Une charte déontologique est-elle souhaitable ?

Le sujet a déjà été abordé dans un précédent billet : lors du prochain Congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS) qui se tiendra du 14 au 17 avril prochains, ses membres devront notamment se prononcer sur l’adoption d’une charte déontologique, dont une version provisoire peut d’ores et déjà être consultée. La proposition n’est cependant pas sans susciter un certain débat : dans l’introduction d’un ouvrage collectif à paraître, reproduite sur La Vie des Idées, Daniel Cefaï propose quelques réflexions sur la dimension normative de l’engagement ethnographique, accompagnées d’une traduction du Code éthique de l’American Association of Sociology par Paul Costey. Affirmant que « la politique de l’autruche ne sert plus à rien », il souligne que de telles codifications ont le mérite de stimuler la réflexion déontologique, « quasi-absente en France ». Ce à quoi, dans un article également publié par La Vie des Idées trois semaines plus tard, Mustapha El Miri et Philippe Masson lui répondent qu’une telle codification risquerait surtout, dans le contexte français, d’intensifier les contraintes déjà non négligeables qui s’exercent sur l’activité des chercheurs. Quels seraient effectivement les apports d’une telle charte par rapport à la législation ? Une chose est sûre, le débat est lancé, et mériterait indéniablement d’être prolongé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *