualification, interdiction de rapporter sur des thèses dirigées).

En fin de compte, la journée a donné l’occasion à de nombreuses discussions qui demanderaient à être poursuivies dans d’autres espaces. Philippe Cibois (Printemps, UVSQ) a indiqué que le prochain congrès de l’AFS pourrait être un lieu de poursuite des débats. Pierre Mercklé a enfin invité les participants à s’approprier le site Agora, nouvellement créé, qui a vocation à alimenter le débat et à contribuer à la visibilité des sciences sociales.

[1] Doctorant au Centre de Sociologie des Organisations (Sciences-po Paris)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *