La sociologie dans l’université de masse

Par Sylvia Faure[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP « Société en évolution, science sociale en mouvement » a organisé une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Avec l’aimable autorisation de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Cette intervention décrit un contexte pédagogique dans le département de sociologie d’une université de masse (Lyon2), mais n’est pas le produit d’une recherche sur l’enseignement de la sociologie à l’université. Il s’agit donc de discuter ensemble d’expériences professionnelles et, ce faisant, de mettre en évidence des injonctions fortes qui s’adressent aux enseignants de sociologie depuis la mise en place de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) : professionnaliser et rendre « utiles » les études de sociologie. Ne sommes-nous pas en présence d’un schème de pensée à mettre à distance ?

Constats

Depuis la mise en place du LMD – normalisation européenne des cursus universitaires suivant trois étapes diplomantes : Licence (3 années), Master (2 ans) et Doctorat (3 ans) -, nos effectifs ont baissé du fait de la baisse démographique du public lycéen (cependant, pour les mêmes motifs, les effectifs vont remonter d’ici 3-4 ans) mais aussi de ce qu’a permis le LMD : l’ouverture de formations, la mise en concurrence dans l’université et entre les formations universitaires et les écoles privées, qui offrent maintenant des diplômes niveau Licence et master. Cette baisse semble avoir toutefois quelque peu homogénéisé les publics en sociologie, du moins après le deuxième semestre ; nous avons surtout des étudiants détenteurs d’un Baccalauréat ES (Economique et Social), mais aussi de quelques autres Baccalauréats généraux, technologiques. La plupart de ces étudiants ont entamé un cursus en sociologie en vue d’attendre une réorientation ou de passer un concours : celui d’une école d’éducateurs spécialisés, d’un IUFM ou encore un autre concours administratif, mais également d’entamer un Master professionnel dans une autre université, voire d’entrer directement sur le marché du travail.

De fait, après le L3 (3ème année de licence), les étudiants inscrits en Master de sociologie proviennent largement d’autres horizons : d’autres universités et de l’étranger. Sur le plan de l’enseignement, les collègues enseignant en M1 (1ère année de Master) ont dès lors à faire face à cette difficulté de devoir « re-former » des étudiants, tandis que beaucoup de ceux qui ont été suivis durant trois années sont partis. La spécificité pédagogique de notre filière est cependant d’approcher la sociologie d’abord par la recherche, et ceci dès la première année. Il y a évidemment des cours théoriques, académiques, mais je dirais que le socle de la formation reste l’enseignement à et par la recherche : faire des enquêtes, problématiser, rompre avec les idées reçues, faire des hypothèses, établir des actes de recherche, conduire des entretiens (et les retranscrire), mettre au point des questionnaires, savoir noter des observations, analyser ces matériaux en vue notamment de produire un rapport ou un mémoire de recherche. Cette formation apporte ainsi de nombreux savoirs et savoir-faire aux étudiants qu’ils « convertissent » ensuite dans leur réorientation après le L3.

Ce type d’enseignement requiert beaucoup d’investissements personnels de la part des étudiants : travailler « seul », « pour soi », mener une recherche tout en « bachotant » pour valider les cours plus académiques. Ces enseignements impliquent donc des manières de travailler hétérogènes, des dispositions différentes : scolaires d’une part, plus proches de l’apprentissage de l’autre d’autre part : apprentissage à faire de la recherche, monter un projet, le réaliser, le mettre en valeur (écrire, communiquer oralement…), engageant un travail d’étayage avec les autres (entraide entre collègues étudiants, rendez-vous personnels avec les enseignants).

Autrement dit, même s’il est toujours nécessaire de remettre en question l’enseignement, et surtout les habitudes et la routine pédagogique, les retours que nous recueillont d’anciens étudiants vont dans le sens d’une formation assez complète, formant à des modes de raisonnement spécifiques, permettant à beaucoup de s’objectiver aussi en tant qu’individu, de mieux acquérir des savoirs scolaires (écrire, parler oralement, rendre des rapports clairs, etc.), et des savoir-faire plus « pratiques » (connaissances en statistiques, usage de logiciels de traitement de données, savoir faire et passer un questionnaire, analyser…).

A quoi sert la sociologie : faut-il entrer dans le jeu de ce questionnement ?

Avec la mise en place du LMD en 2003 dans le contexte politique de l’époque et d’aujourd’hui (liquidation des métiers de la fonction publique), et les réformes qui étaient clairement annoncées et que nous affrontons actuellement (Loi sur la Réforme de l’Université, statut des Enseignants-Chercheurs…)[2] – une idée forte s’est aussi imposée  : il faut « professionnaliser » les étudiants, les orienter, les mettre face au principe de «réalité » qui est qu’il ne sert à rien de poursuivre des études générales en sciences sociales et humaines car ils ne pourront pas devenir enseignants chercheurs. Il semble que dans de nombreux départements de sociologie à l’université les collègues ont incorporé la croyance que la sociologie ne sert à rien, ne forme pas, qu’il faut trouver des débouchés aux étudiants autres que dans les domaines auxquels ils se destinent : formation, enseignement, éducation, culture, principalement dans les fonctions publiques et territoriales. Est-ce que l’on trouve anormal que la plupart des étudiants en médecine s’arrête la première année (voire maintenant dès la fin du premier semestre) ? Que les étudiants des « sciences dures » ne deviennent pas tous – loin s’en faut – professeurs en collège et lycée ou chercheurs ? Que les étudiants en psychologie (malgré les multiples formations inventées dans les composantes) ne feront pas de psychologie à la fin de leurs études. A contrario, la sociologie est particulièrement soumise à ces questions (en Licence et en Master, puis en doctorat), du fait que c’est une discipline largement méconnue (que fait le sociologue ?) et,me semble-t-il, qu’un important a priori s’exprime sur les capacités scolaires des étudiants : pas besoin d’être « bons » pour faire de la sociologie, pas de niveau scolaire exceptionnel pour y entrer et réussir ses examens ? Le sens commun ignorant ce en quoi consiste le fait de faire de la sociologie vient finalement en renfort de la destruction (par l’Etat et les responsables politiques) de cette petite bourgeoisie d’Etat dont parlait Christian Baudelot, composée largement de fonctionnaires de l’éducation, de la formation, de la santé, de la culture ou de la recherche, et des métiers associés auxquels se destinent largement les étudiants venant en sciences sociales et humaines.

D’une sociologie à une autre

Alors que la sociologie à et par la recherche est professionnalisante (mise en exergue de différents savoir-faire déjà discutés), les enseignants chercheurs qui œuvrent dans cette discipline sont soumis à une injonction paradoxale : ne plus professionnaliser comme ils le faisaient jusqu’alors, mais réorienter la sociologie en fonction des besoins des entreprises locales, vers des bassins d’emplois immédiatement repérables (mais pouvant totalement se modifier à court ou moyen termes). Et pour ce faire, ils sont incités à inventer de nouvelles recettes : gestion, communication… Tout étudiant devrait apprendre à « gérer » son projet professionnel personnalisé, savoir se vendre, ou se créer son propre emploi, faire de l’expertise en répondant à la demande des commanditaires (mettre quand mettre un soupçon critique dans l’introduction pour faire « scientifique » sinon ça ne prend pas) , ou bien accepter après un Master ou un doctorat de se reconvertir totalement. Mais a-t-on besoin de dizaines de bureaux d’étude et d’experts sachant que leurs financements émanent essentiellement de financements publics ou semi-publics (appels d’offre locaux, régionaux…), pour quelles carrière ? Quelle rémunération ? Quelle progression professionnelle ?

Et surtout, d’où nous vient, en tant qu’enseignants-chercheurs travaillant à l’université, cette acceptation d’un « ordre des choses » qui construit la précarité future des étudiants que nous suivons aujourd’hui ? Les collègues travaillant dans les « grandes écoles » sont-ils soumis de la même façon à ces injonctions ?

Bien sûr, nous sommes localement dans l’ambivalence : critiquant « cet ordre des choses » et acceptant la mise en place de moyens pour aider les étudiants à aller vers cet inconnu professionnel (en « communiquant » avec des professionnels, en recherchant des témoignages d’anciens étudiants, en faisant des pages web sur les métiers possibles, sur comment se professionnaliser, etc.)… Mais toute cette « énergie » que l’on ne passe pas à enseigner la sociologie et à faire notre métier de chercheur rencontre « le vide », surtout durant ce mouvement social qui lutte notamment contre la fin des concours de l’enseignement. N’est-il pas grand temps de résister et ne plus accepter l’ordre des choses.


[1] Maître de conférences et directrice du département de sociologie de la Faculté d’Anthropologie et de Sociologie de l’Université de Lyon 2

[2] Il suffit d’aller relire les textes fondateurs du LMD, les rapports des « experts », ainsi que les manifestes/motions signés en 2003 pour résister à ce qui s’imposait déjà aux universitaires

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *