Mn_14

SES : les lobbies de “l’entreprise” repartent à l’offensive

La rengaine devient habituelle, mais peut paraître quelque peu incongrue dans le contexte actuel. En résumé : si l’économie française connaît quelques ratés, ce serait notamment du fait d’un déficit culturel en la matière de la part des “Français”. La preuve ? Ces derniers nourriraient une certaine défiance – pour ne pas dire hostilité- à l’égard des “entreprises”. Et le coupable est tout trouvé : les enseignants de SES au lycée, qui véhiculeraient une image négative de ces dernières, faute notamment de les connaître. On passera sur le caractère bien peu homogènes des catégories employées dans ce syllogisme, moins sur la robustesse de chacune des affirmations, en remarquant en particulier qu’une part plus que consistante de nos concitoyens n’a jamais eu d’enseignement de SES durant sa scolarité. Force est simplement de constater que ces critiques bien mal fondées ont repris de la vigueur ces derniers temps, avec plusieurs prises de position publiques dont la spontanéité peut laisser quelques doutes.

Un mois et demi après les attaques quelque peu gratuites exprimées par Charles Beigbeider au nom du Medef contre les manuels de SES, le 28 novembre dernier, c’est un chef d’entreprise dénommé Frédéric Lemaître qui publie un billet sur le site Atlantico. Il affirme que la vocation d’un enseignement d’économie consiste à fomer de bons “commerciaux”. Le même jour, par une pure coïncidence, le quotidien Les Echos publie  une tribune rédigée par deux députés de l’UMP,  Jean-Marie Fourgous et Olivier Dassault, présidents-fondateurs d’un lub au nom éloquent de “Génération entreprise”, et co-signée par douze de leurs confrères. Celle-ci reprend le diagnostic d’une “inculture économique” supposée des Français et  de la responsabilité de l’enseignement des SES dans l’affaire, et plaide notamment pour l’instauration d’un stage en entreprise pour les enseignants de SES.

Le député-maire d’Elancourt enfonce le clou dans un entretien au site éducatif Vousnousils, théorisant une révélatrice conception de l’économie “réelle”. La réponse de l’APSES ne se fera pas attendre, publiée par le même site, et qui suit un communiqué de presse publié deux semaines auparavant en réaction aux précédents textes. La réponse de “Génération Entreprise” elle se fait toujours attendre. Pourtant, ses responsables ne semblent pas avares d’interventions médiatiques comme le révèle le blog de M.Fourgous. Sans doute celui-ci cherche-t-il les bons mots, un souci pédagogique qui l’honore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">