Concours CNRS : quand « sélectionner » devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier1

Il est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »2. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.
Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Dans des univers professionnels où l’interconnaissance, la socialisation précoce aux métiers offerte dans certaines institutions au détriment d’autres, et les réseaux professionnels et personnels jouent déjà un rôle crucial, nous proposons que l’ensemble des collègues réfléchissent aux conditions par lesquelles une préparation aussi juste que possible des candidat·e·s à ce qui se veut être un concours national de la fonction publique serait possible.

Mobilisation, information, formation aux concours

La publicisation croissante ces dernières années des procédures de présentation auprès des laboratoires a eu plusieurs mérites.

  • elle rend visible dès l’automne de chaque année l’enjeu et les conditions de candidature aux concours du CNRS, notamment pour les candidat·e·s les moins au fait des logiques de recrutement de nos disciplines ou les moins bien secondés par des statutaires situés dans les espaces centraux des univers académiques ;
  • elle a aussi contribué, avec d’autres initiatives, à rendre moins opaques les procédures de recrutement aux concours du CNRS, les critères, le fonctionnement et les attendus implicites de la sélection effectuée par les sections ;
  • cette publicisation offre également une occasion pour entrer en contact avec des équipes établies sur des bases scientifique et quelles que soient les ressources préalable en matière d’insertion dans le réseau de l’ESR. Elles peuvent ainsi faciliter les retours argumentés constructifs sur les projets avant qu’ils soient soumis au concours, et permettre l’organisation d’auditions blanches préparant à l’oral du concours de façon moins inéquitable selon les candidat·e·s.

Sélection ou accompagnement des laboratoires ? Réflexions pour les sections 36 et 40

Ces procédures ont néanmoins plusieurs effets pervers, en particulier parce qu’elles sont le plus souvent conçues comme des (pré-)sélections par les candidat·e·s et, plus encore, par les collègues au sein des laboratoires concernés. Elles créent ainsi un obstacle3 pour des candidat·e·s à un emploi stable dans l’ESR déjà sur-sélectionnés, dans des conditions de transparence et de considération souvent problématiques (délais de réponse des UMR, modes de circulation de projets qui devraient garder une certaine confidentialité, traitement des candidat·e·s lors des auditions blanches ou des retours sur projet, etc.).

Rappelons en premier lieu que ni les sections, ni les laboratoires ne sont en position de décider si oui ou non un-e candidat-e sera affecté dans telle ou telle unité. « En cas de recrutement, la direction scientifique du CNRS décide de l’unité d’affectation, en accord avec la/le candidat·e retenu·e. »4

Concevoir la prise de contact et les échanges entre laboratoires et candidat·e·s aux concours du CNRS sur le mode de la sélection n’est ni utile, ni souhaitable. Il paraît plus cohérent et plus juste, pour nos disciplines, de les penser comme un accompagnement ou une collaboration scientifique. Voici quelques arguments en ce sens, et quelques propositions pour en tirer les conséquences.

Plusieurs arguments sont avancés en faveur de ces procédures de sélection, que nous estimons caducs ou insuffisants à la lumière des effets pervers constatés. Chaque section ayant sa propre politique, ce billet se concentrera sur les sections 36 et 40 qui ont connu des évolutions importantes ces deux dernières années.

L’argument de la charge de travail

Un premier argument consiste à dire qu’en l’absence de sélection, les laboratoires crouleraient sous les demandes de soutien, et se retrouveraient à produire un travail démesuré pour des bénéfices incertains. Ce serait en particulier le cas pour les laboratoires qui font l’effort de soutenir réellement les candidat·e·s qui entrent en contact avec eux. Cela pourrait conduire à démobiliser les titulaires qui donnent aujourd’hui de leur temps pour relire des projets, les commenter, organiser des auditions blanches, et les directeurs et directrices d’unité qui prennent le temps de faire une « réelle » lettre de soutien.

En réalité, le soutien des laboratoires est dores et déjà à géométrie variable. Certains se contentent de promettre une lettre de soutien « réelle », d’autres organisent de surcroît des auditions blanches pour préparer les candidat·e·s soutenu·e·s aux épreuves orales, d’autres encore font des retours précis pour aider les candidat·e·s à améliorer leur projet de recherche, la présentation de leur cv, etc. Certains laboratoires organisent ce type de soutien également aux docteur·e·s qu’ils ont formé·e·s en thèse – mais pas tous.

Soulignons d’abord que les procédures de sélection par les laboratoires, si elles sont faites de façon consciencieuse, impliquent un examen attentif des dossiers des candidat·e·s, incluant les principales publications, le rapport de thèse, et une ébauche souvent assez avancée du projet. Elles donnent lieu, a minima, à un retour auprès du reste du laboratoire pour décider si oui ou non le ou la candidat·e sera soutenu·e, et de façon à faciliter le travail de la direction d’unité lors de l’écriture de la lettre de soutien. Tout ce travail, souvent passionnant car il permet de découvrir des travaux novateurs et des projets de recherche stimulants, rend un retour constructif aux candidat·e·s sur leur projet et leur dossier relativement peu coûteux en terme de temps de travail supplémentaire.

Ce que la procédure de sélection par les laboratoires réduit donc en termes de temps de travail, ce sont l’organisation des auditions blanches et la rédaction de lettres de soutien personnalisées par la direction d’unité.

Sur le premier point, notons que désormais, les sections 36 et 40 opèrent une sélection entre l’étape du dossier et l’audition. Au concours 2013, sur 230 candidat·e·s environ, seule la moitié a été auditionnée, réduisant d’autant l’éventuel travail d’audition blanche mené au sein des laboratoires (ou des réseaux personnels des candidat·e·s).

Sur le second point, la proposition émise cette année par la section 40 pourrait se révéler salutaire : « Le président de la section a d’ailleurs adressé il y a quelques semaines un e-mail aux Directeurs d’Unité CNRS les invitant à, non pas écrire des lettres de recommandation, mais de simples attestations indiquant qu’ils étaient d’accord pour accueillir le ou la candidate mentionnant leur unité dans leur dossier. La même lettre invitait les DU à observer un principe d’égalité dans le traitement des candidats bénéficiant d’un tel parrainage. »

En outre, la charge de travail des auditions pèse notamment sur les directions de laboratoire qui doivent les organiser et relancer les collègues pour qu’ils y participent – une simple attestation générique ferait ici gagner un temps précieux qui pourrait être réinvesti dans cette organisation d’auditions blanches si elles se révélaient réellement plus compliquées.

Épargnons-nous donc les débats interminables sur qui soutenir et qui recaler, sur la formulation détaillée d’arguments convenus sur « l’adéquation du projet aux axes d’un laboratoire » dans les lettres destinées aux sections (arguments que le ou la candidat·e a souvent déjà explicité dans son projet, par ailleurs), et les savants dosages dans la longueur de ces lettres. Utilisons plutôt cette énergie à un échange scientifique réel avec les candidat·e·s, à la fois plus utile dans le cadre du concours, et plus fécond scientifiquement pour chacun·e.

L’argument de « la candidature au casse-pipe »

Il est parfois suggéré qu’il serait du devoir des laboratoires de ne pas entretenir de faux espoirs auprès de candidat·e·s. Certains dossiers n’auraient non seulement aucune chance, mais pourraient même porter préjudice à de futures candidatures en discréditant le ou la candidat·e aux yeux des membres actuels de la section.

Cette sollicitude est en contradiction avec l’effet délétère et inutilement violent que peut avoir le refus d’aide (sous couvert de refus de soutien) apporté par un laboratoire à quelques semaines du dépôt des candidatures. La précarité qui suit la soutenance de thèse, et s’étend souvent sur plusieurs années, surexpose les candidat·e·s à de multiples refus, rejets, qui sont autant de refus de coopération ou même de simple explicitation des motifs du rejet.

Au contraire, il est possible de prendre le temps d’expliquer les faiblesses actuelles d’un dossier, de proposer son aide pour y remédier, et de faire preuve de franchise si l’on pense, au terme du processus, que le dossier risque toujours en l’état de nuire à l’image du ou de la candidat·e. Rien dans cette logique n’impose de mettre en balance le soutien du laboratoire.

Casse-pipe ou pas, la moindre des choses est de ne pas choisir à la place des candidat·e·s, mais de leur donner les moyens de faire leurs choix en connaissance de cause.

L’argument de « l’effet de signal »

Selon un certain nombre de laboratoires, la « qualité » de la lettre de soutien permettrait de distinguer des soutiens réels de soutiens superficiels, et serait de nature à peser dans le choix de la section. Plus largement, certains laboratoires se flattent en arguant que leur soutien aurait en tant que tel un « effet de signal » pour le ou la candidat·e·soutenu·e.

Cette rhétorique est en contradiction flagrante avec les préconisations des sections 36 et 40, qui rappellent cette année pour les postes fléchés sur des laboratoires précis que « l’absence de lettre de parrainage des unités en question ne saurait constituer un obstacle au dépôt d’une candidature pour les concours correspondants, et n’obère nullement les chances de succès des candidat·e·s. ». Les sections 36 et 40 soulignent également que : « les sections examinent souverainement les candidatures qui leur sont proposés, quels que soient les concours, et encouragent les candidat·e·s à se présenter largement à tous les concours, fléchés ou non ».

Cet argument entretient de surcroît les logiques délétères contre lesquelles la profession est mobilisée depuis plusieurs années, tendant à la mise en concurrence systématique des chercheur·e·s, des unités et des universités. Quand bien même un tel « effet de signal » existerait au concours CNRS, il est possible d’inventer des modes de fonctionnement dans notre profession qui limitent leurs logiques préjudiciables.

A propos de l’ordre des vœux

Un autre point problématique réside dans la façon dont les UMR, dans une situation de rapport de force particulièrement défavorable aux candidat·e·s, sont tentées de conditionner leur soutien effectif à la déclaration d’un laboratoire en « premier choix », alors que les sections recommandent explicitement « aux candidat·e·s, dans la mesure du possible, de formuler deux choix de centres de recherche. Ces indications n’ont pas à être hiérarchisées ». Sous couvert de confiance, cette insistance sur la mention de « premier choix » s’apparente à une pression exercée sur les candidat·e·s dans une relation particulièrement asymétrique. Elle exacerbe la concurrence entre unités, et noue les conditions propices à d’éventuelles représailles tacites contre des collègues nouvellement recruté·e·s et optant pour une unité différente de celle auprès de laquelle ils ou elles s’étaient « engagé·e·s ».

Quelques propositions :

  • Les laboratoires pourraient produire systématiquement une simple attestation standardisée indiquant qu’ils sont d’accord pour accueillir le ou la candidat·e mentionnant leur unité dans leur dossier.
  • Les relations entre laboratoires et candidat·e·s méritent de ne plus être conçue comme une « (pré-)sélection », mais comme une prise de contacts, un temps de conseils, et un échange scientifique entre pairs.
  • L’ensemble des laboratoires devraient assurer un traitement égal aux différent·e·s candidat·e·s les sollicitant formellement pour une discussion autour de leur candidature au CNRS.

D’une façon plus générale, les (pré-)sélections aux concours du CNRS par les laboratoires soulèvent la question de la contribution des membres de l’ESR, et particulièrement des titulaires, à la systématisation d’une logique de concurrence et d’accentuation des inégalités entre pôles universitaires, entre unités de recherche, entre chercheur·e·s, qui nous est vendue sous couvert d’une rhétorique de « l’excellence » superficielle et élitiste.

En cohérence avec la généralisation de la précarité de l’emploi dans notre société, la tendance actuelle est à l’allongement et à l’intensification de l’exposition des docteur·e·s à toutes sortes d’évaluations et de classements, de compétitions. Est-il nécessaire de rappeler la quantité démesurée d’énergie, de temps, et de motivation collectivement gaspillée dans ces dispositifs ? Doit-on encore souligner leur contribution à l’exploitation des plus précaires par les mieux intégrés, pour des gratifications qui apparaîtraient simplement dérisoires si elles n’étaient de surcroît révoltantes (arguments du travail payé par « la ligne sur le CV », « la construction du réseau », etc.) ?

Il paraît pourtant absurde de dénoncer ces logiques sans s’interroger sur notre propre propension à multiplier les occasions d’examiner nos collègues ou leurs travaux non pas pour contribuer à l’amélioration de la recherche ou au déploiement de débats scientifiques, mais pour simplement classer, hiérarchiser, sélectionner, et élire un petit nombre au rang de référence quand la masse des autres sont relégués à l’invisibilité lorsque ce n’est pas au mépris.

Défendons donc la recherche scientifique comme une activité collective dont la collaboration est l’une des modalités majeures. Charge à nos professions d’imaginer les dispositifs collectifs qui peuvent soutenir ces logiques collaboratives, sans cesse menacées par la généralisation de la mise en concurrence et de la précarité.

  1. Ce texte initialement paru sur le carnet « Academia » : http://academia.hypotheses.org/1894. Il est reproduit ici avec l’aimable autorisation des auteur-e-s []
  2. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []
  3. Cet obstacle est essentiellement symbolique : rien n’empêche de candidater aux concours CNRS sans soutien d’un laboratoire, y compris en cas de refus de soutien explicite. Les sections 36 et 40, ces dernières années, ont insisté en outre sur l’absence de prise en compte dans l’évaluation des dossiers des candidat·e·s des vœux d’affectation – voir plus bas sur la discussion de l’argument de « l’effet signal ». []
  4. cf. les Guides pratiques à destination des candidat·e·s aux concours chercheurs du CNRS établi par les sections 36 et 40. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *