Le développement de la sociologie française contemporaine : les contrats au service de la recherche académique dans les années 1960

Par Philippe Masson[1]

Le lundi 9 mars 2009, le RTP « Société en évolution, science sociale en mouvement » a organisé une journée de débats intitulée : « Quel avenir pour les sciences sociales ? ». Avec l’aimable permission de leurs auteurs, AGORA publie les textes des interventions de cette journée.

Je voudrais remercier d’abord les membres du bureau du RTP Société en évolution, science sociale en mouvement pour leur invitation, et plus particulièrement, Sandrine Lefranc et Sophie Pochic, chargées de l’organisation de la matinée.

Laissez-moi, pour commencer, vous raconter une brève anecdote qui situera bien, je crois, mon propos et, plus largement, le thème de cette matinée. Il y a une quinzaine de jours, je siégeais au Conseil scientifique de l’UFR de sociologie de l’Université de Nantes dont l’ordre du jour portait uniquement sur l’examen des demandes de promotion des enseignants-chercheurs du département. Pendant l’examen des candidatures des maîtres de conférences à la hors-classe, la directrice du laboratoire de sociologie souligna comme élément positif du dossier d’un collègue qu’il avait réalisé plusieurs rapports de recherche. Plusieurs des personnes présentes approuvèrent. Je demandai alors de manière faussement naïve pour quelles raisons ce genre d’activités pouvait être un critère.

Deux arguments furent avancés : l’obtention de contrats de recherche permettait d’abonder le budget du laboratoire et l’on sait combien les dotations ministérielles peuvent être notoirement insuffisantes ; elle permettait aussi de faire travailler (et vivre) des doctorants dont certains n’avaient pas obtenu de bourses ou d’allocation. Il s’agissait d’un élément important de la vie d’un laboratoire. Tout était finalement résumé là : les contrats de recherche comme complément de budget, comme critère d’évaluation des activités des enseignants-chercheurs, comme élément de gestion d’une main-d’œuvre de recherche au service de ces derniers, comme revenu possible pour des étudiants avancés. Ceci est connu. Mais ce qui est encore plus frappant, c’est que la pratique des contrats de recherche soit pensée, par des chercheurs d’horizons politiques très différents, comme allant de soi pour faire de la sociologie, comme un critère possible d’évaluation de nos activités, une norme de la profession. Non pas que nous n’ayons pas collectivement conscience des problèmes que peuvent poser à la sociologie ces sources de financement et plus largement les demandes d’expertise qu’on lui adresse, mais nos interrogations ne sont plus celles des sociologues du début des années 1960 quand cette pratique se développa. C’est à une présentation rapide des termes de cette évolution que je voudrais consacrer mon intervention de ce matin.

Dans les années 1950, les crédits pour la recherche étaient notoirement insuffisants. Les fondations américaines (Rockefeller d’abord, puis Ford ensuite jusqu’en 1965) avaient fortement contribué, comme l’a montré Brigitte Mazon[2], à la refondation des sciences sociales françaises dans le cadre des programmes sur les aires culturelles (on connaît le rôle décisif de la Fondation Ford dans le développement de la VIe section de l’EPHE). Par ailleurs, la CECA (Communauté Economique du Charbon et de l’Acier) avait aussi contribué au financement de recherches à partir de 1954, en particulier une enquête de l’INED sur les transferts de main-d’œuvre des entreprises Renault à l’occasion de la création du site de Flins. Comme l’a montré Anne-Sophie Perriaux[3], l’entreprise Renault sera d’ailleurs aussi un financeur de recherches sociologiques directement à partir des années 1960. On sait aussi que quelques sociologues comme Paul-Henri Chombart de Lauwe commencèrent à travailler, dès 1953, à partir de contrats de recherche obtenus auprès du Ministère de la Construction. D’autres, au sein de l’Institut des Sciences sociales du travail, dont Lucie Tanguy a bien retracé l’histoire[4], travaillaient aussi grâce à ce type de financement. Deux grandes spécialités de la discipline, que sont la sociologie urbaine et la sociologie du travail, se sont ainsi développées grâce aux contrats de recherche.

Mais, et c’est le premier point sur lequel je voudrais insister, le développement du financement de la sociologie française s’effectua principalement dans le cadre de la planification à partir de 1963, plus précisément dans le cadre de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST). Les premiers plans n’avaient pas concerné les sciences sociales et ce fut principalement dans le cadre du IVe Plan (1962-1965) que notre discipline commença à être largement financée. Les intentions des hauts fonctionnaires de la DGRST à l’égard des sciences sociales étaient relativement vagues, comme me l’ont confirmé aussi bien ces derniers (Raymond Poignant, par exemple) que les sociologues eux-mêmes. Il s’agissait selon Jean Ripert, l’un de ces hauts fonctionnaires du Plan, « d’étudier les moyens d’une croissance économique rapide et équilibrée, d’assurer les adaptations économiques et sociales aux évolutions accélérées de nos techniques, de satisfaire en même temps que ses besoins matériels et biologiques, les besoins psychosociologiques de l’individu ». Plus largement, l’idée était d’humaniser les conflits sociaux (comme le disait Pierre Massé, qui avait été nommé commissaire au Plan en 1959). L’étude des mécanismes et des conditions de la croissance économique devait permettre d’éviter les déséquilibres et les conflits sociaux et politiques. On sait ce qu’il en est advenu !

Les membres des deux comités de la DGRST chargés des sciences sociales, qui furent opérationnels à partir de 1962, n’avaient donc pas d’idées très claires sur ce qu’il fallait entreprendre. Le premier comité, le Comité d’analyse démographique, économique et sociale (CADES) que présida d’abord Jean Stoetzel jusqu’en 1964, eut l’idée d’une enquête pluridisciplinaire bien connue, sur Plozévet. Le second comité, le Comité sciences économiques et problèmes de développement, que présida Jean Piatier puis Raymond Barre, avait des idées un peu plus précises, en particulier grâce à Raymond Poignant (qui était chargé des questions d’éducation au Commissariat au Plan). Des recherches sur la formation et l’emploi, l’orientation scolaire, la consommation des ménages, le logement, les loisirs, furent entreprises dans ce cadre. Les sociologues avaient au début une position ambivalente, en particulier ceux qui étaient membres du parti communiste, ou compagnons de route. Membres du Syndicat national des chercheurs (de l’époque), ils se disaient hostiles à des recherches financées par contrats et définies par des questions qui émanaient de la sphère politique (celle des hauts fonctionnaires). Les recherches, selon eux, devaient être définies à partir d’orientations purement intellectuelles tirées des recherches antérieures et non répondre à des sollicitations politiques. Finalement, même si la sociologie était loin d’être la discipline bénéficiant des plus gros contrats de la DGRST, les sommes en jeu étaient importantes (plusieurs centaines de millions de francs de l’époque) et les chercheurs se sont laissés tenter.

En France, le financement de la sociologie est donc d’abord le résultat d’une conjonction favorable entre des éléments relativement disparates : l’évolution de la planification et des institutions d’expertise de l’Etat, la faiblesse des moyens alors accordés à l’Université, la coopération au sein des clubs politiques (comme le club Jean Moulin) d’hommes d’horizons divers occupant des positions institutionnelles importantes et favorables. De son côté, la sociologie dispose alors de chercheurs, nés au milieu des années vingt, qui ont fait l’expérience de la recherche empirique dans les années 1950 et qui sont donc susceptibles de pouvoir répondre favorablement aux propositions des financeurs. La composition des comités fut assez stable jusqu’au début des années soixante-dix (et même au-delà au sein du CORDES, comme l’a souligné récemment Philippe Bezes dans un livre qu’il a co-dirigé[5]) et les sociologues qui en faisaient partie y avaient un pouvoir important. Les sociologues étaient peu nombreux et, avec les hauts fonctionnaires, ils formaient un petit réseau d’interconnaissance qui, pendant une dizaine d’années, va pouvoir arbitrer le partage des crédits.

Pour autant, et c’est le second point sur lequel je souhaite insister, le financement de la sociologie française ne fut pas dans les années 1960 l’occasion d’une mise sous tutelle d’Etat de la recherche sociologique, mais plutôt la construction d’un modèle original très différent du modèle américain des fondations privées ou de celui de la sociologie d’Etat des pays de l’Est. Une forme qui combine une plus grande variété de sources de financement et où les chercheurs participent, avec d’autres catégories de personnes, à la répartition des crédits. Ce modèle ne fut pas un frein, mais au contraire un élément important du développement institutionnel de la sociologie.

Quand nous débattons des effets des contrats de recherche sur notre activité, nous l’envisageons souvent à partir du couple classique « autonomie et dépendance ». Cette manière de poser le problème est tellement prégnante qu’elle inspire les rares travaux consacrés au financement des sciences sociales, et de la sociologie en particulier. Donald Fischer, par exemple, dans son étude du Social Science Research Council (SSRC)[6], financé par la Fondation Rockefeller, veut montrer combien les chercheurs en sciences sociales étaient dépendants, voire manipulés, par les financeurs, au service finalement d’intérêts capitalistes. Je ne suis pas convaincu par cette présentation des choses, même si je pense que le développement des contrats de recherche eut des effets sur la sociologie. Quels furent ces effets ? Ce sera le troisième point de mon intervention.

Premièrement, ils ont contribué à l’institutionnalisation de la discipline par la création d’équipes de recherche, dont certaines se sont ainsi constituées en laboratoires. Les équipes de Viviane Isambert-Jamati en sociologie de l’éducation, celle de Mendras pour la sociologie rurale, celle de Crozier, par exemple, ont pu être créées grâce à des contrats. Ce mode de financement de la sociologie a permis aux sociologues nés au milieu des années 1920 et au début des années 1930 (comme Bourdieu) de conquérir une autonomie relative par rapport aux grands patrons de la discipline des années 1950 (Aron, Le Bras, Gurvitch, etc.). Il a donné aussi aux plus jeunes, qui étaient en formation dans les années soixante, des opportunités de carrière et de socialisation à la profession, même si certains demeurèrent durablement des hors-statut, une partie de cette histoire commune que Christian Topalov va évoquer dans un instant. Ce point est d’autant plus remarquable que la répartition des crédits fut inégalitaire et que ceux-ci allaient très fréquemment aux mêmes équipes et laboratoires.

Deuxièmement, ce mode de financement a aussi contribué au découpage de la sociologie en domaines de spécialité et à leur développement. Bien sûr, certains domaines de la sociologie n’ont pas été fondés ainsi ou ne se sont pas développés selon cette logique. Mais c’est ainsi que se sont autonomisés la sociologie rurale, la sociologie de l’éducation, la sociologie de la consommation, des modes de vie, puis la sociologie de la médecine à partir des années soixante-dix (avec les travaux sur l’hôpital lancés par Claudine Herzlich). Dans l’ouvrage dirigé par Philippe Bezes, on constate que la diversification des sources de financement au fil des décennies (Cordes, Ministère, Collectivités territoriales, aujourd’hui Union européenne, etc.) a donné des opportunités de terrain qui ne se seraient peut-être pas présentées sans ces offres de contrats.

Troisièmement, les contrats de recherche des années 1960 ont contribué au développement des méthodes quantitatives qui apparaissent alors aux sociologues comme aux hauts fonctionnaires plus scientifiques que d’autres démarches. Les enquêtes issues des conventions de la DGRST adoptent une formule de recherche (celle de l’enquête par questionnaire) comparable à celle mise en œuvre dans la seconde moitié des années 1950 au sein de l’ISST. Mais le financement de la sociologie par contrats n’implique pas nécessairement une formule de recherche particulière. Par exemple, dans les années 1980, les contrats de recherche financés par les collectivités territoriales ou par le Ministère de l’Education nationale pour la sociologie de l’éducation ont contribué au développement de la démarche ethnographique qui se trouvait compatible avec des interrogations politiques et scientifiques sur la dimension locale des faits scolaires. Quelle que soit la formule retenue, je pense évidemment qu’il serait naïf de croire que les contrats de recherche n’ont pas d’effets sur les données auxquelles nous pouvons avoir accès, les thèmes que nous privilégions dans l’enquête et les méthodes que nous mettons en œuvre. Ils contribuent, comme d’autres choses, à définir non seulement le cadre de nos interrogations mais aussi nos cadres d’analyse. Plus encore, ils orientent notre regard et ils définissent ainsi ce que nous ne devons pas chercher.

Pour conclure, même si on ne dispose par pour l’instant d’une histoire détaillée des modes de financement de la sociologie française de 1950 à nos jours, il faut reconnaître que les contrats de recherche ont participé au développement institutionnel de la sociologie française. Peut-être pourrait-on même ajouter qu’ils ont favorisé le développement d’une sociologie empirique basée sur l’enquête. Les sources de financement de ces contrats se sont diversifiées et, selon les périodes, telle ou telle source fut plus fréquente. Une autre grande conséquence, qui n’a pas été assez soulignée à mon avis, réside dans la division du travail qu’implique le développement de la recherche par contrats entre les sociologues d’une part, et d’autres catégories de personnes et d’organisations d’autre part. Des sociologues sont devenus des employeurs ou petits entrepreneurs de recherche. Quand un laboratoire gère plusieurs contrats en même temps, les chercheurs ne peuvent plus assurer seuls l’ensemble des tâches qu’impliquent les enquêtes basées sur ces contrats. Une division du travail scientifique est désormais requise. Dans le même temps, les sociologues se sont placés dans une situation de relative dépendance à l’égard des administrations d’Etat ou des organismes producteurs de données quantitatives. Par rapport aux pionniers de la sociologie contemporaine (les Touraine, Crozier, Mendras, Jamati, etc.), où l’enquête individuelle, même inscrite dans un projet collectif, constituait la référence, les contrats de recherche ont favorisé, avec d’autres choses, l’émergence d’un autre modèle d’enquête, plus collectif, avec une nouvelle division du travail où les sociologues ne sont qu’une catégorie parmi d’autres. Je vous remercie.


[1] Philippe Masson est sociologue, maître de conférences à l’université de Nantes et chercheur au CESTA. Il est l’auteur de Faire de la sociologie (La Découverte, coll. « Grands guides Repères », 2008).

[2] Aux origines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Le rôle du mécénat américain (1920-1960), Editions du Cerf, 1988.

[3] Renault et les sciences sociales 1948-1991, Paris, Seli Arslan, 1999.

[4] « Retour sur l’histoire de la sociologie du travail en France : place et rôle de l’Institut des sciences sociales du travail », Revue française de socilogie, n° 49, 2008.

[5] BEZES (P.), MONTRICHER (N. de), « Le moment CORDES (1966-1979) », dans Bezes (P.), Chauvière (M.), Chevallier (J.), Montricher (N. de), Ocqueteau (F.), dir., L’Etat à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve république, Paris, La Découverte, 2005, pp. 7-22.

[6] Fundamental Development of the Social Sciences. Rockefeller Philanthropy and the United States Social Science Research Council, University of Michigan Press, 1993.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *